Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Violences policières : le ministère de l’Intérieur débouté par la justice

Rédigé par | Mercredi 28 Mai 2014



La 17e chambre correctionnelle de Paris a prononcé, mercredi 28 mai, la relaxe d’Amal Bentounsi, poursuivie depuis février 2013 pour diffamation par le ministère de l’Intérieur, alors dirigé par Manuel Valls, après la mise en ligne d’une vidéo parodique sur le site du collectif Urgence la police assassine qu’elle a fondé.

La jeune femme, par un montage d'images de campagnes de recrutement de la police nationale et d’images de violences policières, s'était donné pour objectif de dénoncer l'impunité judiciaire des forces de l'ordre face aux cas de bavures dont a notamment été victime son frère. Amine Bentounsi a été tué d’une balle dans le dos le 21 avril 2012 par un policier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) en voulant s’échapper à un contrôle d'identité.

Amal Bentounsi avait été à l’initiative, avec plusieurs collectifs, d’une manifestation contre les crimes policiers à Paris le 5 avril.

Lors de son procès qui s’est tenu le 7 avril, la procureure avait requis la relaxe. Les juges a suivi son réquisitoire, rejetant ainsi la requête du ministère de l'Intérieur.

Lire aussi :
« Arrêtez d’être ! », une campagne ironique contre les discriminations
Une manifestation contre les bavures policières à Paris
Violences policières : poursuivie, la sœur d’une victime en appelle à Valls


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur