Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Une mosquée de Gap recouverte de tags islamophobes

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 18 Novembre 2019 à 07:55



La mosquée Salam de Gap (Hautes-Alpes) a été recouverte de tags islamophobes dans la nuit de samedi 16 au dimanche 17 novembre.

Sur les murs du lieu de culte, figuraient les inscriptions « Islam dehors » ou encore « Allah fils de pors » (sic) ainsi que des croix celtiques. En outre, une lettre de menaces a également été déposée à l'entrée du lieu de culte.

Selon Le Dauphiné libéré qui rapporte l'information, il est dit, dans le pli émanant du président d’un certain « Parti libre de France », que ses membres ont « choisi cette mosquée pour l’acte 1 », annonçant ainsi un « acte  2 » prochainement.

« Bien sûr, l'acte 2 ne se passera pas ici mais le but restera le même, vous faire subir ce que vous nous faites subir », est-il indiqué. Ces menaces soulèvent des inquiétudes tant pour les responsables de la mosquée que pour les fidèles.

Le maire de Gap, Roger Didier, a manifesté sa solidarité en allant à la rencontre des responsables du lieu de culte musulman dimanche.

Fin octobre, la mosquée de Bayonne a été la cible d'une attaque au cours de laquelle deux hommes ont été blessés par un ancien candidat Front national aux élections départementales.

Mise à jour : L'évêque de Gap a signifié, lundi 18 novembre, son « soutien à la communauté musulmane de la mosquée Salam, La Paix, de Gap, dont je peux témoigner qu'elle porte bien son nom. De tels tags et propos sont intolérables et injustifiables, sur quelque lieu de culte que ce soit ».

L’Observatoire national contre l’islamophobie a dénoncé, dans un communiqué, « la multiplication de ces actes vils et odieux contre les lieux de culte ». « De tels actes sont l’expression de haine et d’intolérance à l’égard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte mettant en péril le vivre-ensemble », déplore l’instance qui appelle les hommes et femmes politiques, « en cette période électorale propice aux déclarations démagogiques », « d’avoir le courage de condamner ces agressions récurrentes ».

Lire aussi :
Des croix gammées découvertes sur le chantier d'une mosquée de Charleville-Mézières

Et aussi :
En Italie et en Pologne, des attentats visant les musulmans déjoués