Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Strasbourg sort son premier calendrier interreligieux

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 25 Janvier 2013



Strasbourg a choisi d’éditer pour la première fois un calendrier des religions pour l’année 2013, a indiqué, mercredi 23 janvier, le maire socialiste de la ville, Roland Ries.

Les représentants de six cultes, à savoir l’islam, le catholicisme, l’orthodoxie, le protestantisme, le judaïsme et le bouddhisme, se sont mis d’accord pour sortir ce calendrier interreligieux.

Ainsi, le croissant islamique, l’étoile juive, la roue bouddhiste et les croix chrétiennes figurent sur ce calendrier tiré, pour cette première édition, à 2 000 exemplaires. Pour une ville de plus de 270 000 habitants, ce tirage s’avère faible. Toutefois, l'adjoint au maire en charge des cultes, Olivier Bitz, fait savoir qu’il pourrait être disponible via le site internet de la municipalité.

« Un des facteurs principaux de l'intolérance, c'est l'ignorance de ce que font les autres », a souligné M. Ries, en précisant avoir « associé aussi à ce travail ceux qui n'ont pas de religion (athées ou agnostiques) ».

Dans ce calendrier, les fêtes des différentes religions sont mentionnées. Chaque mois comporte, par ailleurs, une œuvre photographique qui illustre une fête particulière.

Ainsi, le mois de janvier renvoie à l'épiphanie chrétienne, février à la mort de Bouddha, et mars à la libération du peuple hébreu (Pessah). Juillet rend hommage au jeûne du Ramadan, qui aura lieu cette année 2013 à cette période, septembre aux trois fêtes juives de Tichri dont Yom Kippour, jour de jeûne et d’expiation du peuple juif. Le mois d’octobre est illustré par l’Aïd el-Kébir (ou Aïd al-Adha), la fête musulmane du sacrifice, novembre par la Toussaint catholique et décembre par le Noël chrétien.

Une seule célébration non religieuse figure sur le calendrier : celle de la fête nationale du 14 juillet.

La ville de Strasbourg, située dans le Bas-Rhin, bénéficie du statut spécifique de l’Alsace-Moselle, où les collectivités peuvent financer les cultes, ce qui a permis la mise en place d’une telle publication.

A Mulhouse, qui dispose du même statut, la ville a sorti son neuvième calendrier interreligieux en 2013.

Lire aussi :
Mulhouse : un calendrier interreligieux pour 2012
Nicolas Senèze : « Dieu, Yahweh, Allah : connaître la religion de l'autre, c'est mieux le comprendre »
Jours fériés pour juifs et musulmans : les réactions pleuvent
Des congés payés dédiés aux fêtes musulmanes ?
Avec le KAICIID, l’Arabie Saoudite encourage le dialogue interreligieux dans le monde
2e forum islamo-chrétien : un dialogue d’amitié et de vérité
Financée par l’Etat, la Grande Mosquée de Strasbourg fait la fierté de la ville
Le Concordat s’invite dans la campagne