Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Zêdess dépeint Sarkozy en reggae

Sarkozy, un Hongrois chez les Gaulois

Rédigé par Amara BAMBA | Lundi 11 Décembre 2006

Si vous ne l'avez pas encore reçu dans votre boîte mail, vous n'y couperez pas. Le lien vers le site de Zêdess circule dans les méandres de la toile. Il n'y a qu'à cliquer pour voir et écouter « Un Hongrois chez les Gaulois ». La chanson du Burkinabé fait déjà un malheur. Un de ces tabac auxquels la magie de l'Internet ne nous a pas encore assez habitués. En un rien, le site a grimpé de plus de trois millions et demi dans le classement Alexa du trafic Internet. C'est le début d'un phénomène politico-musical.



Zêdess dépeint Sarkozy en reggae
Après la déferlante Sarko Skanking qui n'a pas fait sourire certains, ce nouveau reggae contre Nicolas Sarkozy ne fera pas danser tout le monde. Et pourtant il s'inscrit dans la tradition du combat politique qui jalonne l'histoire du reggae. Le reggae est musique mais aussi message subversif. Le nouveau tube de Zêdess nous le rappelle. « L'Afrique s'invite aux présidentielles » en France, titre un confrère. La formule résume bien la situation.

« Un Hongrois chez les Gaulois », inscrit Zêdess dans la tradition du reggae de combat. La subtilité n'est pas la caractéristique dominante de cette tradition. Elle mise sur le message. Délivré suivant un schéma narratif généralement simple et direct, le reggae de combat ne laisse pas de doute sur sa cible. Tiken Jah Fakoli de Côte d'Ivoire, a dû s'exiler quand « la manger-cratie » qu'il dénonçait s'est installée à Abidjan. Malgré sa notoriété internationale, le grand Bob Marley, qui était pourtant contesté comme un puriste du reggae, a échappé à un attentat. Dès lors, ses tournées internationales ont curieusement coïncidé avec les campagnes électorales en Jamaïque ! Bref, s'inviter en musique sur la scène politique est un classique reggae. Et Zêdess n'invente rien mais s'inscrit dans cette tradition en racontant « l'histoire d'un fils d'Hongrois qui veut se faire couronner chez les Gaulois ».

« Pourquoi ton père a fui la Hongrie? »


« Diiiiis-moi, Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie? » le refrain est déjà célèbre. Il le deviendra encore plus si Nicolas Sarkozy est élu et si Sarko n'est pas président le refrain de Zêdess pourra devenir légendaire.
En quatre couplets style Kingston, l'artiste dépeint la politique anti-Nègres du Ministre de l'Intérieur, Président du parti au pouvoir, candidat à la présidence, « inventeur de l'immigration choisie » et « descendant d'un immigré subi » ... Zêdess ne manque de qualificatifs pour Sarko. Mais à tout seigneur tout honneur, l'artiste invite M. Sarkozy en guest star, dans son célèbre couplet de la racaille : « vous en avez assez de cette racaille... ? On va vous en débarrasser ».

Gros plan sur un vautour prenant son envol d'un tas d'immondices, un roulement de batterie... « La France ne peut pas être le seul pays au monde... » poursuit la voix off du chef de l'UMP, posée sur une interpellation d'un immigré clandestin. Un inspecteur en civil fait signe de couper la caméra pendant que M. Sarkozy continue avec sa France « qui ne puisse décider de qui est accepté sur le territoire et qui n'est pas le bienvenu... » Le message est clair. Il fait chaud au coeur des 20% qui manquaient à Jacques Chirac au second tour en 2002.

Pause musicale: il faut répondre à Sarko. C'est le comédien burkinabé Zongo qui s'en charge. Un Zongo des grands jours dans un rôle de composition avec son look du Bongoman droit descendu de ses montagnes: dread locks en vue, dents de requins en collier, dans un décors de nuit tropicale puis... un téléphone portable à la main!! Il insiste : « oui, oui, passe-moi Sarko ». Pas de soucis pour les frais « c'est moi qui t'appelle » rassure-t-il parce qu'il a une question importante à poser.

« Toi-tu-dis-quoi? » lance-t-il. La question est un idiome sorti de la rue des métropoles d'Afrique occidentale francophone. A Abidjan, à Ouagadougou ou à Bamako, « Toi-tu-dis-quoi? » s'entend comme « Quel est ton problème, toi ? » sinon « Pour qui te prends-tu? » et parfois « Que veux-tu en fin de comptes? ». Plus qu'une question qui appelle réponse « Toi-tu-dis-quoi? » gomme toute hiérarchie, toute marque de respect et invite à l'affrontement d'égal à égal quand on veut en découdre avec un interlocuteur.

