Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Points de vue

Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « antisémtisme »

Rédigé par Pierre Henry | Jeudi 17 Février 2022 à 11:00

           

Les mots qui fâchent, les mots du vocabulaire politique, souvent mal connus, employés de manière inappropriée, instrumentalisés sont nombreux. Ils se répètent et se buzzent en réseaux, confortant postures et partis pris. Ils font débat et nous divisent. Ce sont les mots piégés du débat républicain. Ces mots, nous allons les déminer, les expliquer ou simplement vous permettre de mieux les connaître. Le mot du jour ici décrypté : l’antisémitisme.



Aujourd'hui, c'est le mot antisémitisme qui est sur la sellette. Selon la définition de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, l'antisémitisme est une certaine perception des juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l'antisémitisme visent des individus juifs, leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte.

En France, le terme d'antisémitisme est utilisé pour la première fois en 1890 dans le journal des frères Goncourt. Oui, oui, les créateurs du fameux prix littéraire. C'est un journaliste allemand qui avait inventé ce mot quelques années auparavant pour donner à la haine du Juif un fondement pseudo-scientifique basé sur le concept de race, « sémite » désignant depuis 1845 les peuples parlant l'hébreu, l'araméen ou l'arabe. L'antisémitisme racial va prévaloir au début du 20e siècle en s'appuyant sur une prétendue infériorité des Juifs aux Aryens.

Dans l'histoire, le premier rejet des Juifs fut d'abord religieux, c'est l'antijudaïsme. L'histoire du génocide juif est inséparable du cheminement de l'antijudaïsme. Si la haine des Juifs a atteint son paroxysme avec le nazisme, qui mena aux horreurs de la Shoah et ses six millions de morts, la tradition d'antijudaïsme est bien plus ancienne et trouve sa source dans le catholicisme. L'Eglise catholique associa les Juifs à l'image d'un peuple responsable de la mort du Christ, justifiant ainsi des siècles de persécutions religieuses.

Au début du 13e siècle, le pape Innocent III va imposer un signe distinctif aux Juifs, la rouelle, pièce de tissu jaune. Les Juifs sont rançonnés, humiliés, ghettoïsés, sujets à des accusations récurrentes. De nombreuses professions leur seront même interdites tout au long de l'histoire, tandis que d'autres leur seront réservées, comme celles relatives au prêt d'argent, ce qui participera à entretenir certains préjugés et théories du complot, encore tenaces.

Aujourd'hui, alors que les actes antisémites continuent de croître, une question qui n'est pas anodine encombrent le débat. Peut-on critiquer la politique d'Israël sans être taxé d'antisémite ? La réponse est oui. Doivent pouvoir être exprimés librement, y compris dans un contexte politique sensible tel que le conflit israélo-palestinien, des opinions contraires à la politique menée par Israël. Critiquer Israël, comme on critiquerait tout autre État, ne peut pas être considéré comme de l'antisémitisme. Par contre, la discrimination raciale, l'incitation à la haine, la négation de l'existence de l’État d'Israël, tombent évidemment dans le registre de l'antisémitisme.

Après être revenu sur l'origine du mot « antisémitisme » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Ici Patrick Klugman.

*****
Pierre Henry est le président de l’association France Fraternités, à l’initiative de la série « Les mots piégés du débat républicain », disponible également en podcast sur Beur FM.

Voir aussi les vidéos de La Casa del Hikma :

Contre le racisme, à chaque communauté son combat ?
Rejeter toutes les exclusions, un engagement impossible ?
Racisme: « Se concentrer que sur sa propre lutte est un cul-de-sac intellectuel et stratégique »

Lire aussi :
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « racisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « séparatisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « laïcité »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « discrimination »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « universalisme »