Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Paris célèbre la fête juive Hanoukka

Rédigé par La Rédaction | Lundi 10 Décembre 2012



Un chandelier géant a été allumé en plein cœur du Champ de Mars à Paris, dimanche 9 décembre à 20h. Ce n’est pas une nouvelle illumination de Noël : l'allumage du chandelier est venu lancer les festivités de Hanoukka, la fête juive des lumières, qui a débuté le 8 décembre et se poursuit jusqu’au 16.

Le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim a procédé à l'allumage du chandelier. Un concert a ensuite été donné sur le Champ de Mars. « Hanoukka, la fête des Lumières, commémore la victoire d'un peuple juif militairement faible, mais spirituellement fort, sur les puissantes armées de l'empire grec, héritier d'Alexandre le Grand, qui avait submergé la Judée et entrepris d'effacer sa culture propre », a déclaré le rabbin loubavitch Mendel Samama.

D’autres allumages ont eu lieu dans la capitale et en région parisienne, comme en Seine-et-Marne où quatre allumages de chandeliers géants sur des places publiques étaient prévus le week-end du 7 et 8 décembre, rapporte Le Parisien.

Le premier s’est déroulé à Pontault-Combault comme depuis plusieurs années, dans le jardin de l’hôtel de ville, en présence de la maire. « La lumière fait reculer l’obscurité. C’est un message universel d’espoir, qui s’adresse à toute l’humanité », a indiqué le rabbin Yossi Amar, fondateur et responsable de l’association juive Beth Habad de Seine-et-Marne.

Durant une semaine, les juifs célèbrent une fête qui symbolise pour eux un miracle survenu dans le second temple de Jérusalem où une petite fiole d’huile, destinée à allumer un chandelier, brûla pendant huit jours, alors que son contenu était suffisant pour une seule journée. Pour commémorer ce miracle, les juifs allument une hanoukkia, un chandelier à neuf branches dont un bougeoir central sert à allumer, jour après jour, les autres lumières.

Cette année, près d’une centaine, de chandeliers géants ont été allumés dans la région parisienne sur des places publiques : l’étendard de la laïcité tant souvent brandi par des élus de la République a, comme par miracle, disparu.

Lire aussi :
Yom Kippour : à la mairie de Paris, laïcité à deux vitesses
Aïd el-Kébir, Hanoukka, Noël… : « Fête » ensemble !
Rabbin Prosper Abenaïm : « Hanoukka, fête des lumières, prend une dimension plus que nationale »
Les crèches juives subventionnées, la laïcité revisitée par Paris
Nicolas Senèze : « Dieu, Yahweh, Allah : connaître la religion de l'autre, c'est mieux le comprendre »