Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

L’éducation islamique au rabais avec Cheikh Google

Rédigé par Fatima Adamou | Mardi 15 Avril 2014



Peut-on sérieusement attendre une éducation religieuse de Hollywood ou simplement craindre leurs adaptations des histoires des prophètes ? La réaction de certains chefs religieux à la sortie du film Noé le laisse supposer. Toutefois, cette réaction est exagérée lorsque l’apprentissage de l’islam s’effectue désormais principalement à travers l’Internet, où l’on trouve le meilleur comme le pire.

Incontestablement, les nouvelles technologies, la démocratisation de la pratique de l’Internet permettent l’accès à des connaissances religieuses qui étaient difficiles à obtenir quelques années auparavant. Les conférences des plus grands savants musulmans sont postées sur YouTube, l’on trouve des pages entières d’informations en tapant le sujet souhaité sur l’islam dans les divers moteurs de recherche. La télévision joue encore un rôle important avec ses satellites ou les chaînes locales consacrés à l’islam.

L’inconvénient : les intervenants, des prédicateurs, assument toujours le fait que tous les musulmans possèdent le même niveau de connaissances. Chaque musulman aurait lu entièrement le Livre saint, dans la langue qu’il comprend, il saurait tout de l’Histoire de la Péninsule arabique du VIIe siècle, il connaîtrait tout de la jurisprudence islamique, les terminologies complexes utilisées n’auraient aucun secret pour lui.

Comment ces prédicateurs peuvent-ils être certains que chaque musulman a reçu un enseignement de même qualité qu’ils ont reçu dans des grandes universités ? Ou qu’eux- mêmes dispensent ? En effet, ces intervenants télévisuels sont également de grands enseignants de sciences islamiques dans les prestigieuses universités (religieuses ou non) du monde, difficiles d’accès et onéreuses pour beaucoup.

Faut-il signaler que des personnes de confession autre que musulmane reçoivent un excellent enseignement sur l’islam inclus dans leur cursus universitaire, qu’elles possèdent alors parfois une meilleure compréhension des sciences islamiques que beaucoup de musulmans ?

Faute de pouvoir suivre des cours structurés de qualité, il ne reste plus aux apprenants que Cheikh Google et son disciple YouTube comme professeurs. Ce qu’ils offrent ? Une instruction religieuse au rabais, voire médiocre, avec les conséquences que cela implique.

Ainsi, il n’est pas rare de s’exposer à des prêches haineux, misogynes, de personnes dont l’identité et l’autorité religieuse sont invérifiables. Certains d’entre elles se mettent en scène pour mettre en garde les musulmans contre des prédicateurs dont les opinions diffèrent des leurs. L’autoformation est rendue possible grâce aux forums et réseaux sociaux, où les questions jugées sensibles, voire taboues, peuvent être discutées ouvertement entre membre de la « communauté ». Vu le nombre de personnes s’aventurant à répondre, les solutions proposées sont aussi farfelues que dangereuses. Cela n’est bien évidemment pas sans risques pour les personnes vulnérables ou facilement influençables.

Et l’on s’étonne de voir de jeunes gens vivant leur foi dans la colère, réduisant l’islam à une longue liste d’interdits, s’arrogeant en permanence le droit de décider qui est ou n’est pas musulman, qui pratique correctement ou pas, quel savant il faut écouter et quel prédicateur est le mieux guidé.

Tout-e musulman-e a droit à un enseignement des sciences religieuses de qualité, cela ne devrait pas être un privilège. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes devraient bénéficier des outils permettant de comprendre, par exemple, pourquoi et comment on parvient à des opinions divergentes sur l’avortement, le don d’organes ou simplement pour avoir des bases solides pour vivre sa foi.

Certes, des cours structurés se développent dans des instituts privés, mais ceux dont les revenus sont modestes ne peuvent s’y inscrire. Des moyens existent pour pouvoir subventionner des établissements d’enseignement et réduire les frais d’inscription à des cours de qualité. On fait bien ce qu’il faut pour récolter des fonds pour des mosquées gigantesques, alors pourquoi pas pour l’instruction ?

Après avoir investi dans la pierre (le patrimoine matériel), les générations nouvelles ne devraient-elles pas davantage investir dans le savoir, la pédagogie et la connaissance (le patrimoine immatériel) ?

Tutrice de français en Grande-Bretagne, Fatima Adamou est également researcher bénévole à l'association Christian Muslim Forum.