Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un néonazi à la commission des libertés du Parlement européen

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 10 Juillet 2014



Udo Voigt
Udo Voigt
Un des sièges de la Commission des libertés civiles du Parlement européen, une instance notamment responsable du respect des droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations, sera occupé par… un néonazi ! Il s’agit d’Udo Voigt, ancien président du Parti national-démocrate d’Allemagne, qui s’est rendu tristement célèbre pour ses louanges d’Hitler et ses positions révisionnistes.

Udo Voigt est le premier député néonazi allemand à faire son entrée au Parlement européen, après avoir obtenu 1% des suffrages lors des dernières élections européenne. Malgré le score très faible de son parti, la réforme du système électoral allemand, qui a instauré la proportionnelle stricte, lui permet de siéger à Bruxelles.

« Nous voulons une Europe des patries et non pas (une Europe) qui soit sous la férule des dictateurs bruxellois » s’était-il exclamé pendant la campagne, usant de slogans tels que « De l'argent pour Mamie, pas pour les Roms » ou encore « Oui à Maria, non à la charia ! » pour se faire élire.

Il a été condamné pour avoir qualifié Hitler de « grand homme d’Etat » en 2003 dans un journal allemand. En 2007, il a affirmé que « six millions de morts, cela ne peut pas être exact. Au maximum 340 000 personnes sont mortes » durant l’Holocauste, alors que les historiens sont unanimes à chiffrer à 6 millions le nombre de victimes de la Shoah. Udo Voigt a aussi envisagé de proposer un proche d’Hitler, Rudolf Hess, au prix Nobel de la paix.

Fils d’un membre des sections d’assaut (SA) hitlériennes, le député d’extrême droite, 62 ans, a dirigé le NPD de 1996 à 2011. Sous sa présidence, le parti a triplé ses effectifs, et s’est implanté durablement dans certains territoires déshérités, en RDA notamment. La formation, ouvertement raciste, antisémite et révisionniste fait l’objet d’une procédure judiciaire en vue de son interdiction outre-Rhin, suite à une série de crimes racistes commis par des proches du NPD.

Lire aussi :
Européennes 2014 : l'extrême droite islamophobe conquérante