Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Six mois de prison ferme pour une fausse victime des attentats du 13-Novembre

Rédigé par Benjamin Andria | Mardi 16 Octobre 2018



Six mois de prison ferme pour une fausse victime des attentats du 13-Novembre
Alexandra Damien s’était faite passée pendant trois ans pour une victime des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Pour ce grave mensonge, elle a été condamnée, mardi 16 octobre, à deux ans de prison, dont 18 mois de sursis assorti d'une mise à l'épreuve comprenant une obligation de soins, d'indemniser les parties civiles et de chercher un travail. Elle devra ainsi purger six mois de prison ferme pour escroquerie et faux témoignage.

Cette Parisienne, âgée de 33 ans, affirmait avoir été victime de l’attaque survenue à la terrasse du bar le Carillon où elle était une habituée. Elle ne s'y était pas rendue ce soir-là mais elle décide d'affabuler. Alexandra Damien exhibait ainsi une cicatrice qui était, selon elle, provoquée par une rafale de kalachnikov et arborait fièrement un tatouage, devise de la ville de Paris, « Fluctuat nec mergitur » (« Il est battu par les flots, mais ne sombre pas »).

Elle a été démasquée après avoir escroqué le Fonds de garantie des victimes de terrorisme et autres infractions pénales (FGTI) à hauteur de 20.000 euros tout comme l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT) avec qui elle avait bénéficié d'un stage thérapeutique dans un hôtel en Normandie. De nombreuses incohérences apparues dans son récit avec le temps avaient conduit à l'ouverture d'une enquête.

Le parquet avait requis 18 mois de prison ferme, pointant un dossier « marqué par la cupidité » d’Alexandra Damien, qui avait relancé dix fois le FGTI.

« Escroquer la solidarité nationale et vampiriser le chagrin des victimes de terrorisme mérite sanction, la condamnation d'aujourd'hui le montre », s'est indigné Arthur Dénouveaux, président de Life for Paris, avec qui elle était entrée au contact au départ pour faire valoir son statut de victime. Alexandra Damien devra également leur verser des dommages et intérêts au titre de leur préjudice moral et des frais de justice.

A ce jour, une quinzaine de personnes ont déjà été condamnées pour tentative d'escroquerie ou escroqueries liées aux attentats de 2015.

Lire aussi :
Une fausse victime du 13-Novembre du Bataclan condamné à deux ans de prison
L'incroyable talent de menteur d'un candidat inventant une fausse victime du Bataclan (vidéo)