Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Pour Jean-Michel Aphatie, le « délinquant » Eric Zemmour doit être interdit d'antenne (vidéo)

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 7 Octobre 2019 à 11:00



Pour Jean-Michel Aphatie, le « délinquant » Eric Zemmour doit être interdit d'antenne (vidéo)
Dans l’émission C L’hebdo diffusée samedi 5 octobre, le journaliste Jean-Michel Aphatie est revenu sur la présence encore normalisée d'Éric Zemmour sur la scène médiatique, dénonçant un deux poids, deux mesures entre des discours antisémites (durement) sanctionnés et des discours antimusulmans, répandus, qui ne le sont pas dans la société.

Pour ce faire, il a fait une comparaison pertinente avec le cas Dieudonné, condamné pour incitation à la haine raciale comme Éric Zemmour, à ceci près que ce dernier continue toujours de sévir en toute impunité sur les plateaux TV.

« Comment expliquer que Dieudonné n’a plus droit à la parole dans la société française ? (…) C’est très bien d’ailleurs qu’il ne puisse pas parler, puisqu’il ne veut que répandre la haine. Éric Zemmour, c’est exactement la même chose, mais Éric Zemmour, on ne l’interdit pas de parole, ses employeurs ne le lâchent pas », a-t-il soulevé. « Il y a deux poids deux mesures dans la société : un discours antisémite est sanctionné, un discours anti-Arabe ne l’est pas et on est devant cette contradiction », a déploré Jean-Michel Aphatie.

Selon le journaliste, c’est un I[« raisonnement stupide, bête »]i que de laisser Éric Zemmour, un « délinquant », prendre la parole alors qu’il ne fait que « dire du mal des musulmans, de l’islam et des Arabes », sous prétexte qu’il représenterait une partie importante de la population. « Si les journalistes n’ont pas les moyens, via leurs employeurs, d’interdire ces propos sur leurs antennes, on se prépare à des lendemains difficiles », a-t-il conclu.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 07/10/2019 19:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Apathie, comme beaucoup est pour la censure de ce qui dérange. Ca nous prépare des lendemains difficiles...

2.Posté par Mythopasmytho le 08/10/2019 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et oui si l'on sanctionne ceux d'en bas pour de memes types de discours on ne peut pas dans un meme temps en dire qu'ils sont acceptables dès lors que c'est ceux d'en haut qui les exprime

3.Posté par Mythopasmytho le 08/10/2019 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. J'invente mais on ne peut pas dire le viol c'est beau par exemple.
On peut penser ce que l'on veut mais on ne peut pas dire toutes ses pensées. Etre civilisé est mis pour le dire.
Si on peut dire du viol que c'est beau par exemple, on dit des victimes de viols qu'elles n'ont pas de légitimité à porter plainte.
Ne pas avoir dit quelque chose ne signifie pas obligatoirement qu'on ne l'a pas dit.

4.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 08/10/2019 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le viol est un crime qui met en cause l'intégrité physique d'une victime. On ne peut pas le comparer avec une expression verbale ou une pensée.

Dire que le viol est "beau" (comme vous dites) peut se dire de 3 manières différentes.
D'abord sous la forme que vous employez vous même, en utilisant l'expression dans le cadre d'une discussion, à titre d'exemple. Rien que ça devrait, pour certaines féministes, entrainer votre castration immédiate. Faites attention à vous.

Ensuite sous une angle explicitement esthétique, avec ou non un sous entendu critique. Cela pourrait être par exemple l'occasion de magnifier le courage des femmes yézidies qui pourraient considérer le viol comme une blessure de guerre dont elles se vengent glorieusement. Ou bien d'exiger réthoriquement le viol d'un violeur, cela pour magnifier la réprobation de ses actes.

Finalement sous l'angle de sa nécessité avec un appel explicite à le commettre l'acte, et en précisant l'organisation de l'acte, ce qui s'apparente, bien qu'étant encore une simple expression à ce stade, à un acte criminel imminent.

Seule la troisième forme est répréhensible car assimilable à un acte physique. Certainement pas les deux autres...

5.Posté par Mythopasmytho le 09/10/2019 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien sur que le viol est un crime, vous n'avez pas compris.
Le crime n'est pas le thème, c'est la liberté de parole le thème, les pensées donc
On a le droit de penser du viol que c'est beau mais ce n'est pas une liberté de parole, c'est un délit.
On ne peut pas dire toutes ses pensées.
C'est ça le thème. Pas le contenu (ce que l'on dit) mais le contenant (le respect de la loi)

6.Posté par Mythopasmytho le 09/10/2019 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a eu un film là dessus. Un homme qui moquait les femmes victimes jusqu'à ce qu'un jour dans un parking il soit lui meme violé.
On peut tout penser, c'est le propre de la pensée.
Ce n'est d'ailleurs pas nous qui pensons mais la pensée.
Lorsqu'elle pense elle ne sait pas ce qu'elle va trouver.
La pensée pense des pensées.
La pensée voit le viol comme étant le beau par exemple.
Je ne dis à personne ce qu'à trouvé ma pensée.
Je le dis à mon ami.
Je le dis à tout le monde.
Voilà. Il n'y a pas cinquante choix. Il y en a trois.
En vérité un seul puisque le sujet est le fait de le dire (la liberté de parole)
Le dire à un ami donc. Il en fait ensuite ce qu'il en veut.
Mon ami est infréquentable et ça va se savoir.
Mon ami est un vrai ami, il me dit ses pensées les plus intimes.
Mon ami est mon autre, je pense comme lui.
Etc.
Dès lors que l'on dit sa pensée elle ne nous appartient plus.
Ce sont les autres (la société) qui font de nos pensées qu'elles deviennent une liberté d'expression ou un une parole discriminante, humiliante et donc un délit.
On ne peut pas dire toutes ses pensées.
Et par extension la liberté de parole n'en est une qu'en tenant compte de limites.
Le viol c'est beau. Non. La loi le condamne.
Les beaux, les laids ou les tordus. Lol.
Elle les condamne tous.

7.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 09/10/2019 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé vous n'avez pas répondu (peut être pas lu ) les 3 manières de parler du viol, dont la vôtre, qui peut être répréhensible d'un certain point de vue !

Quelque soit son thème une parole n'est pas un délit dans tous les cas, et seulement dans certains d'entre eux. Ne pas faire la différence entre une allusion maladroite (la vôtre, et vous en rajoutez en plus) et un appel au crime est une erreur cognitive. Ne me dites pas que vous souhaitez aller en prison pour votre maladroite (mais excusable, et sans conséquences) allusion inopportune à un crime !

8.Posté par Mythopasmytho le 11/10/2019 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous n'avez pas compris.
Changez de pensée si ça vous aide à mieux comprendre. Lol.
Remplacez par vol, corruption ou autre tare ou vice.
Ce que l'on pense est un vrai comme les autres. On ne peut pas ne pas avoir pensé ce que l'on a pensé.
C'est ce que l'on fait de ce que l'on pense le sujet, pas la pensée.
Faire savoir à propos d'une pensée trash (ordurière) que l'on en voie aucun vice, aucun mal.
Il n'est pas question de légalité dans les pensées.
Le propre de la pensée c'est de ne pas avoir de borne, elle est elle meme, elle ne peut pas se définir, se limiter.
Ce n'est pas l'histoire que je raconte le sujet, elle sert de support.
Pensées et propos sont deux choses distinctes.
L'une est sans morale.
L'autre regarde la société (la morale)

9.Posté par Mythopasmytho le 11/10/2019 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La prison. N'importe quoi.
Mon exemple ne voulait pas illustrer le fait de ne pas savoir faire la différence entre une maladresse et un crime. Absolument pas.
Le sujet c'est l'expression.
Mon personnage pensait réellement ce qu'il disait.
C'est là que se trouve le sens de l'histoire.
Il n'est absolument pas question de maladresse.
Dire une pensée trash sans n'y voir rien d'inconvenant. C'est ça le sujet.

10.Posté par Mythopasmytho le 11/10/2019 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que nous disons de nos pensées il n'y a que nous meme qui puissions en décider. Dire d'un crime que c'est beau ça ne se dit évidemment pas. C'était le sens de ma démonstration. A partir du moment ou l'on expose ce que l'on pense on prend le risque de se voir critiqué, désaimé, laisser indifférent ou le contraire.

11.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 11/10/2019 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je vous sens braqué et sans volonté de comprendre ce qu'on vous dit...

Je répèterais donc que contrairement à ce que vous affirmez, il est tout à fait possible de dire dans un certain contexte qu'un crime est "beau". C'est "du crime considéré comme un des beaux arts" (De Quincey 1827).

A moins que vous ne viviez dans une civilisation différente, ou règne la dangereuse illusion que les mots ont un pouvoir magique: allez allez vous valez mieux que ça, et encore une fois, votre exemple (maladroit je vous le répète) au sujet du viol, bien qu'hors de propos et un peu coupable, ne mérite pas des reproches bien graves...

12.Posté par Mythopasmytho le 12/10/2019 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pppff et re pppff.
Je suis d'accord avec vous. Le beau se trouve ou l'on dit qu'il se trouve.
Le viol c'est obliger, soumettre, c'est faire d'une personne un objet.
Si l'aboutissement est le beau ça signifie qu'il y a satisfaction (c'est beau) qu'il y a donc plaisir et donc désir.
Autrement dit le contraire d'un viol.
Puisque lors d'un viol il y a un soumis.
C'est donc dire je suis en meme temps le violeur et le soumis (qui n'en serait pas un ) tout en étant un autre.

13.Posté par Mythopasmytho le 12/10/2019 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A chaque fois vous me faites le coup. Vous prenez un élément vous me promenez ensuite pendant cent sept ans et l'on se retrouve ensuite à parler de tout sauf du sujet. Le sujet c'est l'expression. Les expressions trash. Les pensées donc et le fait de les dire.

14.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 13/10/2019 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toutes façons, vous n'êtes pas le seul, le bon Apathie lui même considère Zemmour comme un délinquant et assimile opinion et acte raciste. De plus, sans vouloir ni comprendre ni conceptualiser, il accentue un déni qui radicalise encore plus ceux qui s'y opposent. Des lendemains difficiles se préparent, et cela par défaut de la maitrise des discours, de leurs sens et de leurs propos...

Le propre des vrais débats, c'est qu'on n'est pas d'accord; si en plus on veut fermer la bouche de son adversaire, on se place dans bien plus que l'évocation d'une violence raciste: dans la violence tout court, la vraie.
Je crois moi qu'Apathie, par défaut de mesure, se prépare des lendemains difficiles qui vont le concerner, lui et ses amis...

15.Posté par Mythopasmytho le 14/10/2019 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'aime beaucoup Zemmour, son style, son audace, sa franchise, sa culture.
Je l'ai beaucoup aimé pendant un sacré bout de temps.
J'avais pensé, enfin quelqu'un de cultivé qui sait évoquer avec talent notre héritage et qui parle valeurs. Je n'ai pourtant jamais été vieux jeu et c'est d'ailleurs peut etre cela qui m'avait séduit chez lui. Un petit coté rétro que je n'ai jamais connu, juste dans les films mais jamais entendu dans la vraie vie.
J'avais pensé, on n'en a pas beaucoup à la tv des comme lui, il est bien ce garçon.
Puis je me suis dis, il est juste cultivé il n'a en vérité aucun mérite. Il jette sa culture à la figure mais il n'a en vérité aucun talent. Il aurait du faire instituteur plutôt que de dispenser ses connaissances en en faisant un talent. Je n'ai pas besoin de Zemmour pour me raconter l'Histoire de France ou du monde. Il existe des encyclopédies pour ça. Et je me suis mis à le percevoir comme étant tout à fait ordinaire. Médiocre donc.
Aujourd'hui je vois toujours en Zemmour un homme cultivé, mais je ne lui vois plus l'originalité que je lui avais attribuée.