Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Tariq Ramadan face aux anti-burqa

Rédigé par Amara Bamba | Vendredi 4 Décembre 2009 à 14:19

           

C’était hier et ce fut grand. Car ce fut le Tariq Ramadan qu’on connaît et qu’on aime lire et écouter. Eloquent, clair, précis et pertinent. Un intellectuel comme on en souhaite plus sur la question musulmane en Europe. Un musulman d’Europe, porteur d’une pensée authentique, d’une vision courageuse, qu’il sait exposer avec rationalité et pédagogie. On peut aimer ou détester, mais le propos vaut qu’on s’y arrête, qu’on l’entende et qu’on le médite.



Tariq Ramadan face aux anti-burqa
Face à la commission Gérin, Tariq Ramadan a tenu son rôle. On est loin du Tariq qui se démène comme un chiffonnier face aux accusations de ses détracteurs. Cette fois, il ne s’agit pas de s’étriper sur des questions personnelles ou des questions politiques. Il ne s’agit pas de donner la réplique à Caroline Fourest ni à Sarkozy. Il s’agit de mener un débat réel avec une commission engagée à la préparation des mentalités pour faire adopter la loi antiburqa, dans le prolongement de la loi antifoulard.

L’islam n’est pas monolithique

D’un point de vue théologico-légal, M. Ramadan a rappelé la diversité des interprétations musulmanes sur la question de la burqa comme sur bien d’autres questions. « L’islam comme une référence monolithique n’existe pas, dit-il. Vous avez des interprétations aussi diverses que dans la tradition chrétienne ou dans la tradition juive. » Puis d’ajouter que « cette idée d’avoir l’islam modéré d’un côté et l’islam fondamentaliste de l’autre en dit plus sur l’ignorance de celui qui qualifie les choses ainsi que sur celui qui connaît les réalités et les dynamiques ».

Le ton est donné. Il ne s’agira pas, pour lui, de dresser une manière de vivre sa foi contre une autre manière de vivre sa foi. Il s’agit, comme il le précise, de comprendre les sources et les références des uns et des autres, avant de prétendre apporter une réponse à une vraie question que certaines interprétations peuvent poser.

Une démarche pédagogique

Une fois les diverses motivations sur la burqa brossées, la deuxième idée forte de M. Ramadan est une invitation des politiques à une « démarche pédagogique ». Car, dit-il, « Ne mettez pas les autorités les unes contre les autres. Dans le fait religieux, quand deux autorités se confrontent, elles s’excluent ». Et dans cette invitation au législateur, M. Ramadan insiste sur le partenariat avec les responsables religieux français. « Dans ce débat précis, la pensée qui naît d’une tradition musulmane doit être une dimension qui doit vous intéresser », dit-il.

L’on se souvient qu’à l’ouverture des auditions, au mois de juillet, M. André Gérin, qui préside la commission, avait insisté sur son rôle. À l’image de la commission Stasi − sur l’affaire du voile à l’école −, M. Gérin a précisé que sa mission n’avait pas à discuter de la question religieuse car elle sort du champ politique. Elle devait s’interroger sur une question sociale.

Pour Tariq Ramadan, la question religieuse ne peut être ainsi éludée. Cependant, si le politique doit s’en saisir, il doit le faire en sachant que « vos concitoyens français de confession musulmane sont vos partenaires et non pas simplement vos interlocuteurs extérieurs ». Il explique cette position car il faut comprendre que, « aujourd’hui, l’islam est une religion française que des citoyens français sont de confession musulmane et que la très grande majorité des ces Français de confession musulmane, leaders compris, autorités locales religieuses compris, ici dans ce pays, sont vos partenaires dans cette lutte pour une meilleures compréhension de l’islam ; pour mettre en évidence le fait que la burqa et le niqab ne sont pas des prescriptions islamiques et que nous sommes liés ensemble sur ce travail et qu’une loi qui serait seulement perçue comme stigmatisante ne résoudra pas le problème ».

Comment une telle loi ne serait-elle pas stigmatisante ? M. Ramadan explique que, du point de vue des musulmans, il s’agirait ainsi de prendre prétexte des positions extrêmes de certains groupes pour aborder les vraies questions qui méritent d’être posées sur la présence musulmane en France et en Europe.

