Connectez-vous S'inscrire






Religions

Aïd el-Kébir : les pauvres à servir, que faire de son tiers ?

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 25 Octobre 2012

Que faire du tiers de son mouton de l’Aïd el-Kébir destiné aux démunis ? Si la plupart des musulmans ont l’habitude de remettre cette part à des pauvres qu’ils connaissent personnellement, d’autres solutions existent pour faire plaisir à ceux qui sont dans le besoin.



Aïd el-Kébir : les pauvres à servir, que faire de son tiers ?
L’Aïd el-Kébir est arrivé et il tombe cette année vendredi 26 octobre . Comme à l’accoutumée, tous les musulmans, sans distinction, doivent pouvoir profiter de cette fête. C’est pour cela que le croyant est invité à partager sa viande avec les plus démunis.

Selon la tradition musulmane, les musulmans se doivent en effet de garder un tiers de l'animal sacrifié pour eux-mêmes, d'offrir un tiers en cadeau aux amis et aux voisins et de donner un dernier tiers en aumône aux nécessiteux.

L’Aïd el-Kébir est ainsi l’occasion de faire le bien autour de soi Comme pour l’Aïd el-Fitr, le partage est une nouvelle fois prôné. Alors que pour la fête qui célèbre la fin du Ramadan, les musulmans sont invités à verser la Zakat el-Fitr,, il s'agit, lors de l’Aïd el-Kébir, de partager sa nourriture avec les plus pauvres.

Le partage et la solidarité au centre de l'Aïd al-Adha

Les musulmans connaissent, pour beaucoup, des personnes dans le besoin qui rencontrent des difficultés financières. Quand vient l’Aïd, c’est donc naturellement à eux qu’ils remettent leur tiers de viande. C’est le cas de la plupart des fidèles de la Grande Mosquée de Strasbourg, inaugurée tout récemment. « Chacun donne à des personnes qu’il connait et qui sont dans le besoin », indique Saïd Aalla, son président.

Les musulmans, qui ne savent pas à qui remettre leur don, trouve toujours un moyen de faire une bonne action en le remettant à la mosquée qu’ils fréquentent habituellement. La mosquée, comme d'autres édifices religieux, reste un lieu de refuge pour les nécessiteux, qui n’osent pas toujours avouer leur situation à leur entourage.

Toutefois, le lieu de culte strasbourgeois ne collecte par de viande. « Nous n’avons pas une structure adaptée pour le faire avec les conditions d’hygiène qui en découlent. La collecte de viande comporte des risques de péremption et implique un transport, c’est délicat », explique-t-il.

Les années précédentes, la mosquée encourageait les fidèles à donner l’équivalent du prix d’un agneau « pour la construction de la mosquée », indique par ailleurs M. Aalla. En complément ou au lieu de sacrifier une bête, les musulmans participaient ainsi au financement de leur lieu de culte. Cette opération a permis de récolter de 15 à 20 000 €, précise-t-il. Désormais, les fidèles sont « libres de faire ce qu’ils veulent. »

Un élan de générosité spontané

Comme le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, la Grande Mosquée de Strasbourg encourage les croyants à étaler leur sacrifice sur les trois jours de fête pour le « faire dans des meilleures conditions ». Un conseil à prendre d'autant plus sérieusement que la Région Alsace n’est dotée que de deux abattoirs cette année.

A l’occasion de l'Aïd, des fidèles donnent parfois des sommes d’argent à la mosquée pour qu’elle les remette aux pauvres. « Nous nous chargeons alors de la transmission », souligne M. Aalla. A la Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes, le même élan de générosité est visible. Spontanément, de nombreux musulmans n’hésitent pas à remettre leur tiers de l'animal sacrifié au lieu de culte, qui les distribue ensuite à « ce qui ne peuvent pas acheter de la viande. »

Dans cette chaîne de solidarité, les boucheries halal jouent également un rôle clé, comme celle d’Abdelkrim Ajlil située dans le 19e arrondissement de Paris, à proximité de la mosquée Adda’wa. Après la prière de l’Aïd el-Kébir, de nombreux fidèles, qui vont récupérer leur mouton à la boucherie, ont l’habitude de laisser leur tiers de viande au boucher, qui se charge ensuite de les redistribuer. « Normalement comme chaque année », les fidèles devraient laisser de la viande, prévoit M. Ajlil. « Les gens qui sont dans le besoin » viennent d’eux-mêmes, ajoute-t-il, notant que beaucoup sont « des veuves. »

« Un Aïd pour tous, tous pour un Aïd »

Autrement, des associations peuvent aussi se charger de distribuer des parts de viande, à l’instar de l'association Ensemble contre l’oubli (ECO) qui lutte contre l’exclusion sociale. L’association organise pour la 3e année consécutive, l’opération « Un Aïd pour tous, tous pour un Aïd », et sert ainsi d’interface entre les personnes qui ne savent pas à qui donner leur tiers de viande et les personnes démunies.

Avec ECO, trois formes de dons sont proposés : le donateur peut donner leur tiers, de l’argent pour l’achat d’un mouton ou de son temps en participant bénévolement à cette action de solidarité. L’an dernier, une soixantaine de tiers de viande ont été distribués à une quarantaine de familles en Ile-de-France.

Cette année, les tiers récoltés devraient être un peu plus nombreux pour servir 43 familles, nous apprend Hakima Bendouch, la coordinatrice et trésorière de l’association. « Nous travaillons avec une assistante sociale de l’hôpital de Colombes (Hauts-de-Seine) qui suit une quarantaine de familles dans le besoin dont des membres sont en fin de vie ou atteints d’une maladie infectieuse », explique-t-elle. « Nous travaillons également avec d’autres centres d’actions sociales » qui les aide dans leur tâche, ajoute Mme Bendouch.

C’est à ces familles « en grande précarité », musulmanes ou non, que l’association viendra en aide dimanche 28 octobre, date à laquelle la distribution de viande est prévue. Les dons financiers ont déjà permis l’achat de 43 tiers de moutons.
Et une trentaine de bénévoles sont déjà sur le pied de guerre pour la livraison à Paris et dans la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine). « Nous donnons rendez-vous aux bénévoles à 14h30 pour livrer chez les familles. Pas avant, pas après. Nous avons aussi demandé à l’assistante sociale de vérifier que les familles possèdent bien un congélateur. Nous sommes très pointilleux sur cela par rapport à la chaîne de froid », précise la trésorière.

L’association prévoit prochainement, sur le plan national, son opération « Grand froid », où des collations et des kits d’hygiène seront distribués aux plus démunis. Aïd ou pas, la précarité reste un combat quotidien à combattre.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu