Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Voter sans kippa ? Le grand rabbin de Toulouse porte plainte

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 27 Mars 2015



Avraham Weill, le rabbin de Toulouse, a porté plainte pour discrimination après avoir faillé été empêché de voter au premier tour des départementales le 22 mars.
Avraham Weill, le rabbin de Toulouse, a porté plainte pour discrimination après avoir faillé été empêché de voter au premier tour des départementales le 22 mars.
Avraham Weill, le grand rabbin de Toulouse, a failli ne pas voter dimanche 22 mars, au premier tour des élections départementales dans son bureau de vote.

Sa carte d’électeur en main, il se préparait à voter quand il a été pris à partie par une déléguée du bureau, membre du Parti communiste, en raison de la kippa vissée sur sa tête. Celle-ci a évoqué, en l’absence de la présidente du bureau, la laïcité pour lui interdire de voter.

C’est avec l’aide d’autres assesseurs, et le soutien des électeurs présents, que le rabbin a finalement réussi à voter avec sa kippa. Mais cette mésaventure, une première pour le responsable religieux, lui reste en travers de la gorge. Avant le second tour du scrutin le 29 mars, il a décidé de porter plainte pour discrimination en raison de son appartenance religieuse.

Contactée par La Dépêche, la déléguée a déclaré être « très étonnée » de la plainte. « Je ne connaissais ni sa fonction, ni son nom. J'ai juste posé la question de savoir s'il était normal ou pas de porter une kippa. Je n'ai pas voulu l'empêcher de voter. En aucun cas je ne suis antisémite. Je n'étais pas sûre, tout simplement », a-t-elle déclaré. Qu’elle connaisse ou pas son nom ou sa fonction, la présence de la kippa a été utilisée pour restreindre un droit sur la base d'une mauvaise interprétation de la laïcité.

Pierre Lacaze, le secrétaire départemental du PCF, a regretté l'incident et déploré « une mauvaise interprétation de la loi électorale de la part de cette déléguée ».

Des incidents similaires - très peu médiatisés - concernant des femmes musulmanes se sont produits lors des dernières élections. Voile ou kippa sur la tête, les signes religieux ne restreignent en rien le droit de vote aux citoyens de confession musulmane ou juive au nom de la laïcité.

Lire aussi :
Un militant du FN refuse le droit de vote à une musulmane
Belgique : voilées, deux musulmanes sont empêchées de voter