Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « créolisation »

Rédigé par Pierre Henry | Jeudi 3 Mars 2022 à 14:00

           

Les mots qui fâchent, les mots du vocabulaire politique, souvent mal connus, employés de manière inappropriée, instrumentalisés sont nombreux. Ils se répètent et se buzzent en réseaux, confortant postures et partis pris. Ils font débat et nous divisent. Ce sont les mots piégés du débat républicain. Ces mots, nous allons les déminer, les expliquer ou simplement vous permettre de mieux les connaître. Le mot du jour ici décrypté : la créolisation.



Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « créolisation »
« L'assimilation, ça n'existe pas ! Ce qui existe, c'est la créolisation. » En s'exprimant ainsi en septembre 2021 face à un des candidats de l'extrême droite, produit de la maison Bolloré, Jean-Luc Mélenchon a suscité plus d'interrogations que d'adhésion. Il aurait pu dire que « l'assimilation, ça n'existe pas ; ce qui existe, c'est l'intégration ». Mais non, il a bien employé le terme de « créolisation ». Mais au fait, c'est quoi la créolisation ?

A l'origine, « créole » vient du portugais crioulo, dérivé du nom criado signifiant domestique ou servant. Le terme désigne dès le 17e siècle les personnes nées et ayant grandi dans les colonies françaises des Amériques, de La Réunion et de l'île Maurice, qu'importe leur couleur de peau et leur rang social, esclaves ou non.

La créolisation est un processus, un enrichissement culturel censé proposer un dépassement des identités. Le poète antillais Edouard Glissant explique que le mélange des identités et des cultures qu'ont connu les Antilles, et qui a créé une nouvelle identité, est un processus qui peut être transposé au monde entier.

La créolisation va, selon lui, à l'encontre de la standardisation et l'uniformisation du monde. Très bien. Mais Glissant disait aussi que l'universalisme français était une valeur usée, que cela niait les humanités au pluriel puisque l'universalisme est daté selon lui d'un temps où la mondialisation n'était pas encore au programme. La créolisation d'Edouard Glissant semble donc s'opposer au modèle républicain et à l'esprit français. Il y a parfois des modes dont il est utile de se prémunir. Plutôt que de clarifier le débat, l'introduction du mot « créolisation » vient l'obscurcir. Nos valeurs communes ne peuvent être variables et dépendre de la culture de chacun.

Edouard Glissant dit que « c'est dans le métissage que la fraternité peut avoir lieu, pas dans la sublimation républicaine ». Vaine querelle, car le métissage est un processus long et complexe. Et au fond, la sublimation républicaine, qu'est-ce que c'est ? C'est la raison, celle qui nous dit que l'on peut faire du même avec de l'autre. C'est cela, l'intégration, et c'est cela qu'aurait dû dire sans fioriture Jean-Luc Mélenchon. C'est affirmer : « Vous êtes très loin de moi, vous n'êtes pas mon frère, mais au nom d'un idéal partagé, nous allons faire famille récit commun. » Bel objectif, non, que ce processus d'enrichissement permanent ?

Après être revenu sur l'origine du mot « islamophobie » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Ici Aliocha Lasowski.

*****
Pierre Henry est le président de l’association France Fraternités, à l’initiative de la série « Les mots piégés du débat républicain », disponible également en podcast sur Beur FM.

Lire aussi :
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « islamophobie »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « antisémtisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « racisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « séparatisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « laïcité »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « discrimination »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « universalisme »




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 09/03/2022 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"c'est dans le métissage que la fraternité peut avoir lieu, pas dans la sublimation républicaine".
Les choses sont donc claire pour Edouard Glissant...
L'absence de mention du mot "Nation" reste étonnant. Bien au-delà des "valeurs de la République", le concept de Nation (Ernest Renan en est la référence commune) est bien ce que signifie vraiment la "fraternité" de la devise et va très au delà de tout régime politique.

Il n'y a pas d'unification ethnique possible, que cela soit le fait d'un métissage ou d'une créolisation étalée sur des siècles. Il y a -tout de suite- adhésion possible à une Nation, qui ELLE est la chose DEJA forgée par les siècles...

2.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 09/03/2022 06:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

3.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 09/03/2022 06:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

4.Posté par Abdoulaye le 13/03/2022 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La créolisation est et a été toujours le phénomène qui a construit le progrès des peuples qui ont avancé dans l'industrie et la culture.
Ainsi, nous fûmes notamment gallo/romain, puis gallo/romain/franc (c'est-à-dire allemand), puis plus récemment, russe, polonais, italien, portugais, espagnol, pied noirs, africains, Caraïbens, et j'en passe. Tout cela sur un territoire où on parle de nombreuses langues d'origine différentes : basque, breton, occitan, parlhange...
Et comme disait Maurice Chevalier" Tout ça ça fait d'excellents français, d'excellents soldats qui marchent au pas ..

