Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Quand les valeurs de la France sont en déliquescence...

Rédigé par Evangelitz Adriana | Jeudi 23 Décembre 2004

Christian Chesnot et Georges Malbrunot sont enfin libres... c’est un grand bonheur doublé d’un immense soulagement mais, n’ayons pas peur des mots, à qui le devons-nous ? A ceux qui ont habilement manœuvré pour qu’Al Manar soit rayé de la carte de France ? A bien y réfléchir, était-ce bien le moment de faire un tel tapage alors que la vie de nos deux journalistes ne tenait qu’à un fil depuis des mois ?



Christian Chesnot et Georges Malbrunot sont enfin libres... c’est un grand bonheur doublé d’un immense soulagement mais, n’ayons pas peur des mots, à qui le devons-nous ? A ceux qui ont habilement manœuvré pour qu’Al Manar soit rayé de la carte de France ? A bien y réfléchir, était-ce bien le moment de faire un tel tapage alors que la vie de nos deux journalistes ne tenait qu’à un fil depuis des mois ? Ou bien le doit-on à ceux qui sont raillés, vilipendés, ostracisés parce qu’ils sont musulmans mais qui voilés ou enturbannés ou nu-tête se sont montrés solidaires de ce pays qu’ils ont choisi pour terre d’élection ?

Pauvre France ! Dirons-nous pour faire le pendant au grand patron du Crif...  es-tu vraiment laïque ? Nous aimerions que tu le sois mais il semblerait que ce ne soit pas le cas. A-t-on jamais vu pareil tohu-bohu sur notre territoire dès qu’une chaîne de télévision « ose » diffuser une émission où il est question d’Israël ? Vit-on en France ou pas ? La question peut se poser dans la mesure où d’autres se la posent à notre place et s’interrogent sur la liberté des français qui, prise entre le marteau et l’enclume de certaines instances, est de plus en plus régressive... voici un message qui a circulé sur le Net il y a quelques temps, signé Robert Bibeau que nous saluons au passage...

« Camarades français je lis vos messages sur le rapport Rufin, sur le congédiement d’Alain Ménargues... c’est incroyable. Ou va votre société ? Que se passe-t-il en France ? Bientôt vous devrez présenter vos textes et vos déclarations au CRIF et au Ministre de l’Intérieur avant publication pour censure et épuration soi-disant 'antisémite'.
Vu de ce côté de l’Atlantique on se demande ou se dirigent vos politiciens, vos médias, vos 'philosophes', votre société.
Bien entendu, je sais comme vous êtes soumis aux pressions sionistes et je sais la collusion de votre bourgeoisie nationale avec le grand capital américain et européen, mais il semble que vous vous dirigez vers un intégrisme réactionnaire sous le prétexte de combattre l’antisémitisme.
Surtout, je me demande où votre bourgeoisie et le grand capital français trouvent-ils leur intérêt dans cette politique qui n’amènera que confrontation, lutte, racisme et antisémitisme ? ? ? Désolé de ne pas comprendre ce qui se passe chez-vous ! »

Voilà en quelques mots comment est perçue la France ! Nous non plus ne comprenons pas très bien. Les évènements sont en train de prendre une tournure qui ne nous plaît guère. Car il est à remarquer que ce sont toujours les mêmes qui montent au créneau pour geindre, se plaindre, récriminer, accuser et faire interdire ! La guerre à l’antisémitisme en France, après avoir fait un charivari du diable, est devenue une affaire mondiale relayée par Bush et sa clique alors que ce sont les musulmans que l’on assassine au Kosovo, en Irak, en Tchétchénie, en Palestine, au Soudan et ailleurs... il ne faudrait pas oublier cette réalité-là.

Quant à l’interdiction d’Al Manar, nous constatons les proportions abyssales prises par cette affaire et la condamnation empirique qui s’en est suivi outre-atlantique. Nous assistons-là à une escalade sans précédent et dangereuse. Nos gouvernants feraient bien de se libérer de certaines tutelles qui pourraient s’avérer nocives pour la démocratie et la liberté du peuple français. En tout cas, pour nous, cette pression devient intolérable. Que l’on décide à notre place de ce qu’il nous est permis de regarder à la télévision ou de ce qu’il nous faut lire commence sérieusement à nous porter sur les nerfs. Nous sommes assez grands pour savoir ce que nous avons à faire et où se situe le droit et la justice. Sûrement davantage que ceux qui crient au Loup sans en apercevoir l’ombre.

Les ressortissants allemands font-ils autant de ramdam lorsque sont diffusés les films narrant la dernière guerre où l’on ne se prive pas de dépeindre la cruauté des nazis ? Et si nous les regardons est-ce que cela va nous « inciter » à nous habiller comme les SS et à les imiter ? Le film de Luc Besson, Jeanne d’Arc, nous a-t-il « incité » à haïr les anglais puisque le mot « incitation » est devenu le terme incontournable de notre époque... incitation à la haine... incitation au racisme... incitation à l’antisémitisme... incitation à la violence... il y a des incitations à tout et partout en France ! Et à quoi sont « incités » ceux qui regardent les films pornos ? Vont-ils se transformer en violeurs débridés pour avoir visionné des scènes sulfureuses ? A croire que les français ne sont que des bœufs dépourvus de tout jugement, de toute raison et de toute intelligence. A croire que nous sommes tous plus crétins les uns que les autres ! A ce régime-là, il va bientôt nous être interdit de penser. La lobotomie des idées est à deux doigts d’être exécutée...

Mais en attendant, si nous ne possédons pas le droit de nous exprimer sur certains sujets ou de regarder certaines émissions sous peine de nous voir censurer ou mis au ban des renégats par les accusateurs qui se reconnaîtront, il faut aller se promener sur les sites soi-disant « laïcs » mais plus sûrement pro-israéliens pour comprendre que ce qui nous est refusé à nous ne l’est pas pour d’autres à partir du moment où l’on « casse » du musulman. Là, il n’y a nulle « incitation », tout est permis puisque la cible est arabisante.

On fait interdire Al Manar mais l’on encense Oriana Fallaci... ses brûlots sont devenus la nouvelle Torah de ceux qui nous traitent de racistes. Les superlatifs ne manquent pas... à elle, on ne la critique pas, on la trouve « émouvante »... on s’extasie devant ses propos orduriers du style... « Une colère qui me contraint à répondre et exige surtout que je crache sur eux. Je crache sur les 'Les chiens de garde de droits de l’homme' Oublie-t-elle, la « diva », que le livre autobiographique qui l’a rendue célèbre, « Un homme », décrit durant 497 pages les mérites d’un combattant de la liberté, poseur de bombes, luttant pour débarrasser son pays de l’oppresseur ? En ce temps-là, nous trouvions qu’elle avait du génie... et voilà que deux décennies plus tard, les résistants se sont transformés en « terroristes » et que les mots qui les désignent semblent tout droit sortis d’une poubelle ! Qu’on en juge...
« Et en plus ils font trop d’enfants. Les Italiens ne font plus d’enfants, les imbéciles. Les autres Européens, à peu près pareil. Les fils d’Allah, au contraire, se multiplient comme les rats. » , « au lieu de contribuer au progrès de l’humanité, passent leur temps avec le derrière en l’air, à prier cinq fois par jour », les Albanais quant à eux « inoculent aux Italiens la syphilis et le sida », les palais de Gênes, « réquisitionnés par les fils d’Allah, souillés, décrépis, meurent comme des belles femmes violées par une horde de sangliers », les « barbares » « transforment les autels des églises en chiottes », « il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût »... quelle façon élégante de traiter les musulmans ! Et quel bel hommage rendu à l’homme de sa vie qui mourut sous les coups des bourreaux.

Si ces propos s’étaient adressés aux gens de confession judaïque, qu’en aurait-il été ? Ne doit-on pas condamner ces insanités et les cataloguer dans une « incitation à la haine » ? Et si l’on se permet de faire interdire Al Manar pourquoi ce livre ignoble est-il publié en France ? Pourquoi l’auteur n’a-t-il pas été condamné au même titre que Garaudy dont les écrits ne possèdent pas l’ombre des grossièretés de la Fallaci ? Il y a là une politique du « deux poids deux mesures » qui fait déborder le vase de la logique et qui est tout simplement inacceptable pour ceux qui se battent contre l’injustice et la barbarie. Surtout avec ce que subissent Alain Ménargues, Tarik Ramadan, Pascal Boniface et de nombreuses autres personnalités dont les propos ne sont ni outrageants ni vulgaires. Mais on les condamne parce qu’ils ont la lucidité et le courage de dénoncer ce qui se commet en Palestine. Est-ce normal ?

Nous assistons tristement à une déliquescence des valeurs profondes de la France. La laïcité n’est plus qu’un vain mot. Une guerre entre deux religions est savamment orchestrée, sur notre sol, par l’élite pro-Sharon. Qui exporte vraiment le conflit israélo-palestinien en France ? Les Chrétiens et les Athées font-ils autant d’histoires pour les insultes et dérapages sémantiques qui ne manquent pas à leur encontre ? Nous voit-on noyer nos médias et nos ministres de lettres de protestations pour leur signifier notre mécontentement et faire interdire la messe du dimanche à la télé, par exemple, ou le jour de Noël qui pour nous n’est qu’une grotesque farce quand on sait que Jésus de Galilée n’est jamais né un 25 décembre ? Non. Nous ne le faisons pas car nous ne nous prenons pas pour le nombril du monde et que nous sommes capables de débattre de nos idées sans les imposer aux autres.

