Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le malaise des revendicateurs musulmans

Rédigé par Ammar B. | Mardi 9 Mars 2004

De nos jours, nous constatons bien que le terrain sur lequel doit agir tout lettré musulman est vaste ; surtout celui de la construction des identités selon les normes et les mentalités. Je veux parler du domaine de l’éducation, dans lequel les Musulmans se trouvent perdus entre deux réalités qui créent l’ambiguïté : la réalité internationale face à laquelle on ne doit pas être indifférent et la réalité française dans laquelle on doit agir et par rapport à laquelle il faut réagir en groupe, par le biais du partenariat et de ce qu’on appelle en Islam la complémentarité.



De nos jours, nous constatons bien que le terrain sur lequel doit agir tout lettré musulman est vaste ; surtout celui de la construction des identités selon les normes et les mentalités. Je veux parler du domaine de l’éducation, dans lequel les Musulmans se trouvent perdus entre deux réalités qui créent l’ambiguïté : la réalité internationale face à laquelle on ne doit pas être indifférent et la réalité française dans laquelle on doit agir et par rapport à laquelle il faut réagir en groupe, par le biais du partenariat et de ce qu’on appelle en Islam la complémentarité.

Une source commune pour remplir nos seaux

L’unité (l’union) fait la force, grâce à des individus compétents, performants et ambitieux, d’où la nécessité de créer le lien qui amène à la découverte des capacités de chacun de façon à n’en négliger aucune énergie. Un état des lieux serait bienvenu, vu la situation dans laquelle se trouvent nos acteurs socio-éducatifs. Quant au constat, nous en avons conclu plus d’un, alors que c’est d’une réforme que nous avons besoin.

Ce changement relationnel tant attendu est un moyen d’aboutissement à cette reforme, alors que malheureusement, nous sommes en train aujourd’hui d’en faire une finalité. Le fait d’organiser des séminaires, des conférences/débats ou des cours au sujet de la civilisation musulmane a fait de la plupart d’entre nous ( acteurs socio-éducatifs musulmans) des techniciens, alors qu’ils devaient faire de nous des Hommes de foi et de conviction : une foi en notre finalité, en nos projets de société et en nos démarches. La plupart d’entre nous ont constaté l’importance de la mise en place d’un organigramme commun, à travers lequel chaque seau rempli d’eau d’entre nous comblerait nos puits et éteindrait nos feux. Dans cette parabole, les feux sont l’ensemble des milieux sociaux dans lesquels nous sommes absents. Quant aux puits vides, ils représentent l’ensemble des individus musulmans sans repère ni finalité, qui ont besoin de nous. Malheureusement, certains individus instrumentalisent ce fait pour affaiblir la population musulmane, et l’orientent vers un syndicalisme confessionnel et un mouvement protestataire.

La sécularisation des Musulmans de France est passée par plusieurs étapes, et a suscité plusieurs facteurs socio-politiques et culturels. La création du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) n’est que la preuve d’un imposant fait islamique, qui s’est inscrit dans la société dominante, non pas comme le qualifie Olivier Roy ' d’individualisme, insistance sur la foi et de refus des cultures incarnées '. Il est vrai que nous assistons à un débat de société intra-musulmane, de vocation Franco-Européenne, qui espérons le fera face au communautarisme. Les circonstances actuelles doivent nous faciliter le dialogue et faire de nous des partenaires musulmans, dans une action diversifiée et ouverte à toute autre idéologie. Cependant, l’œuvre de chaque acteur de société, le dire de chaque prêcheur ou conférencier jouent un rôle dans ce fait d’éclaircissement du phénomène islamique en France.

Prenons garde aux analyses malveillantes

Certains prêcheurs Européens négligent la population musulmane en cherchant le bien être des autres populations concitoyennes, surtout lorsqu’il s’agit d’une réalité populaire méconnue, au sujet de l’identification des discours par rapport aux normes socioculturels, qui sont sujet de débats profonds et sincères. Dire par exemple que l’U.O.I.F a une lecture partielle de la posture dans laquelle s’inscrit le C.F.C.M., puis comparer ce dernier à SOS racisme et à Ni Putes, Ni Soumises serait une analyse malveillante et indigne d’un islamologue. Le professeur Tariq Ramadan n’a trouvé de qualificatif pour ceux qui ont participé vivement à la construction de l’Islam de France que de les insulter de ' Béni oui, oui '. Nos parents qui ont été au front pour libérer la France, ceux qui ont manifesté avant la naissance du professeur Ramadan pour avoir une mosquée à l’usine de Renault, sont disqualifiés par notre islamologue préféré. Ces propos qui en ont choqué plus d’un, ne sont que le résultat d’un grand écart qui s’amplifie de plus en plus entre certains individus et nos instances religieuses. Le Prophète de l’Islam, paix et bénédictions de Dieu sur lui, dit : 'L’intelligent est celui qui se comporte en humilité et qui œuvre pour l’éternité. Quant à l’invalide, c’est celui qui se soumet à ses passions et espère qu’Allah le sauvegarde.'

 

Il nous manque la spiritualité et la morale de l’Islam

Le monde entier vit actuellement un malaise vis-à-vis d’un Islam méconnu par ses propres revendicateurs. Nous portons tous en tant que Musulmans le côté corporel de l’Islam, mais beaucoup d’entre nous sont dans le manque de sa spiritualité et de sa morale. Il est donc évident de constater notre responsabilité dans ce fait, d’où la nécessité de s’unir pour mieux faire face et changer cet état d’âme. Allah Exalté soit Il et Loué dit :

' Certes Allah ne changerait l’état d’un peuple, que si ce dernier fait l’effort qui mène au changement '. Les exégètes disent au sujet de ce verset : C’est Allah , exalté soit-Il, qui vous protège. Il y a des anges qui protègent chaque être humain selon un ordre d’Allah ; ils se relaient pour le préserver de toutes parts car Allah , exalté soit-Il, ne change pas l’état d’un peuple, de la gêne à la prospérité ni de la fore en faiblesse, que s’ils se changent eux-mêmes de manière à pouvoir s’adapter à leur nouvel état. Lorsqu’Allah veut atteindre un peuple d’un mal, ils ne trouvent aucun appui pour les en protéger ni pour repousser loin d‘eux ce qu’ils endurent.

 

Ahmed Miktar, Imam de la Mosquée de Tourcoing (59)

Auteur de :l'Accompagnement du Malade - édi Ennour

Les épîtres de la réussite - édi Ennour

La Foi du Musulman - édi La Ligue