Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le bon Samaritain criminel ?

Rédigé par Henrik Lindell | Lundi 19 Septembre 2011

En Alabama, des évêques catholiques et protestants ont bloqué, provisoirement, une loi anti-immigration. Si elle passe, ils désobéiront. À cause de leur foi.



Si les républicains au pouvoir en Alabama pouvaient agir librement, la loi la plus répressive contre l’immigration de toute l’Amérique serait entrée en vigueur le 1er septembre.

Ce texte, signé le 9 juin par le gouverneur Robert Bentley, permettrait à la police d’arrêter toute personne pouvant être « raisonnablement soupçonnée » de ne pas avoir ses papiers en règle. Les nationaux sont visés aussi : le fait de sciemment protéger, embaucher, héberger ou même transporter un immigré clandestin serait désormais un crime.

ARGUMENTS

Le bon Samaritain criminel ?
Ce type de lois anti-immigrés se multiplie aux États-Unis sur fond de crise économique et de populisme républicain, notamment dans des États comme l’Arizona, l’Utah et la Géorgie. Mais c’est en Alabama que les autorités vont le plus loin. Plusieurs manifestations ont été organisées par des associations d’aide aux immigrés, des syndicats de professeurs, des organisations chrétiennes, comme Pax Christi, et par l’opposition de gauche.

Les protestations sont tellement vives, et les plaintes tellement nombreuses, que l’application de la loi a été suspendue in extremis par la juge fédérale sur place, Sharon Lovelace Blackburn, le 29 août. Cette instance fédérale (en l’occurrence la Cour du district d’Alabama-Nord) avait été saisie par le ministère de la Justice lui-même, qui a soulevé des problèmes de constitutionnalité et de compétence.

Mais l’action la plus spectaculaire est menée par des responsables ecclésiastiques. On la doit à quatre évêques : les catholiques Thomas Rodi (Mobile) et Robert Baker (Birmingham), l’épiscopalien Henry Parsley et le méthodiste William H Willimon.

Dans leur plainte datée du 1er août, ils expliquent que la nouvelle loi criminalise la compassion chrétienne. Elle serait donc, d’après eux, contraire aux libertés religieuses, notamment celle qui consistent à pratiquer – obligatoirement ! – la charité pour les étrangers. « La loi s’attaque ainsi à notre conception profonde de ce que signifie être une Église », comme le ré­sume Mgr Rodi dans un communiqué.

Sur le plan théologi­que, les arguments sont clairs. « Si elle est renforcée, la loi anti-immigration d’Alabama rendra criminel le commandement de Dieu d’être un bon Samaritain (Luc 10.25-37) », expliquent les plaignants, Bible à la main. Ce type de « christianisme social » – et son langage – n’est pas neutre en Alabama.

C’est ici que Martin Luther King Jr avait commencé sa lutte contre la ségrégation raciale. C’est également dans cet État qu’il a écrit, en 1963, sa fameuse « Lettre de la geôle de Birmingham ». Il répondait à huit pasteurs blancs, en accord avec lui sur le fond, mais craignant de s’engager dans un acte de désobéissance civile.

L’action des quatre évêques impressionne autour d’eux. Plusieurs pasteurs ont annoncé qu’ils n’obéiraient pas à la loi et l’opinion publique est sensibilisée au débat. La juge Blackburn les écoutera peut-être dans son avis rendu le 29 septembre.

DÉMOGRAPHIE

Mais une chose est sûre : l’équipe autour du gouverneur Bentley ne se laissera pas démonter. Plusieurs pasteurs lui ont assuré leur soutien. Pour eux, il faut défendre l’emploi des nationaux et se protéger contre une « invasion » venant du Mexi­que. La démo­graphie religieuse joue en leur faveur. En Alabama (4,7 mil­lions d’habitants), même si les mem­bres des Églises catholique (153 000), épiscopalienne (33 000) et méthodiste (152 000) suivaient l’avis de leurs chefs en cette matière, ils resteraient minoritaires.

En effet, la plupart des chrétiens de l’État sont évangéliques, le plus souvent affiliés à la très conservatrice Convention baptiste du Sud (1,3 million de membres en Alabama). Ils votent massivement républicain et leurs représentants n’ont rien à dire sur la loi contre l’immigration. Et si certains pasteurs évangéliques expriment leurs doutes, ils ont peur de faire des vagues. Comme en 1963.









Le bon Samaritain criminel ?
En partenariat avec :