Mais en attendant nos trois symboles « Liberté, Egalité, Fraternité » sont mis sous tutelle pour défendre une cause qui n’est pas la nôtre. Notre cause c’est le respect des droits de l’Homme que ne défendent ni Sharon ni Bush en ce qui concerne les musulmans. La Palestine et l’Irak en sont un exemple flagrant. Les populations sont massacrées, leurs maisons pilonnées, les infrastructures détruites les privant d’eau et d’hygiène et nous savons avec quelle barbarie et quelle cruauté sont traités les détenus. Les photos en témoignent. Dans certaine contrée, on martyrise à satiété et l’on joue avec les cadavres des palestiniens et dans d’autre on supplicie, on humilie puis on laisse les corps des victimes irakiennes se décomposer dans la rue à la merci des chats et chiens affamés qui, eux aussi, sont abattus.

Dans ces pays-là, les forces d’occupation ne respectent ni la vie des humains ni celle des animaux, ni la nature, ni l’Histoire. Ils violent toutes les valeurs et sont le déshonneur de l’Occident. Leurs odieuses pratiques ne peuvent avoir que de funestes résonances sur la perception du monde occidental par les peuples orientaux ! Que peuvent penser de nous les pays arabes lorsque d’un côté le port du voile devient un problème insurmontable mais que des prisonniers sont photographiés nus, dans des postures honteuses et humiliantes, sous prétexte d’interrogatoires ? Est-ce cela la Démocratie ? Quelle belle leçon donne la France à ces peuples en se laissant suborner par des individus partiaux défendant des causes qui sont loin d’être humanistes et où le droit est foulé aux pieds avec mépris ? Est-ce supportable ? Doit-on renier ce qui fait l’essence même de notre Patrie, son combat pour la Justice, et laisser s’installer une férule sectaire qui mine les bases mêmes de nos valeurs. France... où est passé ton honneur ? Ton sens de la Justice ? Et serais-tu devenue aveugle au point de ne plus voir de quel côté se trouvent réellement les opprimés et les persécutés ?

Il y aurait beaucoup à dire sur les aberrations que nous constatons chaque jour. Comment doit-on réagir aux attaques et aux insultes subies par notre président au sujet des honneurs rendus à Yasser Arafat par exemple ? De quel droit monsieur Cukierman se permet-il : « Mais pourquoi as-tu honoré avec autant de faste - Marseillaise, drapeau tricolore, tapis rouge et garde républicaine - un homme dont tu savais que ses mains étaient tachées du sang de centaines de civils, dont celui de plusieurs Français. » Sharon a-t-il les mains propres lui ? Sa politique ségrégationniste, colonisatrice et destructrice envers le peuple palestinien est-elle un exemple à suivre par notre chef d’Etat ? Monsieur Chirac n’est-il pas assez compétent pour savoir ce qu’il a à faire en telle ou telle circonstance ? Qui gouverne la France à la fin et de quoi se mêle-t-on ? Le parti pris de certains annihile en eux toute notion d’équité les empêchant de voir la hideuse vérité d’en face. Ils cautionnent ce qui est condamnable et nuisible pour l’humanité et se font complices des violeurs des droits de l’homme. N’est-ce pas là trahir le pur esprit français et y installer de nouveau la triste époque de Vichy ? N’est-ce pas véhiculer sur notre territoire les relents nauséabonds d’un conflit ou le plus fort n’a aucun respect pour le plus faible et ce, depuis plus de cinquante ans ? Est-elle donc trop pacifique notre France pour qu’on lui cherche des chicanes ?

Quant aux critiques, que l’on peut encore lire sur les sites à la gloire d’Israël, émises sur les moyens employés par notre gouvernement pour faire libérer nos deux journalistes, que faut-il en penser ? Il faut voir avec quelle morgue et quel dédain ont été traités les chefs des communautés musulmanes dans leur prise d’initiative visant à les faire libérer. Il est vrai que s’il n’avait tenu qu’aux lapideurs de la France, la tête de nos otages n’aurait pas pesé bien lourd ! La tragique histoire d’Al Manar en est la preuve certaine. Qu’est-ce qui était le plus important ? La vie de deux hommes que l’on savait en sursis ou la suppression d’une chaîne arabe avec les conséquences que cela aurait pu supposer ? Est-ce cela l’esprit de partage dans notre belle communauté française ? S’abîmer sur ses petites misères avant de penser aux grands malheurs des autres ? Ah elle est belle la solidarité des donneurs de leçons qui ne sont dirigées que dans un sens... toujours le même !

Mais nous, citoyens du monde et plus particulièrement de cette France de cœur dont nous arborons les couleurs et symboles avec panache, serons-nous obligés d’émigrer ailleurs pour que perdurent les valeurs profondes enracinées dans notre âme et que naisse enfin, loin des semeurs de discordes, ce monde possible érigés sur trois piliers fondamentaux : Liberté... Egalité... Fraternité ?