Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Sur le vif

Montélimar : l'entrée de la mosquée vandalisée après l’attentat de Conflans

Rédigé par | Lundi 19 Octobre 2020 à 17:00

           


Montélimar : l'entrée de la mosquée vandalisée après l’attentat de Conflans
La mosquée Maison du Maroc Al-Hidaya à Montélimar, dans la Drôme, a été la cible d'actes de vandalisme dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 octobre, quelques heure après l'attentat à Conflans-Sainte-Honorine. Au petit matin, le portail d’entrée du lieu de culte a été retrouvé à terre, défoncée par « un choc important », indique à Saphirnews Abderrafia Moutei, le président de l’association en charge de la mosquée.

« On est arrivé au matin vers 6h30 et on a trouvé le portail par terre. Les gonds étaient détériorés et déformés », a-t-il déclaré. Des inscriptions à la peinture blanche, dont certaines étaient illisibles, laissaient entrevoir le nom du Prophète « Mahomet », ce qui fait dire aux responsables de la mosquée que le caractère « islamophobe » de cet acte ne faisait aucun doute.

Pour Abderrafia Moutei, qui déclare avoir reçu un message de soutien de la municipalité, un véhicule serait à l’origine de l’impact laissé sur la grille de l’entrée : « Vu le choc, il s’agit sûrement d’une voiture. On a retrouvé des bris de verres sur les lieux provenant certainement d’un des feux arrières du véhicule. A mon avis, la voiture a foncé en reculant. Cette conclusion ne fait aucun doute. »

Cette conclusion n’est, pour le moment, pas confirmée par la police, qui s’est rendue sur place lundi 19 octobre, d'autant plus que la mosquée n'a pas installé de caméras de vidéosurveillance à l'entrée de la mosquée. Suite à cette dégradation, l’association a décidé de porter plainte contre X.

Dans un message postée sur sa page Facebook revenant sur la détérioration du lieu de culte survenu quelques heures après l'assassinat de Samuel Paty, décapité près du collège où il enseignait à Conflans-Sainte-Honorine, la mosquée a partagé son indignation, rappelant sa volonté d’œuvrer « pour construire les passerelles d’un dialogue constructif, empreint de confiance, de fraternité et de paix ». Un désir partagé par Abderrafia Moutei qui s’est déclaré solidaire du corps enseignant dont il fait partie.

Lire aussi :
La Liberté, notre bien le plus précieux - Hommage à Samuel Paty
Un professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine, l’effroi unanime des musulmans de France exprimé