Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Arts & Scènes

« Ô Blédi ! Ô Toulouse ! », l’exposition qui valorise l'histoire des présences maghrébines dans la ville rose

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 12 Septembre 2019

« Ô Blédi ! », en arabe « Ô mon pays » nommé Toulouse. Retracer l'histoire méconnue des présences maghrébines qui a façonné l'identité culturelle de la ville rose depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est l'objectif de l’exposition « Ô Blédi ! Ô Toulouse ! » qui se tient du 10 septembre 2019 au 12 janvier 2020.



Abdallah Zidelmal sur un chantier de construction à Toulouse, années 1960. © Collection particulière de la famille Zidelmal
Abdallah Zidelmal sur un chantier de construction à Toulouse, années 1960. © Collection particulière de la famille Zidelmal
La médiathèque José Cabanis abrite depuis mardi 10 septembre l’exposition « Ô blédi ! Ô Toulouse ! Présences maghrébines dans la ville rose 1945 – 2001 » qui retrace les mouvements migratoires maghrébins qui ont contribué à façonner l’histoire de Toulouse dans divers domaines tels que le sport, la culture et l’économie.

À travers cette exposition qui se tient jusqu’au 12 janvier 2020, « la Mairie s’est engagée dans une démarche qui met à l’honneur, sans amalgame ni idées reçues l’histoire de l’immigration maghrébine », a expliqué le premier magistrat de la ville rose, Jean-Luc Moudenc, également président de Toulouse Métropole. Il a ainsi décrit sa commune comme « une terre d’accueil » associée à « dix siècles d’Histoire jalonnés de migrations, de dialogues, d’échanges culturels qui ont façonné son devenir et son identité : celle d’une ville ouverte qui a construit son identité collective autour de cette notion de "Convivencia" ».

« Etre Toulousain sans tourner le dos à son histoire, sans se renier »

Cette initiative, on la doit à l’association Tactikollecitf qui s’évertue, depuis des années, à « révéler les traces des vies individuelles et collectives, les apports des immigrations, les dynamiques d’échanges culturels », selon les mots de Salah Amokrane. Le commissaire général de l’exposition entend raconter l’histoire de ceux qui ont « quitté l’Algérie, le Maroc, la Tunisie… souvent avec tristesse » pour espérer une vie meilleure à Toulouse pour eux et leurs enfants. « Une ville facile à aimer » qui permet « d’être Toulousain sans tourner le dos à son histoire, sans se renier », indique Salah Amokrane.

Par la voie de la migration, ces Maghrébins « sont aussi l’histoire de Toulouse », car ils y ont contribué à travers un « mouvement des identités », un « brassage culturel » qui a façonné un « patrimoine commun », signifie-t-il.

Naïma Yahi, commissaire scientifique de l’exposition, y a vu un « défi », car « tout était à écrire et à raconter ». Pour elle, « cette histoire de peuplement est intimement liée à l’histoire contemporaine de Toulouse, bouleversée par l’arrivée massive de rapatriés d’Afrique du Nord, puis de l’immigration liée au besoin de main-d’œuvre des Trente Glorieuses ».

« Ô Blédi ! Ô Toulouse ! », l’exposition qui valorise l'histoire des présences maghrébines dans la ville rose
Compte tenu du manque d’écrits et d’archives, Naïma Yahi a tenu à enrichir cette exposition « par une collecte d’archives privées et d’archives orales auprès des familles maghrébines vivant à Toulouse depuis de nombreuses décennies ».

« Cette histoire épouse l’histoire urbaine de la ville ainsi que l’éveil culturel et citoyen des enfants de l’immigration qui portent haut et fier aujourd’hui leur identité toulousaine en France et dans le monde », affirme l’historienne.

Outre l'exposition de photos et de documents d'archives inédits, la diffusion de « Tahia Toulouse » (« Vive Toulouse »), un film d'animation de grande qualité, réalisé par Ali Guessoum avec le concours de Naïma Yahi, vient enrichir l'exposition.

Dans le cadre de l’exposition, plusieurs événements sont organisés dans différents lieux de Toulouse comme des expositions hors les murs, des projections de films ou encore des rencontre-débats.

En parallèle, la 16e édition du Festival Origines Contrôlées est organisé du 23 au 27 octobre à Toulouse par Tactikollecitf, « convaincu que ce travail de mémoire des quartiers, des immigrations, est l’axe central de notre contribution à l’universel » et « un moyen de lutter contre le racisme et les discriminations ».

« Ô blédi ! Ô Toulouse ! Présences maghrébines dans la ville rose 1945 – 2001 »
Du 10 septembre au 12 janvier 2020
Médiathèque José Cabanis, Allée Jacques Chaban-Delmas, Toulouse
Entrée libre du mardi au dimanche
Le programme complet ici