Connectez-vous S'inscrire






Société

Une enquête ouverte sur l'imam de Grande Mosquée de Toulouse, accusé de prêcher la haine contre les juifs

Rédigé par | Vendredi 29 Juin 2018



Une enquête ouverte sur l'imam de Grande Mosquée de Toulouse, accusé de prêcher la haine contre les juifs
A peine inaugurée que la Grande Mosquée de Toulouse est en proie à une polémique. Le parquet de Toulouse a ouvert, vendredi 29 juin, une enquête sur l'imam et président du lieu de culte Mohamed Tatai, accusé de tenir des propos susceptibles de constituer une incitation à la haine à l’encontre des juifs.

Cette grave accusation fait suite à la publication de vidéos de prêches en arabe filmées dans la mosquée Ennour en octobre et en décembre 2017 mais relayées sur le Web depuis le 26 juin, trois jours après l’inauguration de la mosquée, par l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI) qui a sous-titré une partie des vidéos en anglais. Ce centre de traduction - très orienté - des médias essentiellement arabes et iraniens, crée en 1998 par Yigal Carmon, ancien conseiller en contre-terrorisme d’anciens Premiers ministres israéliens comme Yitzhak Rabin, est basé à Washington.

Abdallah Zekri prend la défense de l'imam

Dans un des prêches filmés d'une durée de 40 minutes et dont seul un court extrait traduit a été relayé par MEMRI, on y entend l’imam revenir sur un hadith concernant une supposée grande bataille à venir opposant musulmans et juifs avant la fin du monde. « Ce que je peux vous garantir, c’est qu’il n’a jamais appelé à tuer ou à éliminer des juifs », affirme auprès de Saphirnews Abdallah Zekri, lui-même présent à l'inauguration de la mosquée.

« De ce que je sais, lors d’un des prêches aujourd’hui en question, il a apporté des explications d’un hadith relatif à la fin du monde », sans plus, selon le délégué général du CFCM, qui regrette l’attitude de ceux qui l’ont déjà condamné, certains allant même jusqu'à réclamer la fermeture de la mosquée. Sans attendre, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et la LICRA ont en effet annoncé le dépôt d'une plainte pour « incitation à la haine raciale ».

L'imam convoqué par la Grande Mosquée de Paris

« Il ne faut pas se précipiter. Même si tant est qu’il ait dérapé, c’est à lui de payer, pas à l’ensemble des musulmans. Il est présumé innocent tant que les vidéos n’apportent pas la preuve qu’il dit qu'il faut assassiner les juifs », insiste-t-il.

« J’attends avec impatience l’analyse de la vidéo. Cela peut être un montage, une mauvaise traduction entre l’arabe et l’anglais. Inutile de se précipiter pour jeter aux chiens et à l’opinion publique un imam présent à Toulouse depuis longtemps, et qui pour le moment n’a pas fait parler de lui dans ce registre », a signifié en ce sens à France Bleu Frank Touboul, le président toulousain du Conseil représentatif des institutions juives de France, qui connait bien l'imam.

Appelé à s’expliquer et à clarifier ses propos, l’imam d'origine algérienne, arrivé dans les années 1980 en France, a été convoqué par la Grande Mosquée de Paris pour une entrevue avec le recteur Dalil Boubakeur lundi 2 juillet. Le parquet a chargé le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de « vérifier le contenu et les modalités de cette diffusion » des vidéos qui devront être traduites par un interprète assermenté.

Mise à jour lundi 2 juillet : L’imam de Toulouse s'excuse auprès des juifs de France pour « l’interprétation décontextualisée de ses propos »

Lire aussi :
La Grande Mosquée de Toulouse enfin inaugurée
Avec la Semaine de la Fraternité, le dialogue interreligieux se structure à Toulouse


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur