Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Représentation de l’islam de France : l’équation à plusieurs inconnues

Rédigé par Younès Yousfi | Lundi 20 Avril 2015



A la suite des déclarations, en février dernier, de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur en charge des cultes, voulant impulser une nouvelle dynamique dans la représentation de l'islam de France, bon nombre de citoyens de confession musulmane s'interrogent. (Ici, une photo du scrutin de 2011 visant à élire les membres du Conseil français du culte musulman et des conseils régionaux. Photo : © Lahcène Abib)
A la suite des déclarations, en février dernier, de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur en charge des cultes, voulant impulser une nouvelle dynamique dans la représentation de l'islam de France, bon nombre de citoyens de confession musulmane s'interrogent. (Ici, une photo du scrutin de 2011 visant à élire les membres du Conseil français du culte musulman et des conseils régionaux. Photo : © Lahcène Abib)
Le 25 février dernier, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve annonçait son plan pour l’islam de France. Au menu, favoriser la formation des imams, garantir la sécurité des lieux de culte et améliorer la représentation de l’islam.

Si les deux premiers volets font l’objet d’un quasi-consensus et de propositions concrètes rapidement applicables (on ne voit pas qui viendrait contester l’ambition d’avoir des imams mieux formés et des lieux de culte mieux sécurisés), la représentation de l’islam est toujours aussi délicate à instaurer, tant l’équation comporte d’inconnues.

Quel devenir pour le CFCM ?

La première de ces inconnues est bien entendu le Conseil français du culte musulman (CFCM). Quel devenir pour cette instance créée en 2003 par Nicolas Sarkozy et qui n’a jamais réussi à convaincre ? Quel rôle jouera-t-elle dans la nouvelle configuration post-Charlie qui prévoit la mise en place d'une instance de dialogue, en parallèle du CFCM, qui se réunira deux fois pas an autour du Premier ministre ?

Ces questions sont essentielles. Car c’est un vrai gouffre qui s’est progressivement creusé entre le CFCM et la base musulmane. Un gouffre tellement profond que son discours est devenu complètement inaudible, notamment auprès des jeunes générations.

Le CFCM est en effet tellement contesté qu’il aura beaucoup de mal à se fondre dans le nouveau paysage de l’islam qui se profile. Les raisons de cette contestation sont nombreuses, à commencer peut-être par son mode de scrutin.

La deuxième inconnue est la place qu’occuperont les différentes fédérations. De la GMP (Grande Mosquée de Paris) à l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), en passant par le RMF (Rassemblement des musulmans de France) ou le CCMTF (Comité de coordination des musulmans turcs de France), ces fédérations qui se présentent comme les représentants « naturels » des musulmans de France feront-elles partie, en tant que fédération, du futur dispositif ? La question mérite débat, car il est légitime de se demander si ces mêmes fédérations qui n’ont jamais su s’entendre jusqu’à faire couler le CFCM seront capables de dépasser leurs clivages et leurs intérêts partisans pour s’occuper enfin des réels défis auxquels sont confrontés leurs coreligionnaires musulmans. Ces mêmes fédérations sauront-elles évoluer et surtout se réformer pour répondre véritablement aux principales préoccupations de celles et de ceux qu’elles sont censées représenter. Sauront-elles également couper le cordon avec leur pays d’origine ?

Car c’est là la troisième inconnue : quel poids des pays d’origine sur l’islam de France ? La question peut paraître paradoxale. Elle relève pourtant d’une évidente réalité. Personne (parmi ceux qui s’intéressent à la question de l’islam) n’ignore que certaines mosquées sont aujourd’hui construites, gérées et financées par des pays étrangers, que certains imams sont formés, envoyés et payés par des pays étrangers et que certaines décisions impactant directement ou indirectement les musulmans français émanent de chancelleries étrangères.

Il serait candide de vouloir effacer complètement cette influence étrangère, ne serait-ce qu’au regard de la loi de 1905 qui ne permet pas à l’Etat d’assumer financièrement l’exercice du culte musulman. Il est en revanche réaliste de vouloir encadrer cette « ingérence », fixer des limites, imposer des plafonds budgétaires et organisationnels pour éviter toute subordination étrangère directe.

Bâtir l’islam de France avec des « purs produits du terroir français »

Mais l’aspect financier n’est pas la seule brèche étrangère de l’islam de France. Il est encore malheureusement trop rare de trouver dans les instances dirigeantes des différentes organisations existantes des musulmans nés sur le territoire français et qui maîtrisent parfaitement les codes linguistiques et sociaux de notre société.

Trop superficielle est la place réservée à ces Français issus de la deuxième ou de la troisième génération tant certains ont fait de leur rôle de représentation un métier et sont prêts à tout pour conserver leur semblant de pouvoir et de responsabilité. Aucune organisation ne parait avoir dépassé cet écueil.

Il s’agit là de notre quatrième inconnue, car l’islam de France ne sera concrètement de France qu’avec des « purs produits du terroir français ». Il sera d’ailleurs intéressant d’observer quels seront ces « intellectuels musulmans » qui se verront offrir une place de choix dans la nouvelle instance de dialogue préconisée par le ministre de l'Intérieur. Sur quelle base seront-ils désignés ? Scientifique, démocratique ou simplement médiatique ?

Enfin, et c’est la cinquième et dernière inconnue, quelle sera la réaction des musulmans de France ? Comment cette masse silencieuse, qui observe avec désolation la cacophonie du CFCM depuis plusieurs années, accueillera la nouvelle instance conçue pour porter leur voix ?

Il est grand temps que chacun assume ses responsabilités et dépasse les clivages, les égos et autres crispations pour apprécier sereinement le projet qui se dessine et se montrer à la hauteur des préceptes qui nous animent. Car la critique constructive est une chose, la polémique abusive en est une autre.

La tâche n’est pas aisée et ce n’est pas un hasard si plusieurs gouvernements successifs s’y sont achoppés. De nombreuses concertations sont en cours dans les différents départements. Espérons que cette tentative soit la bonne. Il en va de notre intérêt commun et de l’avenir de l’islam de France.

****
Younes Yousfi est directeur adjoint et cofondateur du collège-lycée Ibn Khaldoun de Marseille.