Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un ancien lupanar transformé en mosquée

Rédigé par La Rédaction | Mardi 15 Mars 2011



A Yverdon-les-Bains en Suisse, un ancien loft libertin abrite désormais une mosquée. Le club de 120 m2 est situé dans la zone industrielle d’Yverdon, il accueillait avant sa fermeture des gang-bangs organisés par l’ancien conseiller communal de l’UDC : Fabien Richard. La presse avait révélé les activités du jeune politicien (25 ans) au cours de l’été 2010, entrainant sa démission du parti conservateur. D’après le journal Le Matin, le père de Fabien Richard, Yves Richard, a sous-loué les locaux à une communauté musulmane. Un moyen de s’acquitter des 1300 francs de loyer mensuel que Fabien Richard doit toujours payer pour son ancien club.

«Ils [les fidèles musulmans] sont là depuis deux mois et nous ferons le point en juin», précise ainsi Yves Richard. Mais la situation ne semble pas plaire aux propriétaires du bâtiment qui se défend de toute islamophobie mais déclare à son tour: «on m’avait dit que le local était occupé pour du yoga et j’apprends par Le Matin qu’il est sous-loué et qu’on y organise des prières cinq fois par jour. Maintenant, les voisins se plaignent de places de parc squattées ».

Le responsable du nouveau lieu de culte, Ameti Femi se dit surpris de cette réaction affirmant que les propriétaires sont « parfaitement au courant qu’il y a une salle de prière». Mais le climat suisse actuel n’est pas favorable aux musulmans qui ont beaucoup de mal a trouvé des locaux pour établir des lieux de culte. Dans ces conditions l’ancien club libertin faisait bien l’affaire, d’un lieux de débauche les fidèles en avait fait un lieux religieux.

Dans le voisinage, l’accueil est mitigé : «qu’il y ait du c… ou du culte ici, je m’en fous. Ce qui m’importe, c’est qu’on ne me pique pas mes places de parc», explique un chef d’entreprise. Pourtant les musulmans veulent apaiser la situation. Lors d’une prière du vendredi ayant réunit plusieurs dizaines de personnes, un responsable à exhorter les fidèles à rester discret «n’oubliez pas que nous ne sommes pas aimés mais tolérés. Ne faites pas de bruit. Veillez à ne déranger personne». Les prières seront-elles plus dérangeantes que les parties de jambes en l’air ?

Lire aussi :

Suisse: le minaret de la discorde
Les musulmans suisses toujours en état d'alerte
La Suisse tombe ses minarets
Quand les mosquées chantent leurs minarets




Loading