Connectez-vous S'inscrire






Société

Une manifestation contre les bavures policières à Paris

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 7 Avril 2014



Une manifestation contre les bavures policières à Paris
« Urgence, la police assassine en toute impunité. » C’est autour de ce slogan que se sont retrouvées quelques 300 personnes à Paris, dans l'après-midi du samedi 5 avril. Une manifestation a été organisée au départ de la place Anvers (18e arrondissement) à la place Opéra (9e arrondissement) à l’initiative de familles de victimes présumées de bavures policières, rejointes par plusieurs associations et collectifs tels le Parti des indigènes de la République, la Brigade anti-négrophobie (BAN) ou encore l’Action antifa Paris-Banlieue.

En tête de cortège, on retrouvait Amal Bentounsi, une jeune femme dont le frère a été tué d’une balle dans le dos par un policier le 21 avril 2012 à Noisy-le-Sec, en région parisienne. Attaquée en 2013 pour diffamation par le ministère de l’intérieur, alors dirigé par Manuel Valls, pour une vidéo parodique mise en ligne sur le site du collectif Urgence la police assassine qu’elle a fondé, son procès est prévu ce lundi 7 avril à Paris.*

L'agent mis en cause dans la mort de son frère a été mis en examen pour homicide volontaire. Pourtant, « il continue de percevoir son salaire (…) et il a été muté dans la région de Grenoble ! », affirme-t-elle amèrement. La police « est le meilleur métier pour faire ce qu'on veut en toute impunité », lâche-t-elle, réclamant pour les familles de victimes de bavures vérité et justice. « Une justice indépendante qui ne soit pas sous la pression de syndicats policiers (…) qui donne la parole aux victimes », insiste le porte-parole de la BAN, Franco.

Les syndicats policiers avaient dénoncé, quelques jours plus tôt, la tenue d'une manifestation « anti-flics ». « Pour éventuellement l'interdire, il faut qu'il y ait des risques graves de trouble à l'ordre public, ce qui n'est pas le cas » mais « bien évidemment le thème de la manifestation est condamnable et elle sera strictement encadrée par les forces de l'ordre », avait répondu la Préfecture de police de Paris. Pas moins de 12 camions de CRS ont d’ailleurs suivi le cortège, a-t-on pu constater. La manifestation s’est déroulée sans incident, aucune interpellation n’a été effectuée.

* Mise à jour : Le ministère de l'Intérieur n'était pas représenté au procès qui s'est déroulé au tribunal correctionnel de Paris. La procureure a requis la relaxe d'Amal Bentounsi. Le verdict sera rendue le 28 mai.

Lire aussi :
Violences policières : poursuivie, la sœur d’une victime en appelle à Valls
Une appli mobile pour dénoncer les contrôles au faciès




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu