Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une tête de porc et du sang retrouvés sur le chantier d'une mosquée à Bergerac

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 25 Mars 2019



Une tête de porc et du sang retrouvés sur le chantier d'une mosquée à Bergerac
Une tête de porc a été retrouvée, dans la matinée du lundi 25 mars, à l’entrée du chantier de la future mosquée de Bergerac, en Dordogne. Elle a été découverte avec du sang animal badigeonné sur les murs intérieurs et extérieurs du chantier.

Ces dégradations, commises dans la nuit de dimanche à lundi, ont été dénoncées par le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat. Il a, dans un communiqué, « condamné fermement ces actes qui portent atteinte à la liberté de conscience et d’expression des cultes et sont contraires aux principes de la laïcité » et a appelé « au respect mutuel dans le cadre du pacte républicain qui doit nous unir ».

« Profanation d’une mosquée à Bergerac, tags anti-musulmans dans un stade à La Rochelle. Je condamne avec force et appelle à la vigilance face à cette succession d’actes de haine », a réagi via Twitter Frédéric Potier, le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH).

L’Association culturelle des Marocains de la Dordogne (ACMD), qui porte le projet de mosquée, a déposé une plainte. Une enquête pour dégradation d’un édifice de culte, un délit passible de sept ans de prison et 100 000 € d’amende, a été confiée au commissariat de Bergerac.

Ces dégradations interviennent, rapporte Sud Ouest, dix jours après le rejet d’un recours introduit par les opposants à la mosquée devant le tribunal administratif de Bordeaux.