Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

La troisième guerre du foulard a commencé

Rédigé par Lefranchouillard Albert-ali | Mardi 31 Août 2004

La rentrée dans quelques jours !
Dans les madrassas du Jules de Marianne les foulards synthétiques seront désormais interdits en particulier s'ils sont ostensibles.
La loi votée par les gardiens de Marianne, qui interdit les signes religieux ostensibles est donc entrée en vigueur.



Bonjour, Bonsoir,

Salam, Shalom à tous

 

La rentrée dans quelques jours !

Dans les madrassas du Jules de Marianne les foulards synthétiques seront désormais interdits en particulier s'ils sont ostensibles.

La loi votée par les gardiens de Marianne, qui interdit les signes religieux ostensibles est donc entrée en vigueur.

Il se peut que les emplois jeunes soient ressuscités par Rafarrin IVème du nom.

Ils seront préposés à l’entrée des lycées pour faire de la détection de foulard.

Si au moins le foulard de Fatima aurait servi a créer ces emplois !

Mais il n’en est rien.

En vérité la 3ème guerre du foulard a commencé.

La première ce n’était pas en 1989 comme on ne cesse de le répéter mais en 1958[1] en France d’outre mer méditerranée, dans les 3 départements de l’Algérie « française » (sic), pays de mes pères.

A cette date les portes-baïonnettes de Marianne, finissaient leur œuvres civilisatrice, alors que Marianne dans cette belle colonie de vacance que fut la françalgérie, s’était bien accommodée du foulard de Fatima et de la bourka algérienne et berbère dénommée «haïk », pendant plus de 126 ans (1832-1958).

Elle ne fut jamais troublée par ce signe ostentatoire d’une religion de dégénérés en babouches.

Mère laïcité ne fut jamais offensée et émue par ces accoutrements ridicules d’aliénées enfoulardées et de portes-burka mobiles.

 

Bien mieux cher lecteur, le foulard de Fatima, servait de logo et à l’époque a notre cher République pour ses offices de tourisme, chargés de vanter les mérites touristiques de ses colonies de vacances, aux européens qui désirait y voyager.

Le foulard de Fatima était le symbole d’un exotisme à découvrir !

 

C’est ce qu on appelle LE DOUBLE DISCOURS !

 

Vous savez celui dont on accuse régulièrement les islamistes français !

Double discours inventé par une vermine dont le prénom est : Jules

Le jules de Marianne.

Anticlérical convaincu il considérait que les curés n’étaient plus assez bons, pour gérer les affaires du pays et encore moins l’éducation des enfants.

On allait donc casser à coups de masse les portes des églises et les flash-ball-men de l’époque débarquaient dans les écoles arracher les crucifix.

Ces curés ( à la soutane noire )  qui étaient un poison pour la République toute jeune, étaient devenu subitement un produit d’exportation intéressant sous le packaging nouvelle version appelé «  pères blancs ».

Voilà un bel exemple de double discours, les curés c’est pas bon pour les citoyens de Métroploe, mai spour les indigennes un peu d’alléluia devrait faire du bien.

126 ans d’accommodement sympa de Marianne avec ce foulard et puis soudain dés 1958 quand elle sent que les carottes commencent a être cuites, pour elle et que la résistance est féroce au bled.

Que son image de la patrie de la déclaration des droits de l’homme ( homme blanc, de sexe masculin  et sans barbe jusqu à preuve du contraire encore en 2004 ) commence a être écornée, devinez ce qu’elle nous sort de son bonnet phrygien ?

 

Un lapin : nommé foulard islamique !

Et oui déjà quand les vieux tombant comme des mouches à cause de la chaleur , n’étaient pas « stockés » à Rungis dans les frigos à viandes.

Déjà quand l’hôpital n’était pas en faillite

Déjà quand l’école n’était pas devenu un haut lieu d’exclusion et de ghetto.

Marianne sortait de son chapeau phrygien le foulard de Fatima comme la cause nationale a défendre, pour cacher ses dossiers qui sentaient trop mauvais.

 

Ainsi en 1958 l’épouse d’une autre vermine, un général spécialisée dans le les chambres à gaz naturelles ( les enfumades), créait une association ancêtre de notre Mi-putes Mi-soumises, spécialisées en racolage électoral actif en faisant les trottoirs des banlieues à la recherche de quelques voix pour leurs macs de la maison close ( rose ) du « Parti Socioniste ( c’est un pléonasme) de France » [expression crée par A.S].

Cette épouse du général devant les télés et journalistes de métropole organisait tenez vous bien, un dé-voilage en direct de quelques femmes musulmanes venues crier leur désir d’émancipation ( pas au sens d’indépendance nationale bien sur ! ).

 

Voila donc la première guerre du foulard synthétique et nos féroces soldats qu’on entendais mugir dans les campagnes des Aures et de Kabylie, s’évertuant a égorger les fils de nos compagnes, et arracher le foulard des compagnes des « terroristes » d’une main de fer, accompagné de quelques tournantes pour les bidasses en mal de pays.

 

Aujourd’hui rebelotte !

Ce n est plus avec la force de la baïonnette, que l’on va arracher ce fichu foulard synthétique, mais avec la force d’une loi sur mesure, une loi scélérate voté par la majorité de nos député dont certains méritent d’être tondus pour collaboration assidue avec l’occupant sioniste, affalé tel un mammouth dans le fauteuil de ma République, feignant d’avoir une peur verte de la petite souris voilée.

 

« Français ! pour nous, ah ! quel outrage ! 

Tremblez, tyrans ! et vous, perfides,
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leur prix »


Comme dirait la Marseillaise !

Alors

 

Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons !
Marchons, marchons,

A bientôt

www.lefoulard.com

 

 

Ecris politiquement incorrects de

Albert-ALi LEFRANCHOUILLARD
Islamiste Cht'imi

levoile@tiscali.fr
Fils de M. CHOUILLA Mouloud :
Sarasin, envahisseur à balai en 1954
Et de Mme LEFRAN Martine :
mère fictive car je suis né sous X
Mère présumée Marianne l'ingrate.

 



[2][1] 16 mai 1958 le Mouvement de solidarité féminine association de Mme Salan organise un dévoilage public. Todd Shépard «  La bataille du voile pendant la guerre d’Algérie ». Le foulard islamique en questions . Edits Amsterdam