Connectez-vous S'inscrire






Monde

Du fond du camp de Guantanamo, un détenu témoigne

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 16 Avril 2009

Un détenu de la tristement célèbre prison de Guantanamo a récemment réussi à joindre par téléphone un journaliste de la chaîne Al Jazeera pour témoigner des abus et de la torture dont il est victime quasi-quotidiennement depuis quelques mois. Il s’agit d’une interview inédite accordée à un média depuis l’ouverture du camp.



Mohammed El-Gharani
Mohammed El-Gharani
Les autorités américaines n’ont jamais autorisé un journaliste à s’entretenir avec un détenu de la base américaine de Guantanamo et vice-versa. Pourtant, Mohammed el-Gharani, 21 ans, l’a fait. Arrêté au Pakistan puis remis aux mains des Américains en 2002, ce Tchadien d’origine figure parmi l’un des plus jeunes et des plus anciens détenus du camp.

Selon le porte-parole de la prison Brook DeWalt, Mohammed El-Gahrani a apparemment profité d'un de ses coups de fil hebdomadaires à sa famille pour joindre un journaliste d'Al Jazeera. Pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de Sami Al-Hajj, arrêté en 2001 lors de son tout premier reportage pour la chaîne en Afghanistan. Relâché en mai 2008 après six ans de détention, il a témoigné dès sa sortie des tortures qu’il avaient subies. Comme M. El-Gharani qui a récemment été transféré vers une section de la prison où les captifs jouissent de meilleures conditions en attendant leur libération.

Pourtant, ce dernier a fermement déclaré au journaliste que les mauvais traitements ont « commencé environ 20 jours » avant l’élection de Barack Obama à la tête des États-Unis. « Depuis, j'ai été soumis à cela presque tous les jours », a-t-il affirmé.

« Pas de changement » depuis l’élection d'Obama

Un évènement semble avoir marqué M. El-Gharani. Refusant un jour de quitter sa cellule, parce qu'ils « ne jouissait pas de (ses) droits », comme le fait de communiquer avec d'autres détenus et d’avoir « une alimentation normal », ses gardiens l'ont battu à coups de matraque et l'ont aspergé de gaz lacrymogène, a rapporté Al Jazeera.

«Après, j'ai arrêté de parler et les larmes ont coulé de mes yeux, je pouvais à peine voir ou respirer. (…) Ils m’ont à nouveau battu au sol, l'un d'eux a tenu ma tête et l’a frappé contre le sol. J'ai commencé à crier à son supérieur "voyez ce qu'il fait, voyez ce qu'il fait " (mais) son supérieur a commencé à rire et m’a répondu: "il fait son travail" ». Selon le prisonnier, l’un des six soldats présents dans sa cellule a filmé la scène. L’un d’eux « a cassé une de mes dents de devant. Bien sûr, ils n'ont pas filmé le sang, ils ont filmé mon dos pour ne pas montrer ».

Ces commentaires ont été publiés sur le site de la chaîne qatarie mardi, soit plusieurs jours après les échanges entre le détenu et M. Al-Hajj. A la demande du Pentagone et du ministère de la Justice des États-Unis, la chaîne a fourni les informations détaillées de cet entretien. En guise de réponse, le porte-parole de Guantanamo a déclaré qu'aucune preuve n’existe pour confirmer les violences dont M. El-Gahrani affirme avoir été victime.

La nouvelle administration reconnaît que des abus ont bien été commis à Guantanamo. Au deuxième jour de son mandat, Obama a ordonné la fermeture de la prison d’ici à un an, la fin des interrogatoires « musclés » et des techniques assimilées à de la torture comme le waterboarding, méthode qui consiste à simuler la noyade. Cependant, « il n'y a pas eu de changement dans l'administration de Guantanamo », a fait savoir M. El-Gharani. « Les personnes qui gèrent les détenus n'ont pas changé pour le moment. Ce sont les mêmes personnes qui étaient là pendant les années Bush et ils utilisent les mêmes méthodes ».

Les langues se délient

M. El-Gharani n’est pas le seul à faire entendre sa voix. Un ancien gardien de la prison converti à l’islam a témoigné des traitements sadiques et dégradants dont les détenus sont victimes. « Les détenus étaient frappés du poing, du pied, du genoux. On les plongeait dans de l’eau glacée. On les forçait à écouter de la musique à tue-tête. Ensuite, les inspecteurs arrivaient et les malmenaient ».

« Dans cette prison, j'ai vu les gens vivre dans les pires conditions possibles dans le pire endroit possible, mais cela n’a pas ébranlé leur foi et leur espoir pour l'avenir », a déclaré Terry Holdbrooks pour expliquer sa conversion. En attendant la fermeture prochaine de la base que Terry et d’autres espèrent tant, les États-Unis détiennent encore près de 240 hommes à Cuba, la plupart pour des liens présumés avec Al-Qaida.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu