Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Un travail, bâclé et hors sujet Mr Jean Marc Leclerc !

Rédigé par Tayeb Fatiha | Mardi 16 Décembre 2003

Le ministre de l'intérieur, lors de l'émission '100 minutes pour convaincre' du 22 novembre 2003, avait annoncé devant toute la France son intention prochaine de faire nommer un 'préfet musulman' dans le cadre de sa 'discrimination positive'(qui est à mes yeux le constat officiel d'une discrimination raciale et religieuse). Cette déclaration de N.Sarkozy lui a valu une multitude de réactions dont celle de J.M Leclerc, journaliste du Figaro, qui dans un article intitulé 'Préfet musulman recherché désespérément' du 28 novembre 2003 étale un mépris et une condescendance non dissimulés.



Le ministre de l'intérieur, lors de l'émission '100 minutes pour convaincre' du 22 novembre 2003, avait annoncé devant toute la France son intention prochaine de faire nommer un 'préfet musulman' dans le cadre de sa 'discrimination positive'(qui est à mes yeux le constat officiel d'une discrimination raciale et religieuse). Cette déclaration de N.Sarkozy lui a valu une multitude de réactions dont celle de J.M Leclerc, journaliste du Figaro, qui dans un article intitulé 'Préfet musulman recherché désespérément' du 28 novembre 2003 étale un mépris et une condescendance non dissimulés.

 

Tout commence par le titre éloquent de son article : 'préfet musulman recherché désespérément'. Un titre, dont le rôle en général est de synthétiser en quelques mots le contenu d'un écrit afin d'en donner une idée globale, nous informe ici davantage sur les amalgames et l'ignorance de Mr Leclerc. La tournure ironique du titre (qui n'est pas sans rappeler un film d'humour américain : 'recherche Suzanne désespérément' avec Madonna), accolé à l'adverbe 'désespérément' traduisent le ridicule et la quasi impossibilité pour un musulman de devenir préfet (qui en revanche trouverait davantage sa place dans un cirque!).

 

En plus d'adopter un ton moqueur, Mr Leclerc, juge et condamne les musulmans à une image d'incapables et d'incompétents. En d'autres termes et dans un climat (depuis le 11 septembre 2001) propices à diverses élucubrations racistes et xénophobes, cela s'appelle de l'islamophobie !

 

L'article de Mr Leclerc manque cruellement de professionnalisme et (l'un n'allant pas sans l'autre) de connaissances. Ces dernières lui faisant particulièrement défaut. Quand on lit son texte, on est frappé par les amalgames, les clichés et les erreurs qu'ils contiennent. 

Ce qui est effrayant, c'est que, de par son ignorance ce journaliste pratique de la désinformation. Cela me choque tout autant que le pompier pyromane ! Pour les deux cas les conséquences sont dramatiques, mais seul un est condamnable !

L'étroitesse d'esprit de Mr Leclerc l'enferme dans l'idée largement médiatisé selon laquelle 'musulman' est synonyme de 'Français issu de l'immigration', de 'descendants de harkis', de personnes 'd'origine maghrébine' de 'jeune Maghrébin' et d'illettrés.

Tous ces termes qu'il utilise tout au long de son texte pour désigner une seule et unique population (la population d'origine maghrébine) ont en réalité des significations différentes les unes de autres :

 

1-     Un 'musulman' (mot utilisé dans le titre de l'article) désigne l'appartenance d'un individu à la religion islamique. La religion est absolument indépendante de l'appartenance ethnique d'une personne. C'est ainsi qu'on peut voir des musulmans en Indonésie, en Bosnie, en Chine bien qu'ils ne soient ni 'd'origine maghrébine' ni appartenant 'aux descendants d'harkis' ! Il est vrai qu'en France la majorité des musulmans sont d'origine sémite mais Mr Leclerc ignore certainement que beaucoup, sont aussi originaire d'Espagne, d'Italie, de Pologne… Et même de France. L'amalgame n'est-il pas frappant ?

1-     Par 'Français issu de l'immigration', notre journaliste croit certainement parler des Arabes. La réalité de cette expression se veut plus large que les idées arrêtées de Mr Leclerc, car elle rassemble toute personne d'origine immigrée ayant la nationalité française (soit par droit du sol, du sang, par mariage…). Ainsi on peut y trouver des portugais, des italiens, des espagnoles des algériens, des marocains, des sénégalais et j'en passe. A son insu Mr Leclerc élargit les critères de l'annonce initiale qui se limitait à la recherche d'un 'préfet musulman' ! Toute personne d'origine immigrée peut désormais postuler au poste à pourvoir. Si Mr Sarkozy n'était pas déjà occupé par son poste de ministre de l'intérieur, il aurait peut-être  répondu à l'annonce!

2-     Les 'descendants de harkis' sont les enfants d'anciens combattants algériens pour la France. Parmi eux certains sont musulmans et d'autres pas.

3-     En évoquant 'les fonctionnaires d'origine maghrébine' J.M Leclerc donne une précision sur la population à laquelle il pense, mais il reste toujours en décalage avec les exigences de l'annonce ! Mais c'est vrai que ce journaliste n'est pas à son amalgame près, et doit certainement penser que tous les arabes sont forcément musulmans.

 

Mr Leclerc égal à lui même termine son article aussi maladroitement qu'il l'a commencé. Sa condescendance va maintenant toucher un 'jeune maghrébin' qui, aspirant au poste de préfet, aurait rédigé une lettre de motivation dans 'un français impeccable' ! Cette précision me sidère et me laisse perplexe sur son auteur qui se veut journaliste. Mr Leclerc doit obligatoirement ignorer que des centaines de milliers de 'jeunes maghrébins' fréquentent les collèges, les lycées, les universités et grandes écoles. Certains deviennent avocats, médecins, journalistes et même professeurs de français ! Ces maghrébins (d'origine ou non)  restent certes minoritaires proportionnellement à la population qu'ils représentent, mais largement majoritaires par rapport aux moyens mis en œuvre pour leur donner un semblant d'égalités des chances et par leurs handicaps d'origine ( pour en  savoir plus lire les Héritiers et la Reproduction de P.Bourdieu et J.C Passeron; et l 'Inégalité des chances de R. Boudon). L'illettrisme qui caractérisait la population maghrébine des années 70 tend à disparaître au profit d'une génération au 'français impeccable'.

 

Mr Leclerc manque sérieusement de références et de terrain pour avancer de telles aberrations. Ce dernier est tombé dans le piège de certains journalistes, qui travaillent sur les bases de l'amalgame, de la stigmatisation et donc de l'ignorance. Ces bases erronées, à force d'être perpétuellement ressassées finissent par devenir des vérités dans l'esprit de certains journalistes et de nombreux lecteurs ou téléspectateurs. Ce ne sont en réalité que des préjugés qui ne font qu'alimenter des sentiments de peur et de haine.

C'est avec un tel bagage peu professionnel que Mr Leclerc dépeint le 'maghrébin' comme éternellement 'jeune', en constant échec scolaire, parlant un français à peine compréhensible et forcément musulman.

 

Avec des idées aussi dédaigneuses qu'erronées, je comprends mieux (bien que je le déplore) le ton condescendant et méprisant de l'article de Mr Leclerc dont le titre ('Préfet musulman recherché désespérément') parle de lui même.