Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Katia : « Je suis jalouse. Je voudrais faire une psychothérapie de couple, mais il refuse »

Rédigé par Sabah Babelmin | Mercredi 17 Octobre 2018



Katia : « Je suis jalouse. Je voudrais faire une psychothérapie de couple, mais il refuse »
Mon mari et moi nous nous sommes fréquentés pendant trois mois et tout allait bien. J’ai voulu accélérer les choses en lui suggérant le mariage religieux. Pourquoi ? J’étais vraiment très heureuse et sûre de moi, puisqu’il m’avait été présenté par une amie et que tout le monde le décrivait (et encore maintenant) comme un homme droit. Je pensais vraiment avoir trouvé LA perle rare.

Il m’a proposé le mariage. Nous avons emménagé ensemble après le mariage et je suis tombée rapidement enceinte. Faire des enfants et fonder un foyer est une décision très importante.

Cette nouvelle vie commune fut très différente de ce que j’imaginais. J’ai découvert un autre homme très attiré par les autres femmes, que ce soit dans la rue ou à la télévision. J’ai découvert un homme capable de me mentir sur les contacts téléphoniques avec son ex-copine, capable de stopper net une conversation si une publicité avec une jolie femme passait à la télévision, capable de fixer une autre femme tout le long d’une file d’attente à l’aéroport, tout en me parlant sans même un regard pour moi.

Je trouve qu’il s’agit d’un manque de respect, surtout venant d’un musulman qui me répond ne rien faire de mal puisqu’il ne fait que regarder et qu’il ne me trompe pas (malgré l’appui de diverses sourates de notre noble Coran).

Je fais de mon mieux pour gérer la maison et les enfants mais lui me pense fainéante. Tout ça me rend très triste et je ressens un grand sentiment d’injustice. J’essaye de bien faire.

Je suis très malheureuse de ce comportement. Je me sens mal aimée, je me sens transparente, inintéressante. Pourquoi s’est-il marié avec moi s’il est plus attiré par les autres femmes ?

J’ai beaucoup de mal à lui faire confiance et aujourd’hui j’ai développé une sorte de jalousie excessive dont je ne sais plus me défaire. Sachant que c’est une mauvaise attitude en islam et que cela me fait souffrir, j’aimerais vraiment m’améliorer, voire changer.

Tout s’est dégradé à la naissance du deuxième enfant, la fatigue et autres bouleversements ont eu raison de ma patience et je n’ai plus supporté les attitudes et mauvaises habitudes de célibataire de mon mari (il a vécu seul pendant quinze ans avant notre mariage).

À cela s’ajoute ma belle-mère qui ne cesse de me dénigrer auprès de son fils (il ne faut pas utiliser de lingettes pour bébé, elle ne fait pas assez bien le ménage, elle n’est pas assez sévère avec les enfants, elle est trop maman poule, etc.). Mon mari est très fusionnel avec sa maman car son papa est décédé il y a longtemps et il a dû la soutenir puisque c’est l’aîné.

Je comprends cette relation car je suis moi-même très fusionnelle avec ma maman. Mais je suis tellement déçue qu’il prenne systématiquement compte de l’avis de sa mère et ne relève que mes erreurs. Car j’apprends à être maman mais je veux bien faire.

Je voudrais être une équipe soudée et complice avec mon mari pour élever les enfants au mieux, alors que lui ne me fait que des reproches: c’est toujours de ma faute puisque je suis la mère et c’est à moi d’éduquer les enfants.

Je voudrais consulter un médiateur familial, voire faire une psychothérapie de couple pour améliorer nos vies. Mais il refuse. Je ne sais plus quoi faire. J’ai besoin que notre vie de couple s’améliore, sinon je pense au divorce car ça devient invivable et nous ne nous comprenons plus.
Katia

Sabah Babelmin, psychothérapeute

Chère Katia,

Trois mois est une très courte période pour connaitre quelqu’un et décider de se marier. Mais vous avez « voulu accélérer les choses en lui suggérant le mariage religieux », dites-vous. Pourquoi cette accélération ? De peur qu’il s’en aille, de peur de dépasser l’âge fatidique pour avoir des enfants ?

