Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Maïssa : « Mon mari me manipule et me rend la vie impossible »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Mercredi 27 Décembre 2017



Maïssa : « Mon mari me manipule et me rend la vie impossible »
J’en suis arrivée à un point où tout est devenu confus et j’ai mal. Je suis l’aînée d’une fratrie de quatre. Pour ma mère, je devais être un exemple pour mes frères et ma sœur. Au final, la fautive, c’était toujours moi.

Les années passèrent, rien n’était bien pour ma mère, même si j’étais une bonne élève. À mon entrée en seconde, ce fut la descente aux enfers. Ma mère n’avait plus confiance en moi. À la moindre dispute, elle me traitait de pute, de tous les noms, car une fois j’avais mis du mascara. Les conflits continuèrent et elle allait jusqu’à jurer devant Dieu que si elle ne l’avait pas voulu je n’aurais eu ni mon baccalauréat ni mon permis de conduire. J’avais vraiment perdu confiance en moi. J’aurais voulu mourir de ses propos qui me transperçaient le cœur.

Il faut savoir que, malgré tout cela, ma mère était primordiale dans ma vie, je l’emmenais partout où elle souhaitait, je n’étais pas le genre de fille à avoir des tas d’amis ni à traîner mais j’étais très proche de la vie de ma mère. Ma mère avait avec moi une relation où elle avait tous les droits (verbal, physique), bien plus qu’avec mes frères et sœur.

Je suis allée à la fac et j’ai rencontré un homme par le biais d’une amie. Il n’y a pas eu de coup de foudre, si ce n’est que ma solitude et le hasard ont été pour beaucoup dans cet échange. Il a demandé ma main. J’apprends qu’il est divorcé et père de plusieurs enfants. Cela m’a secouée mais il a été très convaincant envers moi et envers ma mère. Mon père, lui, l’a appris une fois que le mariage était prévu.

Les débuts du mariage sont vite devenus chaotiques. J’ai découvert une personne méchante et vulgaire, mais il a toujours su faire passer la pilule. Je rentrais chez mes parents avec la ferme intention de ne plus revenir mais il me suppliait que ce n’était rien et qu’il ne recommencerait plus. Je cédais. Pour faire bref, j’ai passé toutes ces années à rentrer chez moi et à revenir. Mes parents ont été affaiblis moralement par nos histoires. La relation entre ma mère et moi a empiré.

C’est moi qui ai financé le mariage, il était au chômage et venait d’une autre ville que la mienne et donc ne travaillait plus. C’est moi qui payais les loyers, l’électricité. Je me suis dit la vie est faite de hauts et de bas, il trouvera du travail et saura me rendre la pareille en cas de besoin. Puis il a trouvé une formation, je l’ai aidé à passer son concours, qu’il a réussi. Il est enfin embauché. Mais notre couple bat de l’aile. Il sort énormément et n’organise rien pour nous. Pas un tête-à-tête, rien, pas de voyage.

Je suis triste car il ne pense qu’à lui. Il a su faire naître en moi un sentiment de culpabilité. Il me dit que je ne suis pas normale, qu’une femme doit rester en cuisine. Quand j’allais me réfugier chez mes parents je n’avais pas de soulagement, car il appelait ma mère pour lui donner sa version avant même que je lui en parle. Or il connaissait parfaitement la relation difficile que j’avais avec elle. C’est ce qui a fait tout éclater avec ma mère et aujourd’hui avec mon père qui a fini par se ranger de son côté.

J’ai énormément souffert, seul Dieu sait à quel point. Aujourd’hui, cela fait 14 ans de mariage, j’ai appris à ne plus l’aimer et à le détester pour tout ce qu’il m’a fait subir. Je voudrais divorcer mais il m’en empêche en se servant des enfants, de mes parents et de la religion. Cet homme me détruit, je veux mourir et ses mots sont des coups de couteau : « Si je ne veux pas divorcer, tu es condamnée à rester avec moi et je vais te rendre la vie impossible », me dit-il.

