Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Réunionnais se révoltent contre la « vie chère »

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 24 Février 2012



Troisième nuit de révoltes urbaines dans le département de La Réunion. Après le chef-lieu Saint-Denis, le mouvement s'est étendu à tout le département, où des poubelles et quelques voitures ont été incendiés. Bien que les heurts soient moins violents que les nuits précédentes, cette montée de la contestation fait suite à la dernière augmentation du carburant le 1er février dernier. Le super et le gazole ont atteint des niveaux record à la pompe, accélérant un mouvement de colère contre la « vie chère ».

La fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) demandait une baisse de 25 centimes du prix à la pompe. Une demande irréaliste pour l'Etat : le président UMP de la région, Didier Robert, a proposé des mesures permettant une baisse de 5 centimes seulement. Une première réunion de crise a eu lieu le 17 février dernier avec le préfet, mais sans le président de la FNTR. Une réunion cruciale est prévue vendredi 24 février.

Pour l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP), cette contestation du prix des carburants est un « élément déclencheur » pour un mouvement plus large. La Réunion est un département sinistré socialement avec un taux de chômage qui frise les 30 % et dépasse les 55 % chez les jeunes. Les revendications se focalisent sur une hausse des salaires et la baisse du prix des carburants et des produits de consommation courante.

Lire aussi :
L’islam de La Réunion : une caution pour le gouvernement ?

Mayotte Française : les défis de la départementalisation