Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Islamophobie en France, le débat nécessaire

Rédigé par Propos recueillis par Amara BAMBA | Jeudi 27 Novembre 2008

Deux associations d'île de France s'unissent pour organiser une conférence sur l'islamophobie. Prévue le samedi 29 novembre 2008 à Paris, cette rencontre est le résultat d'une collaboration entre Emergence et Fontenay Générations, deux associations investies dans les luttes citoyennes. Entretien avec Abdelkader Benzerara de Fontenay Générations.



SaphirNews: Pourquoi une conférence sur d'islamophobie aujourd'hui ?

Abdelkader Benzerara: Depuis les attentats de septembre 2001, on constate une recrudescence de certaines formes de discriminations. Les rapports annuels du Collectif contre l'islamophobie nous le montrent. Il y a une recrudescence d'intellectuels, il y a de plus en plus de journalistes qui, dans la forme de leurs écrits, se laissent aller à des amalgames entre l'appartenance à l'islam et l'appartenance à la France par exemple. Nous sommes encore plus sous l'effet de ces amalgames depuis la loi de 2003 qui interdit le voile à l'école. Cela a ouvert la voie... On a ainsi eu le cas de cette femme (ndr, référence à l'affaire Sawsane qui a été interdite d'entrer dans une banque à cause son foulard. Je précise qu'elle n'avait que le foulard; mais pas le niqab! Les cas sont nombreux et nous estimons que cette question est assez importante pour en parler conférence.

Qu'est ce qu'une conférence peut apporter à un tel débat ?

Avant toute chose, la conférence fait partie de notre travail de sensibilisation. Avec Mouloud Aounit du Mrap, le public pourra partager l'expérience des aspects juridiques et politiques de la lutte contre l'islamophobie. M. Sami Debah du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) prendra aussi la parole. Car chaque année, le CCIF publie un rapport des cas d'islamophobie répertoriés en France. Ca sera l'occasion d'en parler. Nous écouterons aussi Zhor Firar qui nous parlera du son expérience associatif sur les femmes face à l'islamophobie. Le quatrième invité est Omar Mahassine qui parlera de la responsabilité des musulmans non seulement autour du thème de l'islamophobie mais aussi sur les autres questions sociales.

Et le Conseil français du culte musulman (CFCM) ? Les avez-vous associés à cette rencontre?

Avec le respect que je dois aux membres du CFCM, je dois reconnaître que ce conseil est dans une impasse depuis sa création... Il est en proie à des luttes de pouvoir entre ses différentes composantes à tel point qu'aujourd'hui, sa légitimité est faible dans la communauté musulmane. Beaucoup de musulmans voient le CFCM autour des luttes de pouvoir qui animent ses membres plutôt qu'à travers des actions constructives sur le terrain comme la Palestine ou l'islamophobie. C'est cela notre réalité.

Quelle est l'idée à la base de Fonteny Générations ?

Cela remonte à l'année 1994. La structure que nous avons créée s'appelait Fontenay Génération 2001 pour bien souligner notre intention de participer aux élections municipales de l'époque. C'est ce que nous avons fait. Et je peux dire que nous avons atteint cet objectif car en 2001 nous avons lancé une liste municipale indépendante qui a obtenu un score que je peux qualifier d'honorable. Mais depuis ces élections, l'essentiel de notre travail a été de mener des actions citoyennes comme la participation aux conseils de quartiers, la participation et le suivi de différents projets de la ville. Mais surtout la présence sur le terrain, dans le débat... Et tout cela en tant que association.

Pour en revenir à l'islamophobie en France aujourd'hui, comment l'expliquez-vous ?

Je ne peux vraiment répondre à votre question sans prendre en compte la particularité de la France dans son ensemble Européen. Car il faut savoir qu'il y a de l'islamophobie aussi ailleurs en Europe. Mais le cas de France est à relier à son passé colonial, à la la guerre d'Algérie qui a marqué les esprits comme tant d'autres guerres coloniales... Tout cela a contribué à installer des préjugés. On peut même remonter dans le temps jusqu'aux préjugés de la période des croisades. A cela s'ajoute un certain paternalisme en France qui veut qu'on fasse ses prières dans son coin. Mais dès qu'on essaye d'être présent sur le plan des idées, alors on pose problème. Au départ nous étions des « étrangers », puis on nous a appelés « immigrés » et maintenant on parle de nous comme « islamistes ». Mon avis est que tout cela cherche à cacher une absence de projet politique clair.


Quel est le public que vous espérez à cette conférence ?

Nous n'en sommes pas à notre première conférence. Nous avons donc nos réseaux de diffusions habituels auxquels nous ne saurions nous limiter. Nous invitons donc le grand public à venir participer à ce débat sur l'islamophobie. Ceux qui sont intéressés et ceux qui sont simplement curieux sont tous les bienvenus. En général nos débats comportent une séquence interactive où le public peut s'exprimer. Car, il faut le dire, il y a peu de d'espaces de vrais débats et de réflexion aujourd'hui en France.


*** *** ***

Lieu :
Eurosites La Plaine Saint-Denis
144 avenue du Président Wilson
93210 Saint-Denis La Plaine
RER B et D : Stade de France / Bus 153 : Arrêt La Montjoie

P.A.F : 5 euros