Le Zongo s'échauffe, monte sur ses grands chevaux avant de lâcher sa question dans un accent Moré à couper au couteau : « toi ti n'a zamais manzé çé quelqu'un? » Traduction: « tu t'es fait tout seul? N'as-tu jamais eu besoin d'un coup de main ? Personne ne t'a jamais sorti d'affaire? » L'interrogateur n'attend pas la réponse mais il décline sa question avec insistance: « Ze dis, est-ce que ti n'as zamais manzé çé quelqu'un? »

Fin de l'agression, retour à la zik qui adoucit les moeurs, et porte le refrain qu'une écolière écrit à la craie blanche sur un tableau : « Nicolas Sarkozy pourquoi ton père a fui la Hongrie? ». Rien à dire, c'est du grand reggae sur un clip parlant, drôle et précis. Il consacre non seulement Zêdess, « l'étalon de la musique burkinabé », mais signe une auto-invitation artistique de l'Afrique dans la campagne présidentielle française. Une invitation qui remet au goût du jour l'essence de cette musique rebelle que le génie de Bob Marley a su sortir des ghettos de Kingston.

Zêdess dépeint Sarkozy en reggae

« Merci beaucoup, mes condoléances »


Pour certains puristes du reggae roots, Robert Nesta alias Bob Marley n'est pas toujours le meilleur symbole de leur ligne musicale. Ils reprochent à ce prophète du Rastafarisme d'avoir fricoté avec le rock dans certains de ses morceaux dont le célèbre « could you be loved » dont les paroles sont pourtant très engagées. D'autre vont jusqu'à lui reprocher de se « compromettre » dans des chansons d'amour ! Chose que certains noms comme I-Jahman, Peter Tosh, U-Roy ou même Burning Spear se refusaient à l'époque. Ceux-là n'acceptaient de se produire que sur des scènes réservées au combat idéologique contre le système d'oppression qu'ils désignent sous le nom générique de « Babylone ». Avec « un Hongrois chez les Gaulois », Zêdess se rapproche de leur ligne. Et pour le reggaeman, la politique de Sarkozy c'est « Babylone-man»!

Avant Zêdess, des milliers d'internautes ont pu apprécier Sarko Skanking : un podcast hilarant produit de la collaboration entre l'association Onsfoudkilao (entendez, « On se fout de qui, là, ho?!! ») et le tendem Polemix & voix off. Ces derniers qui se définissent comme « deux cyber-bouffons pratiquant le détournement de discours politique » ont fait un montage studio d'un vrai-faux discours de Nicolas Sarkozy. Et l'association chartraine (28) Onsfoudkilao a calé ce discours sur une musique instrumentale (people Skanking) du groupe jamaïquain New Establishment. Le résultat est décapant et fait néanmoins réfléchir car « la dérision c'est sérieux », parole de « Cyber-Bouffons ».

Comme chute, Zêdess choisit un choeur d'écoliers reprenant son refrain. Puis, sur fond musical Zongo revient donner une leçon de savoir vivre à son ami Sarko: « Sarko, si ti n'a pas de causerie, il faut dire que ton maman dort » (si tu n'as pas envie de papoter, trouve-toi une excuse quelconque mais reste poli) et il termine par « Merci beaucoup et mes condoléances » (qu'on peut entendre par « Aurevoir et je te souhaite le pire » !)

« Sarko Skanking » et un « Hongrois chez les Gaulois », cela fait deux tubes anti-Sarko. Et Ségolo dans tout ça ? Eh bien pas de panique: Ségolène Royale a aussi son tube. C'est d'un autre genre. C'est signé William Berg et on peut l'écouter sur son site.

Le traumatisme politique du 21 avril 2002 laissait présager une campagne présidentielle délicate cette année. La promesse est tenue. Mais une chose au moins est sûre, ces présidentielles sont parties dans le rythme. Zedess et Zongo ont pris leur parti: « Merci beaucoup et mes condonléances ». Tout un programme... artistique.

Cliquer pour partager « Un Hongrois chez les Gaulois », c'est gratuit !

Sinon cliquer ici pour apprécier...