Le vrai problème

Le troisième point fort de l’audition est un classique du discours de M. Ramadan. Il met fermement la commission en garde contre l’islamisation tout azimut des problèmes sociaux. « Aujourd’hui, vous avez une partie de la population qui a l’impression que, chaque fois qu’on parle d’elle, au lieu de regarder ce qu’elle vit socialement, on culturalise son appartenance, on islamise son identité et elle vous en veut pour cela. Ils ont l’impression que toute la classe politique parle d’un problème qu’ils ne ressentent pas, eux. Et que, lorsque vous êtes un peu arabe d’origine, quand vous avez un nom musulman affilié, la réalité est que vous n’avez pas le travail, vous n’avez pas l’appartement. »

Ce discours victimaire est certes ordinaire. Mais Tariq Ramadan précise : « J’en veux à tous les populistes qui disent que les sociétés occidentales sont victimes d’une lente colonisation. Cette victimisation, cette attitude de colonisés, est très grave », dit-il avant d’ajouter : « J’en veux aussi aux leaders musulmans qui jouent la victime et disent : "On n’est pas aimés, on nous stigmatise." »

Pour lui, le citoyen suisse, dont les concitoyens viennent d’interdire la construction de nouveaux minarets, il y a un double malaise dans nos sociétés et il faut les entendre tous les deux et agir des deux côtés pour « changer l’attitude victimaire en une attitude de citoyens responsables. »

Son analyse est que « les deux questions ne s’excluent pas. Mais à mal poser la première question vous donnez l’impression de ne même pas considérer l’autre. La seule vraie [question] qui compte : celle de l’application stricte et égalitaire des lois de ce pays pour toutes les citoyennes et tous les citoyens », conclut-il.

Le débat vaut le détour

Dans le débat qui suit l’exposé, l’on apprend que certains membres de la commission se sont opposés à l’invitation de Tariq Ramadan.

M. Éric Raoult (UMP, Seine-Saint-Denis), rapporteur de la commission, ouvre le feu. Il est suivi dans la foulée par M. Jean Glavany (SRC, Hautes-Pyrénées), qui, faisant allusion à l’interdiction des minarets en Suisse, estime « qu’on a compris ces dernières semaines que la lumière venait de Suisse ». Jacques Myard (UMP, Yvelines), radicalement anti-burqa, se lance à son tour sur une partition mille fois entendue. Cette fois, il brandira un livre de fatwas salafistes pour enfin révéler les sources de sa vision rétrograde de l’islam.

Dans l’ensemble, Tariq Ramadan essuie des accusations devenues classiques de double discours, de fondamentalisme, d’inefficacité sur le terrain, de mépris pour la condition des femmes…

M. Ramadan a joué le jeu. Profitant pleinement de son temps de réponse, renvoyant M. Glavany dans les cordes et lançant quelques piques au passage, y compris sur les motivations de la commission. Pour une fois, André Gérin, d’ordinaire calme et cérémonieux, a trépigné d’impatience pour ensuite se trémousser sur son fauteuil en s’éternisant en justifications élémentaires sur l'objet de la commission ; au point d’oublier qu’il est le président de séance, chargé de distribuer la parole.

Au final, une belle audition et une double certitude : Tariq Ramadan est incontournable sur son sujet quand le cadre est approprié ; et une loi anti-burqa est un objectif incontournable aux yeux de la Commission Gérin.

Pour suivre le débat, cliquer ici : Tariq Ramadan face aux anti-burqa





Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

39.Posté par KTEL le 28/08/2010 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SALAM ALI COM

L ESSENTIEL EST L ADORATION DU DIVIN, NE NOUS LAISSONS PAS ENTRAINER DANS UNE PROPAGANDE
GIGANTESQUE, RESTONS MODESTE POUR ALLER AU BUT , LE PARADIS.
puisse dieu nous guider

said


38.Posté par Aurora le 16/05/2010 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vidéo

Ramadan Tariq - A propos de la législation sur l'interdiction de la burqa et du niqab
http://www.dailymotion.com/video/xdbhjv_ramadan-tariq-a-propos-legislation_webcam

37.Posté par François le 18/12/2009 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La burqa me fait gerber et c'est mon droit. Je déplore que les musulmans '"dits modérés" ne font pas le nécessaire eux mêmes car finalement ils aident par leur indifférence à attiser le rejet des européens. Ce serait tout de même à eux de pratiquer leur religion afin qu'elle s'intègre dans la république laïque française. Qu'attendent-ils ? la guerre civile ???

