Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Violences policières : poursuivie, la sœur d’une victime en appelle à Valls

Rédigé par La Rédaction | Mardi 1 Avril 2014



Un appel incitant Manuel Valls à abandonner ses poursuites contre la sœur d’une victime d’un crime policier a été lancé cette semaine, à l’approche de son procès prévu lundi 7 avril. La pétition mise en ligne lundi 30 mars a déjà récolté plus de 5 000 signatures.

Amal Bentounsi, dont le frère a été tué d’une balle dans le dos le 21 avril 2012 par un policier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) après avoir voulu s’échapper à un contrôle d'identité, est poursuivie depuis février 2013 pour « diffamation envers une institution représentant l’autorité publique ». Elle est accusée par le ministère de l’Intérieur d’avoir produit le clip parodique d’une campagne de recrutement de la police nationale en utilisant des images réelles de violences policières.

Ce clip, visible sur le site Urgence notre police assassine qu’Amal Bentounsi a elle-même lancé, vise à « dénoncer l’impunité entourant les abus qu’illustrent des dizaines d’affaires chaque année » de violences et de bavures policières, dénoncées notamment par Amnesty International, fait-on savoir dans un communiqué soutenu par le Collectif Stop le contrôle au faciès.

La pétition a été lancée par Farid El Yamni dont le frère est lui-même mort en janvier 2012 à l'issue d'une interpellation brutale effectuée par des policiers à Clermont-Ferrand. « Moi-même frère d'une autre victime de crime policier, je ne peux que comprendre la peine d'Amal, sa rage, sa douleur. Mon frère Wissam a été battu à mort par 25 policiers la nuit de la Saint Sylvestre, il y a plus de 2 ans. C'est seulement aujourd'hui qu'un de ces policiers a été mis en examen. Il y a de quoi devenir fou », écrit-il.

« Museler Amal, c'est museler non seulement un cri de douleur mais aussi un cri d'alerte, légitime, essentiel. C'est mépriser le vivre ensemble égalitaire et l'Etat de droit », poursuit-il, sachant que le policier accusé d’avoir tiré sur Amine Bentounsi n’a jusque là pas été inquiété.

Amal Bentounsi et Farid El Yamni, qui tiendront une conférence de presse mercredi 2 avril à Paris, font savoir que leur appel « garde toute sa pertinence » au moment où Manuel Valls vient tout juste de quitter son poste au ministère de l’Intérieur pour prendre ses habits de Premier ministre mardi 1er avril. Une manifestation est également prévue samedi 5 avril à Paris (Anvers) pour dénoncer les violences policières à l'appel de familles de victimes.

Lire aussi :
Une appli mobile pour dénoncer les contrôles au faciès
Clermond-Ferrand : Wissam El-Yamni, victime de la police
Contrôles au faciès : les plaignants déboutés face à l’Etat, cap vers 2014
Contrôle au faciès : le Défenseur des droits au rapport, le gouvernement interpellé
Stop le contrôle au faciès, un requiem pour l’égalité