Vous avez finalement fait connaissance et découvert un homme que vous ne connaissiez point après avoir été mariés. Et vous découvrez, dites-vous, « un homme capable de me mentir sur les contacts téléphoniques avec son ex-copine, capable de stopper net une conversation, si une publicité avec une jolie femme passait a la télévision, etc. ».

Qu’il vous ait menti vous a certainement fait perdre toute confiance en lui et en vous-même. Quant à regarder d’autres femmes à la télévision ou dans la rue, ce n’est pas un crime… C’est comme admirer une fleur ou un beau paysage ! Être avec quelqu’un, ce n’est pas le posséder, le contrôler, le priver de sa faculté de regarder, de respirer, d’admirer un beau tableau, une belle femme (un bel homme), de déguster un bon repas ! Mais c’est laisser cette personne vivre et s’exprimer.

Dans un couple, on ne peut pas traiter un homme (ou une femme) comme un objet. C’est important que vous repreniez confiance, car ce comportement dénote une grande fragilité, un manque de confiance en vous-même. Et il entraine une relation douloureuse pour vous comme pour lui.

« Je suis très malheureuse de ce comportement. Je me sens mal aimée, je me sens transparente, inintéressante », dites-vous. Je pense que cela ravive une blessure bien ancienne. Qui ne vous regardait pas ? Votre mère, votre père ? Sans se rendre compte, les parents ont souvent leur favori et cela se répercute de manière désastreuse sur les autres enfants qui se sentent abandonnées, mal aimés, transparents, comme vous l’écrivez !

Vous avez besoin d’être accompagnée par un professionnel pour comprendre votre histoire et l’origine de cette souffrance. Et que votre mari ne fait que réactiver.

« Pourquoi s’est-il marié avec moi, s’il est plus attiré par les autres femmes ? », vous interrogez-vous. Mais c’est vous qu’il a choisie et c’est avec vous qu’il vit et qu’il a des enfants, alors pourquoi vous posez-vous toutes ces questions ? En outre, plus vous essayez de le contrôler, de le juger, plus il fera le contraire de ce que vous désirez !

Mettez-vous à sa place ! Imaginez que dès que vous posez votre regard sur un homme beau, sans forcément avoir nulle autre intention que de le regarder, il vous critique, devient jaloux et essaie de vous en empêcher.

Vous sentez en vous-même que cette jalousie est pathologique et vous fait vivre une situation difficile, pas seulement pour vous seule mais aussi pour votre mari et, sans doute, vos enfants.

Le fait d’avoir eu rapidement un deuxième enfant, était-ce pour vous une façon de consolider une relation qui vous semblait fragile ? Pour lui prouver votre amour ?

Quant aux relations avec votre belle-mère, peut-être essaie-t-elle juste de vous conseiller en vous proposant d’autres façons de faire. Mais vous le prenez mal, car vous sentez vulnérable face à l’attitude de votre mari et vous pensez qu’ils font front contre vous.

Il est important de savoir prendre de la distance pour vous extraire de cette situation que vous vivez mal, pour être vous-même, ouverte aux conseils des autres sans vous sentir agressée.

Il me semble que vous vous êtes enfermée dans cette prison de manque d’estime de vous-même et de fragilité qui vous coûte très cher.

Vous avez raison de vouloir vous faire aider. C’est urgent, me semble-t-il, de trouver un terrain d’entente avec votre mari pour le bien-être de tout le monde. Si votre mari refuse d’aller consulter, allez-y dans un premier temps toute seule. Ce travail sur soi ne peut, de toute façon, que déteindre positivement sur la vie de famille et la vie de couple et sur l’image que vous vous faites de vous-même. Je vous souhaite bon courage.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com