Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Macron : la fondation pour la mémoire de l’esclavage annoncée pour 2018

Rédigé par | Vendredi 27 Avril 2018



Emmanuel Macron s'est rendu au Panthéon vendredi 27 avril, à l'occasion du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Ici devant le devant le caveau de Victor Schoelcher.
Emmanuel Macron s'est rendu au Panthéon vendredi 27 avril, à l'occasion du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Ici devant le devant le caveau de Victor Schoelcher.
Emmanuel Macron a annoncé, vendredi 27 avril, la création d’une Fondation pour la mémoire de l’esclavage pour « cette année » 2018, à l'occasion du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage que le président français a commémoré au Panthéon où l’abolitionniste Victor Schoelcher, mort en 1893, est inhumé.

La création de cette fondation avait été annoncée en 2016 par François Hollande. Elle « sera logée à l'Hôtel de la Marine où l’abolition de l’esclavage fut décrétée le 27 avril 1848. Elle sera dotée de moyens humains et financiers mais aussi scientifiques pour mener des missions d’éducation, de culture, de soutien à la recherche et aux projets locaux », a-t-il fait savoir via sa page Facebook.

Elle sera présidée par l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, « figure éminente de cette mémoire » pour le chef de l’Etat, qui a également fait part de son soutien au projet d’ériger à Paris, dans le Jardin des Tuileries, un mémorial national en hommage aux victimes de l’esclavage.

Aux associations plaidant pour la construction d’un musée consacré à l’esclavage à Paris à côté du mémorial, le président fait valoir que « la France possède déjà un tel lieu avec le Mémorial ACTe ». « Situé dans la France des Outremers, sur les lieux mêmes où les esclaves ont vécu, souffert et résisté, il œuvre de manière exemplaire depuis son ouverture à la préservation de cette mémoire et à la promotion des expressions culturelles liées à cette histoire », a-t-il fait part.

Lire aussi :
Paris adopte une résolution en faveur d'un futur musée de l’esclavage
L’esclavage, un fléau mondial qui ne se concentre pas qu'en Libye
Louis-Georges Tin : « Commémorer l'esclavage, c’est bien ; réparer, c’est mieux »



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur