Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le Sacré-Cœur de Montmartre profané, une pluie de réactions

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 19 Mars 2014



Le Sacré-Cœur de Montmartre profané, une pluie de réactions
Plusieurs inscriptions ont été découvertes, mardi 18 mars, sur les murs et les piliers extérieurs de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris. Sur la porte de l’édifice religieux, « Ni Dieu, ni maître, ni Etat » était inscrit à la peinture rouge. Même procédé pour le parvis sur lequel ont été taguées les expressions « A bas toute autorité » et « Feu aux chapelles ».

Manuel Valls et Bertrand Delanoë, le maire sortant de la capitale, ont condamné, mercredi 19 mars, « avec la plus grande fermeté » la profanation.

« Ces inscriptions sont une offense aux fidèles catholiques et une atteinte grave à un monument emblématique du patrimoine architectural parisien », indique le ministre de l’Intérieur. « Chaque fois qu’un lieu de culte est ainsi visé, ce sont les fondements de notre République qui sont contestés. Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs de ces actes afin qu’ils en répondent devant la justice », dit-il encore dans un communiqué.

« Au même titre que je me suis toujours indigné des actes islamophobes (sic) ou antisémites, j'ai été profondément choqué d'apprendre l'odieuse profanation du Sacré-Cœur de Montmartre, auquel sont attachés tant de catholiques, de Parisiens, de Français », a également réagi Jean-François Copé. « La multiplication de ces violences antireligieuses et de ces appels à la haine sont absolument inacceptables dans notre République. Leurs auteurs doivent être poursuivis et condamnés », a-t-il indiqué.

Les candidats à la mairie de Paris ont tous condamné la profanation. Quant au Front national, il va jusqu'à évoquer... « un climat antichrétien qui favorise de tels comportements » par la voix de son candidat du 18e arrondissement, Philippe Martel.

Les réactions pleuvent sur cette affaire, qui touche l'un des monuments les plus visités de France. Une intervention de nettoyage a été lancée par les services de la Ville de Paris afin de faire effacer les inscriptions au plus vite des yeux des visiteurs.

Lire aussi :
Blois : une mosquée profanée avec de la viande de porc
Contre les Femen, Valls soutient les catholiques de France
Rhône-Alpes : le CRCM condamne la profanation d’une église





Loading