36.Posté par Soufiene le 18/12/2009 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@distinction
Ne cherche pas a comprendre la nature de Tarek Ramadan (TR). TR est la fois Salafiste et non Slafiste, laique et non laique, le tout et sont contraire. Ces methodes ressemblent trop a celles des Freres musulmans de l'Egypte. En effet, ils sont comme le mercure ces gens la, trop malleables, et tu n'arriveras jamais a les contourner. TR ne te diras jamais que le voile est ces semblables sont les inventions des islamistes comme je l'ai dit dans mes precedents commentaires. Et la preuve, qu'ils sont les seules trop pointilleux sur le port du voile, et ils le defendent au nom des droits. Dans notre societe, le dit "voile Islamique", est percu comme une forme de sectarisme islamiste.

35.Posté par Soufiene le 18/12/2009 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tarek Ramadan est la creation des medias Francais. On peut se demander pourquoi les medias Francais invitent toujours Tarek Ramadan pour discuter de l'identite nationale Francaise, et en particulier la place de l'islam et des musulmans en France. Sachant que Tarek Ramadan n'est pas Francais. Les musulmans de France se sentent abondonnes, stigmatises, et plusieurs d'eux considerent Tarek Ramadan comme un avocat.

34.Posté par distinction le 18/12/2009 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Beub
Je ne sais pas comment vous voyez les musulmans de France. Mais j'ai l'impression que vous avez des idées qui sont fausses parce que vous confondez deux choses qui ne sont pas à confondre: tarik et les salafistes. Soit vous ne connaissez pas tariq soit vous ne connaissez pas les salafistes. Peut être même que vous ne connaissez ni l'un ni les autres parce que quand on connait les deux, on ne peut absolument pas les comparer. Et d'ailleurs les pires adversaires de TR parmi les musulmans ce sont des salafistes. Donc il faut faire la distinction entre les choses parce qu'à tout mélanger on n'est plus capable de reconnaître. TR n'est pas un salaf et les salaf n'aiment pas TR.

33.Posté par Beub le 17/12/2009 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Soufiene, ton témoignage confirme ce que je pense à propos de beaucoup de musulmans de France. Même si ce réflexe est compréhensible, puisque dans toute minorité qui se sent attaquée on a tendance à tolérer voire même soutenir les éléments radicaux ou sectaires, c'est très dommageable. Au nom de la solidarité entre musulmans, on tolère voire même on valorise des comportements qui pourtant sont inimaginables dans des pays majoritairement musulmans comme le tien. Quand je vois la popularité de Tariq Ramadan parmi les jeunes musulmans Français, ou l'autre jour quand j'ai vu que les jeunes de mon quartier écoutaient tous attentivement un imam salafiste venu faire un prêche, cela m'inquiète. Je pense cela se passerait beaucoup mieux que si les fondamentalistes et les salafistes étaient plus clairement rejetés par notre communauté musulmane, comme le sont les intégristes par les catholiques et les ultraorthodoxes par les juifs (bref tous ces gens pour qui la religion ressemble plus à de la superstition qu'à de la foi).

32.Posté par Soufiene le 17/12/2009 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Beub

Non je ne suis pas un musulman de France, je suis un musulam de la Tunisie. Donc je ne peux pas etre pour ou contre quelque chose qui se passe en France. Cependent, le fait d'apprendre que des jeunes musulmanes en France sortent en Burqua m'a choque. Deja chez-nous la majorite de la societe est musulmane et personnellement je n'ai jamais vu de burqua. En fait dans mon commentaire j'ai voulu tout simplement expliquer a Estelle que ces trucs sont inventes par les islamistes, et qu'une femme peut bien etre une musulmane sans les mettre. En plus, il ne sagissait pas d'etre pour ou contre, il fallait plutot s'expliquer tout court.


31.Posté par Beub le 16/12/2009 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Soufiene: je trouve que c'est un problème quand tu dis "je ne suis ni pour ni contre" la burqa. C'est bien ce qu'on reproche aux musulmans de France. A force d'être passifs face aux intégristes ils finissent par devenir complices. Les catholiques ont au moins le mérité d'avoir fait le ménage dans leurs rangs et d'avoir virés tous les fanatiques de la messe en latin, et ils sont bien mieux acceptés dans la société Française depuis.

30.Posté par Tâlib le 16/12/2009 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
As'salam,

Réponse différée suite à quelques problèmes technico-informatique ...

