Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

« Mettre les musulmans au pas » contre l’antisémitisme : tollé autour des propos d'une députée

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 20 Février 2019 à 08:44



« Mettre les musulmans au pas » contre l’antisémitisme : tollé autour des propos d'une députée
En pleine mobilisation nationale contre l’antisémitisme, la députée LR de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) Dorothée Moureaux est dans la tourmente. Elle a commis un grave impair en publiant, samedi 16 février dans la foulée de l’agression d’Alain Finkielkraut, une phrase choc sur son compte Twitter : « Il est temps de mettre au pas les musulmans qui sont les premiers à insulter les juifs. »

L'élue a assumé, dans un premier temps, sa phrase. « J’ai repris les propos d’un journaliste (d’une chaîne d’information en continu). Et quand je parle de les mettre au pas, il s’agit simplement d’appliquer la laïcité », s'est-elle justifiée auprès du Parisien, Avant d'ajouter : « Allez en Seine-Saint-Denis et voyez ce qui s’y passe. Il y a des quartiers où l’on ne peut pas circuler, à cause des prières de rue, poursuit-elle. Et la personne qui a insulté Alain Finkielkraut n’est ni chrétienne, ni bouddhiste, ni juive, ni athée. »

Seulement, face au tollé suscité par ses propos, Dorothée Moureaux a du revoir sa copie. « Le rassemblement de demain (organisé à Paris mardi 19 février, ndlr), c’est aussi ne pas passer d’une haine à l’autre... La lutte contre l’antisémitisme ne peut pas justifier la stigmatisation des musulmans »]i, lui a notamment répondu le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Olivier Faure.

L’élue, qui a depuis désactivé son compte Twitter, a fait part de ses regrets pour ses propos auprès de La République de Seine-et-Marne. Décrivant son message comme « très maladroit », elle a expliqué que le message était « adressé à l’individu qui a agressé Alain Finkielkraut » et qu’elle voulait « parler de l’islam radical et non pas des musulmans ».

En tant que directrice d’école, elle devra s’expliquer devant l’inspection académique mercredi 20 février à Melun.*

« Cette élue LR, dont certains de ses dirigeants passent leur temps sur les plateaux de TV à stigmatiser les musulmans par des déclarations de ce type, met en danger le "vivre ensemble" au lieu de pratiquer une politique d’apaisement », a dénoncé, mercredi 20 février, Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, auprès de Saphirnews.

« Dans le climat malsain actuel que nous vivons, l’islam et les musulmans sont pris pour cible et accusés de tous les maux », précise-t-il dans un communiqué. « Je ne peux que déplorer le fait que certains médias donnent, en boucle, la parole à des hommes politiques dont la haine à l’égard de l’islam et des musulmans est connue, sans inviter des responsables musulmans pour leur apporter la contradiction. »

*Mise à jour samedi 23 février : Dans une vidéo relayée sur Facebook, Dorothée Moureaux a présenté « publiquement ses excuses devant la communauté musulmane que j'ai malencontreusement blessé ».

« Cela ne concernait en rien les musulmans. Je reconnais ma maladresse et regrette sincèrement la blessure que cela a pu occasionner. Je suis toute disposée à discuter avec les représentants de cette communauté, s'ils le souhaitent, afin de lever définitivement l'ambiguïté de mes propos », a indiqué l'élue, l'air affectée, qui affirme subir un lynchage médiatique.

Elle a également annoncé son retrait de la liste de l'opposition Unis pour Moissy. « J'ai décidé pour faire taire tous ceux qui croient que je n'aurai que l'ambition personnelle d'une place à la mairie, de me retirer de la future liste pour les élections de 2020 afin de laisser libre mon collègue Christian Duez de réussir là où j'ai échoué, c'est-à-dire : retirer le pouvoir de la dynastie Magne/Fournier », a-t-elle fait savoir. Line Magne, maire de Moissy-Cramayel depuis 2014, a succédé à son mari Jean-Jacques Fournier en poste pendant 43 ans.

En outre, selon Le Parisien, Dorothée Moreaux a été suspendue à titre conservatoire pour une durée de quatre mois de ses fonctions de directrice d'école.

Lire aussi :
Non, l’antisémitisme n'a rien à voir avec l’islam : refusons les instrumentalisations de toutes parts
Haïr l’antisémitisme

Et aussi :
Face à l'antisémitisme, Emmanuel Macron s'oppose à une pénalisation de l'antisionisme