Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pourquoi la France gèle les comptes de Hani Ramadan

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 20 Juin 2018



Pourquoi la France gèle les comptes de Hani Ramadan
Dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, le gouvernement français, par le biais du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Économie, a émis 17 arrêtés dans le Journal officiel en date du dimanche 17 juin. L’un des arrêtés porte sur le gel des avoirs en France de l’islamologue suisse Hani Ramadan, le frère aîné de Tariq Ramadan, pour une durée de six mois.

Le ministère de l’Intérieur a décrit Hani Ramadan comme un individu ayant « dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français », rapporte Lyon Capitale.

Cette description a rendu possible la référence à l'article du Code monétaire pour le gel de ses avoirs pendant six mois, car il correspond, selon le gouvernement, aux « personnes physiques ou morales, ou toute autre entité qui commettent, tentent de commettre, facilitent ou financent des actes de terrorisme, y incitent ou y participent ».

Au même titre que les 16 autres ressortissants étrangers qui ont connu le même sort, Hani Ramadan peut s’opposer à cette décision dans les deux mois suivant la publication des décrets.

Une décision « ridicule » selon Hani Ramadan

« Décidément, les procédures qui visent à limiter la liberté d’expression et d’action en France s’enfoncent dans le ridicule », a-t-il réagi sur son blog dans la soirée du mardi 19 juin. « Seul problème : je ne dispose d’aucun bien personnel en France, ni même d’aucune trace d’un quelconque compte bancaire gaulois ! », a-t-il précisé, avant de qualifier la décision de « parfaitement inutile » et d’insinuer que la mesure « relève d'un affichage politique ».

Hani Ramadan a déjà été expulsé de la France vers la Suisse en avril 2017, après avoir été sujet d'une interdiction administrative.

Bien connu pour ses discours antisionistes, Hani Ramadan n’a pas manqué d’ajouter que c’est « Benjamin Netanyahu qui devrait être interdit de séjour en France, et ce sont les comptes de l’État d’Israël qui devraient être bloqués, jusqu’à ce que ce pays se trouve dans l’obligation de respecter les Conventions de Genève et le droit international ».

Lire aussi :
Tariq Ramadan face aux juges : le point sur l'affaire