Connectez-vous S'inscrire






Religions

Comment l’Etat présente l’instance de dialogue avec l’islam

Rédigé par La Rédaction | Dimanche 14 Juin 2015

L’instance de dialogue avec l’islam tient sa réunion inaugurale lundi 15 juin au ministère de l’Intérieur. Loin de remplacer le Conseil français du culte musulman (CFCM) dont les membres statutaires sont intégrés de fait, cette structure, annoncée en février après les attentats de Paris, comptera en son sein quelque 150 personnes. Les participants à la réunion, ouverte par le Premier ministre Manuel Valls puis clôturée par son ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Bernard Cazeneuve, ont tous reçu de la Place Beauvau une lettre signée du ministre que Saphirnews dévoile pour la première fois dans son intégralité. Seuls les sous-titres sont de notre fait.



Comment l’Etat présente l’instance de dialogue avec l’islam
« L’islam est aujourd’hui la deuxième religion de France par le nombre de ses pratiquants.

Le Gouvernement souhaite entretenir avec les représentants du culte musulman un dialogue franc et régulier, à la mesure de la place qu’occupent nos compatriotes musulmans au sein de la communauté nationale, afin d’examiner de façon concertée les questions intéressant la pratique de ce culte, dans le respect du principe de laïcité.

C’est pourquoi, à la demande du Président de la République, le Gouvernement a souhaité que soit établie une « instance de dialogue » avec les Français de confession musulmane, qui a vocation à se réunir une à deux fois par an.

L’instance ne fera pas disparaître le CFCM

Il ne s’agit pas de créer une organisation nouvelle des Français de confession musulmane, ni de constituer une enceinte de négociation devant déboucher sur des décisions immédiates, mais bien de réunir un Forum d’échanges régulier entre l’Etat et nos concitoyens musulmans, permettant à la fois de donner à ces derniers la possibilités d’exprimer leurs points de vue sur les questions relatives à l’exercice du culte et aux pouvoirs publics d’être éclairés sur leurs attentes et le cas échéant, sur des mesures qu’elles appellent.

Les membres du Conseil français du culte musulman, ainsi que les présidents des Conseils régionaux du culte musulman, qui constituent des instances élues, ont naturellement vocation à faire partie de cette instance de dialogue. Participeront également aux travaux les représentants désignés par des fédérations de mosquées, des recteurs de mosquées reconnues pour leur rayonnement et leur investissement quotidien, ainsi que des représentants de la société civile au titre de l’autorité et de l’expertise que leur procurent leurs travaux théologiques, leur œuvre pastorale ou pédagogique, leur engagement associatif en faveur des œuvres de l’islam de France.

Quatre thèmes phares définis

C’est à ce titre que j’ai le plaisir de vous inviter, au nom du Gouvernement, à participer à la première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam de France qui se tiendra le 15 juin 2015 (…) au ministère de l’Intérieur.

La participation à l’instance de dialogue s’inscrit dans une démarche d’adhésion au principe de la laïcité, qui garantit la liberté de conscience et le libre exercice du culte dans le cadre de la neutralité religieuse de l’Etat, ainsi que de respect des lois et des valeurs de la République telles qu’elles sont notamment exprimées par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

A la suite des réunions préparatoires qui se sont tenues dans chaque département et des consultations qui ont eu lieu, quatre thèmes ont été retenus pour faire l’objet d’ateliers thématiques :


- La sécurité des lieux de culte et l’image de l’islam. Cet atelier permettra notamment d’échanger sur les moyens d’améliorer la prévention et la prévention des actes antimusulmans et, en particulier, dans le contexte de l’augmentation du nombre de faits antimusulmans depuis le début de l’année, sur les mesures prises et celles qui sont envisageables pour assurer la sécurité des lieux de culte. La question de la mise en valeur de la culture musulmane, notamment dans les médias, pourra également être abordée.

- La construction et la gestion des lieux de culte. Les consultations organisées dans les départements confirment qu’il s’agit d’un sujet de préoccupation important pour les Français de confession musulmane. La question du cadre juridique dans lequel s’inscrivent le financement des lieux de culte, le fonctionnement des associations gestionnaires et les relations qu’entretiennent celles-ci avec les pouvoirs publics pourrait ainsi être approfondie.

- La formation et le statut des aumôniers et des cadres religieux. Cet atelier permettra en particulier de s’interroger sur les compétences que doivent présenter les aumôniers dans les matières générales et profanes, et sur l’offre de formation qui doit, en conséquence, être proposée dans ces matières. Le statut des ministres du culte au regard du droit social pourra également être abordé.

- Les pratiques rituelles. Il s’agit d’identifier les difficultés que peuvent rencontrer les musulmans, et les solutions concrètes qui peuvent être apportées, pour leur assurer des possibilités effectives de pratiquer au quotidien leur religion dans le cadre des lois françaises, qu’il s’agisse des fêtes religieuses, du pèlerinage ou des pratiques funéraires.

Je vous remercie par avance de la contribution personnelle que vous voudrez bien apporter à cette première réunion. (...). »






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu