Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Paris porte plainte contre des chrétiens fondamentalistes

Rédigé par La Rédaction | Lundi 24 Octobre 2011



La mairie de Paris et le Théâtre de la Ville ont décidé de porter plainte contre les personnes ayant perturbé la pièce de théâtre de Romeo Castellucci, « Sur le concept du visage du fils de Dieu », présentée depuis jeudi 20 octobre au Théâtre de la Ville à Paris.

Des membres de l'association fondamentaliste chrétienne Institut Civitas ont en effet interrompu la représentation jeudi soir. Cette association s'était déjà fait connaître en avril dernier en s'attaquant à des photographies de l'artiste américain Andres Serrano à Avignon, dont le fameux « Immersion Piss Christ », représentant un crucifix plongé dans un verre d'urine.

« La Ville de Paris et le Théâtre de la Ville ont décidé de déposer conjointement plainte contre les personnes s'étant rendues responsables d'actes de dégradation du domaine public et d'atteinte à la liberté de création et d'expression artistique », a annoncé la mairie de Paris dans un communiqué samedi, qui « condamne avec la plus grande fermeté ce type d'action, qui a pour but d'entraver le principe de la liberté de création. »

La pièce de Romeo Castellucci met en scène un père et son fils affrontant ensemble la déchéance de l'âge, sous le regard d'un portrait géant du Christ. Du côté de l’Institut Civitas, on s’est félicité « de constater que dès la première représentation de ces spectacles obscènes et blasphématoires à Paris, l'indignation des chrétiens se manifeste avec dignité et fermeté et néanmoins sans excès, malgré tout ce que peut écrire une certaine presse spécialisée dans la désinformation. »

« Ces perturbations portent atteinte à un principe fondamental de liberté d'expression protégé par le droit français », a réagi Frédéric Mitterrand. Celui-ci a souligné que la justice avait débouté une association, l'Alliance contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif), qui demandait l'annulation du spectacle.

Lire aussi :
La BBC ne veut plus d’un « avant » ou « après Jésus-Christ »




Loading