@ Barbie hidjabiste

Vous écrivez :"donc, le point culminant de cette interprétation consiste à dire que le "niqab n'est pas une prescription religieuse" ! Ainsi, dans la mesure où j'approuve cette interprétation, j'approuve également par déduction que le niqab n'est pas une obligation religieuse! c'est tout !"

Les mots doivent être bien pesés ... Le niqabn'est pas une obligation religieuse, mais il reste pour une minorité de savants une tradition religieuse (sounna)et donc une prescription religieuse.

Vous écrivez :"vous ne pouvez pas adhérer à une théorie, et ne pas l'assumer, à ce moment là , cela ne sert de trancher parmi plusieures théories, si vous ne vous en sentez pas capable! ici, nous avons des ulémas qui considère que c'en est une " obligation religieuse" et d'autre ( la majorité ) qui considère que non... par ailleurs, le fait que j'adopte cette interprétation ne sous 'entend pas , que je ne respecte pas l'autre, ou bien que je m'y oppose, c'est juste que contextuellement , je pense que l'interprétation qui consiste à "dé-religiosiser" le niqab est plus cohérent!"

C'est votre point de vue, et j'en ai bien pris connaissance. Je vous invite à lire ou relire des enseignements sur le sujet de la divergence d'opinions chez les savants (ikhtilaf), et le comportement à avoir en tant que musulman(e) non-savant vis à vis de ces divergences d'opinions. Ces articles récapitulent certains enseignemen...  

29.Posté par gaetan33 le 15/12/2009 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Soufiene

je vous remercie pour votre analyse..Si tous les musulmans résonaient comme vous, je pense qu'il y aurait beaucoup moins de problèmes concernant la compatibilité de l'islam et de notre république laïque.

28.Posté par Soufiene le 14/12/2009 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Estelle

Le voile, la burqua, le niqab, le hijab est semblables sont les inventions des integristes Islamistes. Je le sais parce que moi-meme je suis musulman, et je suis ne et grandi dans une societe musulmane. Je ne suis ni pour ni contre, mais je trouve compeletement ridicule le fait de sortir en burqua en France, et comme-ci on est dans un p'tit village Afghan. Le plus ridicule, c'est defendre ces trucs au nom de la liberte de choix!!! Tarek Ramadan sait bien serpenter et manier la langue, c'est une tactique, une ruse, qui l'a herite des freres musulmans de l'Egypte.

27.Posté par Soufiene le 14/12/2009 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Estell

Burqua + niqab + hijab sont tous les inventions des integristes islamistes, je le sais parce que je suis moi-meme musulman. Je ne suis ni pour ni contre, mais je trouve completement ridicule le fait de sortir en Europe comme dans un village Afghan. Le plus ridicule est que certains defendent ces trucs au nom de la liberte de choix!!!!

26.Posté par barbie hijabiste le 13/12/2009 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ talib,

je n'ai effectivement pas les compétences nécessaires pour me forger une interprétation de tel ou tel verset coranique, et je ne le prétend pas! en revanche, vous le dîtes vous même, j'ai adhérer à une interprétation plus qu'une autre, qui consiste à dire que " le port du hidjab comme étant une obligation religieuse, et précisant que la burqa est une tradition religieuse qui ne doit pas être rejeté des enseignements islamiques car faisant partie tout de même de l'Islam dans un contexte de vie précis"

donc, le point culminant de cette interprétation consiste à dire que le "niqab n'est pas une prescription
religieuse"
! Ainsi, dans la mesure où j'approuve cette interprétation, j'approuve également par déduction que le niqab n'est pas une obligation religieuse! c'est tout!

vous ne pouvez pas adhérer à une théorie, et ne pas l'assumer, à ce moment là , cela ne sert de trancher parmi plusieures théories, si vous ne vous en sentez pas capable! ici, nous avons des ulémas qui considère que c'en est une " obligation religieuse" et d'autre ( la majorité ) qui considère que non...

par ailleurs, le fait que j'adopte cette interprétation ne sous 'entend pas , que je ne respecte pas l'autre, ou bien que je m'y oppose, c'est juste que contextuellement , je pense que l'interprétation qui consiste à "dé-religiosiser" le niqab est plus cohérent!

wa salam

25.Posté par Emerique le 09/12/2009 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Ramadan, malgré vos discours je pense vraiment que le racisme est la plus basse forme de stupidité humaine, et l'islamophophie au contraire , le summum du bon sens...

1 2 3