Connectez-vous S'inscrire






Economie

Aïd al-Adha : la pertinence des appels au boycott du sacrifice examinée

Rédigé par Mérième Alaoui | Vendredi 18 Septembre 2015

Comme chaque année, à l’approche de l’Aid el-Kébir, c’est le grand stress autour de l’organisation du sacrifice rituel. Manque de place dans les abattoirs agréés, le prix des moutons qui flambent… Des musulmans protestent et lancent des appels au boycott du sacrifice pour dénoncer cet état de fait. Pour quelle pertinence ?



Aïd al-Adha : la pertinence des appels au boycott du sacrifice examinée
« Trop c’est trop, ce ne sont pas des conditions dignes pour les musulmans ! », assène Miloud Houssairy. Le groupe dont il est le porte-parole s’est constitué à la hâte avec cinq personnes issues de la société civile de Perpignan (Pyrénées-Orientales) pour protester contre l’organisation de l’Aïd el-Kébir annoncé le 24 septembre.

Pour lancer officiellement l’initiative, le collectif a organisé une réunion publique dimanche 13 septembre dans une salle municipale. Environ 350 personnes se sont déplacées selon les organisateurs, 150 d'après la presse locale. « Chaque année, nous faisons l’Aïd dans le stress alors que c’est avant tout une fête. Nous voulons que les musulmans puissent procéder au sacrifice dans de bonnes conditions d’hygiène et de sérénité. Et que chacun puisse égorger lui-même s'il le veut. A ce jour c’est devenu impossible », explique le porte-parole.

Le ras-le-bol s'exprime

Comme dans l'écrasante majorité des départements de France, les Pyrénées-Orientales souffrent d'un cruel manque de place dans les abattoirs agréés. « Il y a environ 15 000 musulmans dans le département. Si on compte un mouton par famille, cela fait 3 000 bêtes. Mais dans le seul abattoir fixe de la ville, seuls 300 moutons peuvent être sacrifiés par jour », détaille Miloud Houssairy. En effet, après un calcul simple, difficile pour chaque musulman de passer par les voix réglementaires.

L’autre point de tension concerne les prix des bêtes. « Nous dénonçons l’attitude de certains éleveurs qui en profitent et qui demandent le double du prix car ils savent bien qu’on a pas le choix. Et si on veut négocier, il refuse de nous vendre ! », lance-t-il. Cet élément est d'ailleurs le point de départ de la colère et de l'appel au boycott. « Si nous n'avons pas de solution, nous n'achèterons pas de mouton cette année. En échange, nous ferons un don à une faille dans le besoin, comme nous le permets noter religion », préconise Miloud Houssairy.

L'avis tranché de Mohamed Moussaoui

Parmi les invités au rassemblement, se trouvaient notamment l'adjoint au maire de Perpignan Mohamed Iaouadan et le président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Languedoc-Roussillon, Driss El Moundi. Ce dernier avait été un des instigateurs de l'appel au boycott du sacrifice en 2014 dans le Gard et l'Hérault qui avait alors provoqué une réponse des éleveurs locaux de moutons.

Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France (UMF), a également répondu présent au rassemblement. Mais l'ex-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), présenté comme un soutien, se montre critique vis-à-vis de la démarche, la qualifiant de « désordonnée » auprès de Saphirnews. « Pour moi, il ne suffit pas de demander, d’exiger de bonnes conditions d’abattage auprès des autorités pour les avoir. Il faut commencer par formuler des demandes officielles, déposer des dossiers et ensuite éventuellement sur la base de plusieurs refus, réfléchir à une action adéquate. Mais celle-ci me semble peu crédible », a expliqué tout net Mohammed Moussaoui.

Si le président de l’UMF est si catégorique, c’est qu’il connait bien la problématique, en particulier dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), exemplaire dans l’organisation de l’Aïd al-Adha. « Grace à un long travail de sensibilisation, de communication avec des éleveurs et les autorités, nous avons réussi à obtenir 34 sites d’abattages temporaires. Sur les 60 qui existent dans tout le territoire, la moitié est en région PACA », se félicite-t-il.

Aïd al-Adha : la pertinence des appels au boycott du sacrifice examinée

Une solution aux prix qui flambent

Si les responsables musulmans n’ont jamais déposé de demande officielle pour un abattoir provisoire, c’est qu'ils n’en veulent finalement pas, argumente-t-il. « Au final, même cette solution n’est pas assez pour nous. L’idéal serait de construire plusieurs petits abattoirs fixes, pour que chacun puisse procéder au rituel en toute liberté… » Une demande très ambitieuse qui pose également question au président de l’UMF : « Il est évident qu’il y a un manque de place, mais que chacun puisse faire son sacrifice sois-même me parait peu réaliste et trop demander au vu de l'organisation que cela nécessiterait. Et puis, je suis personnellement favorable à l'intervention systématique de certificateurs. Certains musulmans, voulant bien faire, font mal aux bêtes lors du rituel. »

A propos de l’argument de la flambée des prix, Mohammed Moussaoui revient aussi à l'exemple de la région PACA qui a opté pour l'achat groupé : « C’est ce qu’il y a de mieux. Les familles s’inscrivent auprès de leur mosquée. Puis une négociation est faite avec l’éleveur pour un prix de groupe. Ce dernier aura du mal à abuser sur les prix, au risque de perdre des centaines de clients d’un coups. »

Les arguments du collectif perpignanais sont également balayé par la Catalane d'abattage, gestionnaire du nouvel abattoir de la ville. Pointés du doigt, leurs représentants ont tenu à se défendre par voix de communiqué diffusé dans L'Indépendant le 16 septembre. Pour eux, « dire qu'il n'y a pas assez de place relève de la galéjade. L'Aïd-al-Adha est une fête qui peut se passer sur trois jours. Mais les fidèles musulmans locaux ne veulent pas en entendre parler et tout le monde veut son mouton sacrifié juste après la prière du premier jour. Depuis plusieurs années, le jour de l'Aïd, nous sacrifions entre 350 et 550 moutons amenés par des fidèles sur une seule journée. Nous pourrions faire plus et nous n'avons jamais refusé personne ».

Quel suite au collectif ? Il n’a pas encore décidé d'une feuille de route, mais ses membres et leurs proches soutiens assurent qu'ils n’achèteront pas de moutons cette année et feront un don à une famille dans le besoin. Un raz-le-bol qui fait des émules. Comme le rapporte Midi Libre, l'idée fait son chemin dans la région de Nîmes. Pour s'insurger contre la hausse des prix et le manque de place dans les abattoirs, Mohamed Jaffal, représentant de la mosquée El Fath de Valdegour appelle également au boycott. Un appel aussi entendu en Belgique et qui profite, là où il est entendu, aux associations humanitaires musulmanes se chargeant d'organiser le sacrifice par procuration.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu