Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Non au droit au retour, oui aux colonies!!

Rédigé par Union générale des étudiants d Gups | Jeudi 15 Avril 2004

Nous, jeunes palestiniens enfants de cette terre, dignes représentants d’une longue tragédie, nous les enfants de l’exil et de l’occupation, nous les enfants de l’espoir que nos parents ont semé et ont arrosé de leur sang, nous nous adressons à vous aujourd’hui avec notre rêve de liberté et notre désir de paix. Israël tente d’imposer une solution unilatérale à ce conflit, une solution contraire au droit international, contraire aux fondements nécessaires à une paix durable, c'est-à-dire la justice et la raison. Cette solution contient en elle les graines d’une guerre future



Nous, jeunes palestiniens enfants de cette terre, dignes représentants d’une longue tragédie, nous les enfants de l’exil et de l’occupation, nous les enfants de l’espoir que nos parents ont semé et ont arrosé de leur sang, nous nous  adressons à vous aujourd’hui avec notre rêve de liberté et notre désir de paix. Israël tente d’imposer une solution unilatérale à ce conflit, une solution contraire au droit international, contraire aux fondements nécessaires à une paix durable, c'est-à-dire la justice et la raison. Cette solution contient en elle les graines d’une guerre future. Jamais dans notre histoire récente le danger n’a été aussi grand de voir à nouveau nos droits écrasés par une machine de guerre redoutable et une indifférence mondiale complice.

 

 

Le retrait unilatéral de Gaza et le mur sont l’application concrète de ce plan qui consiste à conserver la majorité des colonies et de faire de la Palestine un Etat morcelé, sans souveraineté et sans avenir. Nous nous attendions à un NON ferme à ce plan adressé par tous ceux qui disent vouloir une paix juste et durable au Moyen-Orient, nous avons obtenu le silence européen et l’adhésion américaine.

Nous ne pouvons accepter ce monde qu’on nous propose, où le droit et la justice n’auraient aucun sens, ou au lieu de condamner l’occupation, on se montre compréhensif des besoins sécuritaires qui poussent à l’emprisonnement, à l’humiliation et au meurtre d’un peuple. Le nouveau Moyen-Orient dont on nous parle passait par la libération de la Palestine, pas par l’occupation de l’Irak. Le chaos en Irak n’a pas suffit à Bush, il entend l’étendre en Palestine. Il déclare que la colonisation est tellement étendue qu’elle est irréversible, et nie le droit au retour. Il dit oui aux colonies et non au droit au retour, il nous dit qu’il nous faut légitimer ce que le droit international condamne, légitimer l’occupation et l’exil. Voilà ce que nous ne ferons jamais !

Les Palestiniens ont accepté de se soumettre au droit international malgré ses inconvénients et ont vu dans la paix le seul chemin vers la vie et l’avenir. Mais la paix n’est pas abdication, la paix ne s’impose pas, elle se partage. Sinon, nous savons toujours résister !

 

Israël et les Etats-Unis ne pourront jamais, jamais, décider de notre avenir, à Washington. Se moquer ainsi de la volonté d’un peuple, de son histoire, de ses sacrifices est non seulement inadmissible, c’est aussi criminel. Par son plan unilatéral, Sharon nous condamne et condamne une nouvelle génération israélienne à la guerre. Il nous prive de l’avenir et de l’espoir. Il nous condamne à rester les prisonniers du passé. Le mur construit en Cisjordanie annexe les colonies au lieu de les démanteler, en nous arrachant au passage plus de 50% de la Cisjordanie, en séparant les paysans de leur terre et les élèves de leurs écoles, en divisant les familles, en emprisonnant les uns et en isolant les autres. Nous faudra-t-il un jour aussi admettre cette réalité comme irréversible M Bush ? Non M Bush, Non M Sharon, nous ne croyons pas à votre vision du monde, au choc des civilisations, à la guerre perpétuelle. Nous croyons à la capacité des hommes de dépasser les frontières nationales et religieuses et de s’unir au nom d’un idéal. Nous croyons que la paix, pour survivre, doit être juste, pour que nous puissions coexister. Et nous construirons des ponts pour aller au-delà de vos murs.

 

Ceci est un appel à la mobilisation générale adressé à tous ceux qui pensent qu’on ne peut au nom de la sécurité sacrifier la liberté, tous ceux qui défendent les droits des peuples et les droits de l’homme, tous ceux qui pensent que la paix est possible, qui luttent contre l’occupation, tous ceux qui comme nous porte le rêve d’un autre monde.