Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

La France officialise le retrait de ses troupes militaires du Mali

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 17 Février 2022 à 15:30

           


La France officialise le retrait de ses troupes militaires du Mali
Après neuf ans de présence militaire au Mali dans l'objectif de lutter contre le terrorisme, la France, ses partenaires européens ainsi que le Canada ont officialisé, jeudi 17 février, leur retrait. Les soldats engagés dans le cadre de l’opération Barkhane, lancée en 2013, vont se retirer progressivement des bases maliennes d’ici quatre à six mois.

« Les conditions ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel », a affirmé Emmanuel Macron au cours d’une conférence de presse dans laquelle se trouvaient les présidents sénégalais, ghanéen et du Conseil européen. « Nous ne pouvons pas rester engagés militairement aux côtés d'autorités de fait dont nous ne partageons ni la stratégie ni les objectifs cachés. »

Depuis un coup d’Etat en 2020 suivi d’un second en 2021, les relations entre les gouvernements français et malien se sont nettement détériorées. Les autorités maliennes ont décidé fin janvier d’expulser l’ambassadeur de France, en pointant du doigt de récentes déclarations jugées « hostiles » de responsables français à l’encontre de la junte militaire. « Le Mali est aujourd'hui dirigé par cinq colonels qui ont pris le pouvoir depuis deux ans. Et c'est avec une junte de ce type qu'il faudrait qu'on travaille, (…) eux qui dénient tout processus démocratique au Mali ? », a raillé, lundi 14 février dans l'émission C à vous, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui dénonce l'emploi par la junte d'un millier de mercenaires russes de la société privée Wagner.

Lire aussi : Au Mali, les leaders chrétiens et musulmans plaident ensemble pour la paix et la stabilité

La France souhaite toutefois, de même que ses partenaires, « rester engagée dans la région » sahélienne et étendre son soutien « aux pays voisins du golfe de Guinée et d'Afrique de l'Ouest » pour contenir la menace des groupes extrémistes se réclamant de l’islam liés à Al-Qaïda et à Daesh. « La lutte contre le terrorisme au Sahel ne saurait être la seule affaire des pays africains. Nous sommes heureux que l'engagement ait été renouvelé de rester dans la région et de réarticuler le dispositif », a indiqué le président sénégalais Macky Sall.

Quelque 25 000 hommes sont actuellement déployés au Sahel. Environ 4 300 d’entre eux font partie du contingent français dont 2 400 sont présents au Mali dans le cadre de Barkhane, selon l'Élysée. La Mission de l’Onu au Mali (Minusma) compte, quant à elle, quelque 15 000 soldats. « Que se serait-il passé en 2013 si la France n'avait pas fait le choix d'intervenir ? Vous auriez à coup sûr un effondrement de l'Etat malien », a fait savoir Emmanuel Macron, qui refuse de parler d’un échec français au Mali. Depuis 2013, 53 soldats français ont été tués au Sahel dont 48 au Mali.

Lire aussi :
Depuis la Mauritanie, les leaders religieux musulmans au front contre l'extrémisme et pour la paix en Afrique