Nous avons une maison en commun, je ne travaille plus. Il refuse de récupérer la maison ou même de la vendre. Il m’a clairement dit : je ne divorcerais jamais. Toutes ces années, il m’a harcelée moralement, il a levé la main sur moi, m’a jetée de la voiture alors qu’il roulait. Malgré tout ça, mes parents sont insensibles. Ma mère m’a dit que si je partais je devais couper les ponts avec eux et elle utilise la religion pour argumenter. Que dois-je faire : mourir ?

Je me retrouve cloitrée chez moi sans amie sans famille car du fait que je veuille le quitter, ma famille ne veut plus me voir. J’aimerais avoir la possibilité de quitter la région avec mes enfants et trouver du travail mais mes parents me disent que je suis mécréante et que si je pars je suis reniée. Lui leur dit qu’il est fou amoureux de moi et qu’il ne me laissera jamais partir. Il me manipule, manipule ma famille.

À 40 ans, je n’ai que Dieu : il me suffit, je l’implore... Merci de m’avoir lue, vraiment ça m’a fait du bien ; j’aurais tant voulu qu’une personne puisse intervenir dans ma famille, quelqu’un de cultivé, de droit…
Maïssa

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Chère Maïssa,

Je vous remercie pour votre témoignage qui serre le cœur car vous semblez à bout et ne voyez plus comment sortir de cette situation infernale. Reprenons depuis le début.

Votre enfance. Il arrive souvent qu’une fille aînée soit difficile à accepter pour une mère quand elle-même n’a pas été bien traitée par sa propre mère. Peut-être est-ce le cas. Vous avez manqué de compréhension et d’amour, du côté de votre mère en tout cas, et ce qui ressemble à une préférence du père a alourdi encore plus le passif avec vos frères et sœur. Dans votre témoignage on ne voit que la fitna, le désaccord, la jalousie, le cynisme, la méchanceté, bref le manque d’amour.

Je m’interroge tout de même sur ce côté victime que vous soulignez. Vous dites avoir 40 ans, mais vous vous laissez traiter comme une gamine, n’est-il pas temps de choisir par vous-même quelle vie vous souhaitez avoir ? Et comment grandissent vos enfants dans une atmosphère si peu sereine ? Je m’en inquiète.

Vous présentez votre mari comme une manipulateur, un soupçon pervers, comme le montrent les détails que vous nous donnez, alors prenez votre courage à deux mains et étudiez les solutions qui sont à votre portée.

Vous pourriez vous remettre à travailler pour reconquérir votre autonomie.

Vous pourriez consulter soit une assistante sociale pour connaître vos droits, soit une association de femmes pour vous aider dans votre démarche, soit un avocat qui peut vous aider à trouver une solution juridique à cette situation embrouillée.

Vous pourriez aussi consulter un psy qui vous permettrait de prendre du recul et de reprendre des forces pour trouver une solution qui vous convienne ainsi qu’à vos enfants. Il existe des centres médico-psychologiques qui peuvent vous recevoir gratuitement.

Il semble que vous laissez les autres prendre le pouvoir sur vous, ce peut être l’une des causes de votre mal-être. Au jour du Jugement dernier, ce n’est pas à votre famille que Dieu demandera des comptes sur ce que vous avez fait de votre vie, mais à vous. Prenez votre destin en charge, vous en êtes la seule responsable, et cela vous soulagera de reprendre la main.

Certes, la famille est importante, et je n’ignore rien du respect que l’on doit à ses parents, mais quand cette famille est toxique, le mieux est de prendre du recul et de cesser d’en dépendre.

Le chantage qu’exercent votre mari ou vos parents sur vous n’aurait plus aucun poids sur vous si vous gagniez en autonomie psychologique et sans doute financière.

Quant à vouloir mourir, n’oubliez pas que Dieu n’envoie jamais aux êtres d’épreuves qu’ils ne peuvent surmonter. Pensez à vos enfants, et faites en sorte qu’ils évoluent dans le calme et la compréhension.

La solution passera d’abord par votre prise de conscience, et pour cela il faut vous faire aider par un tiers. Vous ne serez pas la première et vous verrez que cela vous permettra de considérer les choses sous un angle plus positif. Que Sa paix vous accompagne.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com