Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le seul CRCM-PACA

Réaction aux propos de Azzedine Aïnouche

Rédigé par Mahedine DJAMAI | Jeudi 17 Novembre 2005

Par souci d’équité et aussi par volonté d’équilibrer les débats, nous publions une réaction de Mahedine DJAMAI, membre de la liste de la Grande Mosquée de Paris. M. Djamai qui est également administrateur du CRCM PACA intervient à l’encontre de certains propos livrés par Azzedine Aïnouche (membre de la liste indépendante) à SaphirNews.com où il expliquait les raisons du blocage qui affectait le CRCM-PACA. Nous rappelons à nos lecteurs que les propos publiés sur cet espace n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent en aucun cas les positions de la rédaction.



Je viens de prendre connaissance de l’article publié le 29 septembre 2005 rapportant un entretien avec M. Azzedine Aïnouche, membre du bureau de la liste indépendante, relatif au prétendu blocage du CRCM PACA
Il est, pour moi aussi, difficile « d’imaginer qu'on continue à laisser certains " responsables" musulmans agir comme bon leur semble, au mépris de l'intérêt du culte musulman, sans qu'ils puissent jamais être inquiétés ! ».
Pour cette raison là, je me permets aussi de dire « ça suffit ».
Lorsque M Aïnouche parle d’irrégularités et d’agissements irresponsables avant et lors des élections !!! :
Parle-t-il du fait que le CORELEC, instance qui prépare les élections au niveau régional, était majoritairement acquis à la liste indépendante et que les autres listes ne pouvaient que subir leur dictature, leurs lois, leurs irrégularités ?

Les membres du CORELEC ont, à plusieurs reprises, surpris Monsieur Yassine, Secrétaire général du bureau sortant du CRCM, photocopiant, en toute illégalité, des dossiers sur les associations participant à ces élections. Messieurs Zerfaoui et Yassine imposaient ainsi leur présence pendant les travaux du CORELEC, entravant ainsi l'organisation démocratique de l'élection alors en préparation, sous prétexte que le CORELEC se réunissait dans les bureaux du CRCM.

Monsieur Aïnouche vient aujourd'hui nous donner des leçons de droit oubliant ainsi que lui-même et ses alliés le violaient sans vergogne lorsqu'ils étaient à la tête du CRCM.

A maintes reprises, le COMELEN (organisation nationale de l'élection des CFCM et CRCM) est intervenu, en vain, pour tenter de rétablir une situation qui se dégradait dangereusement.
Les responsables des trois listes (GMP, FNMF et UOIF) ont souhaité transférer le CORELEC dans un lieu suffisamment neutre pour préparer les élections dans des conditions normales et hors de toute pression ou contrôle.

A la veille des élections, l'ensemble des délégués électeurs ont reçu des tracts de la Liste Indépendante par lesquels elle faisait sa propre et exclusive promotion. Ce procédé était, à l'évidence, inéquitable dans la mesure où les autres listes ne pouvaient en faire autant, faute de n'avoir pas accès aux adresses des électeurs, cet avantage n'étant détenu que par la liste indépendante.

Monsieur Aïnouche se souvient-il que, le jour de l’élection, la liste indépendante a pris d’assaut, dès l’ouverture, avec brassard au bras, le bureau de vote afin d’y établir son Q.G. dans un climat pesant qui dissimulait mal la pression ambiante ?
Monsieur Aïnouche peut-il contester que la liste indépendante a plus qu’abuser du vote par procuration ?
Ou encore que seule la liste indépendante possédant la liste complète des délégués électeurs avec leurs adresses et copie de leur pièce d'identité, cela permettait sans doute de constituer, à l'approche de la clôture des votes, des procurations de dernière minute pour faire basculer le sort de ces élections ?

Pourquoi, en un même lieu, après avoir signé, en présence de responsables de la préfecture, le procès verbal selon lequel les élections s'étaient bien déroulées (PV des résultats), après avoir remercié Dieu (Salat ….) et les électeurs (par courriers encore) de sa victoire, la liste indépendante conteste-t-elle ces élections à l'issue du second tour ? Et comment expliquer, par le recours à quatre huissiers se présentant chez sept familles musulmanes en pleine période de vacances, à un avocat, à de volumineux dossiers, que la communauté musulmane de Marseille serait devenue si riche pour se permettre autant de frais ? En effet, chacun sait que l'origine principale des fonds provient des collectes et de dons principalement de familles musulmanes souvent démunies. A moins que ces fonds n'aient une origine autre qui confèrerait ainsi le pouvoir à ceux qui en usent d'en disposer à leur guise, notamment par des actions en justice dirigées contre des frères.

Monsieur Aïnouche accuse le CRCM d'être " sous la tutelle d'officines externes au culte ".
Il convient de rappeler à Monsieur Aïnouche qu'il n'a pas hésité, accompagné de Monsieur Zerfaoui notamment; à solliciter, à plusieurs reprises, l'aide du consulat d'Algérie de Marseille pour qu'il intercède en leur faveur afin de mettre en place – dès le premier tout des élections - une liste commune GMP/Liste Indépendante.

M Aïnouche se souvient-il que c’est précisément la liste indépendante qui gérait le CRCM durant deux ans à la manière d'une parfaite et honteuse dictature, entraînant la démission des autres membres ? Qu'il leur incombait de recouvrer auprès des associations leurs cotisations ? Pourquoi avoir attendu le jour des élections pour décider que les représentants des associations ne s'étant pas acquittés des cotisations dues n'étaient pas admis à participer aux élections ? Pourquoi ne pas avoir précisé ce point dans le PV des résultats le soir des élections ?
Craignait-il que leur victoire d’un soir ne soit annulée ?

M Aïnouche qualifie l'engagement de sa liste de "courageux" !!!
Est-ce être courageux que d'accuser, devant la justice, un imam reconnu et respecté pour ses valeurs, vivant à Marseille depuis plus de 15 ans, d’être en situation irrégulière - avec ce que cela peut entraîner pour lui et sa famille - et finalement découvrir qu’il est bien en situation régulière ?
M. Aïnouche évoque la "précipitation" lors de l’élection du bureau !!!
Aurions-nous dû attendre plus de deux jours après la date limite fixée par les instances nationales ?

Et enfin oui, le CRCM est en place et il n’y en a qu’un – n'en déplaise à
Monsieur Aïnouche !!! Trois listes travaillent dans l’union, le dialogue et en toute démocratie dans le cadre de laquelle chacun peut s’exprimer et apporter ses compétences. Et des places, il en reste encore pour ceux qui veulent travailler pour la communauté et non pour le « Korsi » (ndrl : le siège en arabe, lieu du pouvoir).
Et il n’y a pas de blocage !!!