5.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 14/03/2022 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@abdoulaye Ce que vous dites est à la fois impropre et faux.
Comme décrit dans d'autres articles, ici, la "créolisation" c'est d'abord le mélange des cultures africaines projetées dans un ailleurs par l'esclavage: une acculturation autre forcée par l'histoire, l'exact contraire de ce que vous décrivez.

Les esclavagistes ne sont absolument pas mélangés avec eux et le meilleur exemple de cela en est évidemment les USA: malgré tous leurs efforts, ils ont conservé cette fracture populaire qui ne se réduit toujours pas...

Les gallo romains ne furent pas métissés, mais "civilisés" et acculturés par les conquêtes romaines puis germaniques. Exactement ce qui s'est passé au maghreb qui conserva son "fond" ethnique berbère après la conquête arabe, tout comme la France garda son "fond" ethnique celte.

L'immigration européenne du XIXème et du XXèe siècle elle, fut "transparente" en ce qu'elle se traduisit par une assimilation complète et que les racines et cultures que vous citez disparurent complètement ou quasi complètement.
Quant à la diversité linguistique française, elle fut conservée très longtemps (la moitié du XXème siècle) en tout cas bien longtemps après la consolidation nationale française complète et donc l'abandon général de toute véritable individualité nationale propre, les contre exemples breton et corse étant anecdotiques et en fait formes spécialisées de cet abandon essentiel à la constitution de cette chose appelée "France"....  

6.Posté par Abdoulaye le 15/03/2022 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@francois. C'est au contraire vous qui réduisez la créolisation à une rencontre entre l'Occident et l'Afrique.
La créolisation est un processus où vont s'acculturer des sociétés qui portent des modes de vie plus ou moins différents et qui se trouvent face à face très souvent suite à des conflits.
Ainsi, par exemple, la langue la plus parlée au monde aujourd'hui, l'anglais, est un créole français/ langue germanique résultat de l'invasion de l'Angleterre (terre des Angles, peuple germanique) par le duc de Normandie, lui-même même d'ailleurs, étant issu des vikings à qui on avait cédé un morceau de la France pour arrêter leur pillage incessant...
Pour les musulmans, ce processus est annoncé dans le Coran, 49,13.
O vous les humains ! Nous vous avons créé d'un homme et d'une femme et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus méritant auprès de Dieu est le plus dévoué.

7.Posté par Premier janvier le 15/03/2022 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François. La fraternité ou la solidarité l'autre mot pour le dire ne peut exister que si l'on ne différencie pas les hommes.
Je ne suis pas noir mais je suis toi. C'est ça la fraternité.
Je n'ai jamais été noir. Je ne le serais jamais mais je suis toi.
Ou inversement. Blanc.
Je ne suis ni noir ni blanc. Je suis les deux. Obligatoirement je suis les deux.

8.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 31/03/2022 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@abdoulaye Vous fétichisez le mot "créolisation" et vous lui donnez un sens bien trop large, en gros vous en faites un synonyme de "histoire de l'humanité"...

Vous confondez d'autre part l'origine de la langue anglaise et l'origine de sa domination mondiale, beaucoup plus récente, et qui fut porté par l'impéralisme culturel américain; exactement comme l'Arabe, imposé par l'impérialisme musulman.
Ces deux phénomènes impériaux sont le contraire exact du mélange spontané que constitue la créolisation. Votre contre-sens est donc complet.


@101 Votre sens de la contradiction poussé jusqu'à l'assumer en la croyant signifiante est intact...

9.Posté par Romuald LAVAUD le 03/06/2022 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le terme "créolisation", bien que tentant et intéressant de par sa vertu civilisatrice et universaliste, a subi en français des extensions de sens qui ne permettent pas son utilisation idéologique à moins d'éclarifier immédiatement la signification qu'on veut lui donner.
A ce titre, lire dans un commentaire "Le plus méritant auprès de Dieu est le plus dévoué" rompt immédiatement avec le contenu de l'article. A étudier ou méditer.

La fraternité ne relève plus du domaine idéologique mais scientifique, depuis la découverte de l'ADN et de la définition de qui est Homo sapiens. A intégrer également.