Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 






Sur le vif

Yassine Belattar mis en examen : ce qui est reproché à l'humoriste

Rédigé par Benjamin Andria | Vendredi 29 Mars 2019



 Yassine Belattar mis en examen : ce qui est reproché à l'humoriste
Au bout de 48 heures de garde à vue, Yassine Belattar a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, jeudi 28 mars. L'humoriste devra répondre de plusieurs chefs d’accusation, dont « menaces de mort », « menaces de crimes réitérés », « envois réitérés de messages malveillants » et « harcèlement moral ».

« Suite à l’annonce de la mise en examen de l’humoriste Yassine Belattar, Radio Nova a pris la décision de le mettre en retrait de l’antenne », a déclaré la station pour laquelle l'humoriste travaille y officie dans le cadre de l'émission Les 30 glorieuses depuis 2016.

Aujourd’hui âgé de 36 ans, Yassine Belattar est réputé pour sa personnalité clivante. Nombre de ses collaborations professionnelles se sont mal terminées et c'est l’une d’elles qui est à l’origine de cette mise en examen.

L'affaire remonte en 2015 dans le cadre d’un conflit que l’humoriste a eu avec l’ancien auteur des Guignols de l’Info, Bruno Gaccio, qui l’a accusé de « menaces de mort ». Dans la foulée, cinq autres personnes dont l’animateur Kevin Razy et le producteur Kader Aoun ont déposé plainte.

En marge des enquêtes préliminaires, une collaboratrice de France 4 a également accusé Yassine Belattar de harcèlement moral, mais cette dernière n’a pas porté plainte.

« Quatre personnes ont décrit sur procès-verbal des menaces directes, une demi-douzaine de personnes au bas mot ont évoqué des relations professionnelles difficiles et deux jeunes femmes ont raconté des conversations dérivant vers des sous-entendus ou des allusions sexuelles alors qu’elles étaient à la recherche d’un travail », a rapporté Mediapart le 16 mars dernier.

« Que je menace des gens, c'est un fait. Il y a plein de gens qui en menacent d'autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l'acte », a-t-il répondu.

Selon l’avocat de l'humoriste, Me Safya Akorri, Yassine Belattar nie les faits de harcèlement et reconnait une partie des menaces proférées « dans un contexte de tensions entre personnes du monde du spectacle ». En attendant, l'animateur radio, proche d'Emmanuel Macron, ne devra plus entrer en contact avec les principaux protagonistes de cette affaire.

Lire aussi :
Yassine Belattar insulté : quand le directeur marketing de Nocibé déraille