Connectez-vous S'inscrire






Psycho

« Il n’est pas né le jour où je te dirai : “Je t’aime” »

Rédigé par Lalla Chams en Nour | Mercredi 7 Novembre 2012



Salam,

Je vous demande de bien lire ce qui suit et de me conseiller au mieux insha Allah, barakAllah oufik.

Je suis mariée depuis presque un an, mais mon mari est agressif, violent verbalement, susceptible, impulsif, il n’arrive pas à contrôler et à contenir sa colère.

Chaque fois qu’il est contrarié, il s’énerve et me menace en me disant : « Si tu n’es pas contente, prends tes clics et tes clacs et rentre chez toi » (je cite ses mots) et cela à chaque fois.

Je vous assure que je ne fais rien pour mériter de tels mots, je vous cite un exemple qui vous permettra peut-être de voir un peu dans quel genre de situation il s’emporte.

Une fois, nous faisions nos courses et comme nous venons d’emménager je lui ai dit que je voulais un appareil électroménager, et au pire je l’aurai payé moi-même. Il ne voulait pas, il a commencé à s’énerver tout seul, à laisser le Caddie au milieu du magasin et est sorti sans rien me dire. Je l’ai suivi et il a commencé à me crier dessus : « Si tu n’es pas contente, tu te casses », ce sont ses mots.

Il ne me laisse pas sortir et ne veut pas sortir avec moi non plus. Je ne travaille pas, pas d’enfants, et pas de famille à proximité.

Et comme je vois qu’il est agressif, impulsif, je ne dis jamais rien pour ne pas le contrarier. Je garde tout en moi et je vous avoue que le stress m’envahit de plus en plus.

J’étouffe de son comportement et de son attitude envers moi, mais je ne peux rien lui dire, car on ne peut rien lui dire, ni lui reprocher quoi que ce soit, il pense que tout ce qu’il est fait est correct et juste, ce qui n’est pas le cas.

À force de qu’il me traite ainsi, je commence à le haïr, je n’ai pas de sentiments pour lui, je n’ai même plus envie de rester avec lui.

Il n’est ni câlin, ni affectueux, ni tendre, ni doux, ni amoureux, rien de tout ça.
Il ne veut jamais rien faire avec moi. J’en peux plus.

On a très peu de conversation car lui n’aime pas trop parler, donc je reste dans mon coin. Je m’occupe de mon intérieur, la cuisine, les tâches ménagères...

Notre seule sortie, ce sont les courses et encore je dirai « la course », car même pour ça il me presse, il me dit : « Dépêche-toi, on va pas rester ici 4 heures. »

Il est désagréable, et si je veux me faire plaisir en prenant un pot de glace par exemple, il ne veut pas, mais lui, par contre, prend ce qui lui plaît, sort où il veut et se fait plaisir, quand il veut. Moi, je n’ai droit à rien, est-ce normal d’enfermer sa femme ?

Oui, c’est son argent, je n’ai rien à dire, mais il ne veut pas que je travaille, alors quand je veux quelque chose, même dont j’ai besoin il ne veut pas me l’acheter, alors quoi faire ?

Il ne me rassure pas, ne me réconforte jamais, je sais pas quoi faire.

Il ne sera jamais affectueux avec moi. Une fois, il m’a dit : « Il n’est pas né le jour où je te dirai : “Je t’aime”. », ça fait très mal d’entendre ces mots de la part de son mari.

Je ne peux ni exprimer ma tristesse, ni mon mécontentement, ni mes envies, ni rien, vu ses réactions disproportionnées et excessives.

Avec tout ça, je garde tout en moi, je n’arrive pas à lui parler, et surtout je ne peux pas lui parler, il est trop colérique, même sa famille le dit, je ne peux pas m’exprimer.

J’ai essayé d’être affectueuse envers lui, mais quand je lui prends la main, il l’enlève, je veux l’enlacer, il reste de marbre et il s’en va.

Donc après tout ça, je me suis lassée et depuis je n’arrive plus à revenir vers lui et j’avoue que son agressivité, son côté colérique, ses mots blessants, sa méchanceté n’ont pas arrangé les choses, cela m’a éloignée encore plus de lui et m’empêche de m’en rapprocher.

Avant que l’on se marie, nous avions évoqué toutes ces questions, il m’avait dit que je pourrai sortir, qu’il ferait tout pour que l’on soit heureux, mais ce n’est pas le cas.

Je suis malheureuse avec lui, mais il ne s’en aperçoit même pas, tellement je ne laisse rien transparaître. Et lui non plus ne se soucie pas de moi, il ne me demande jamais ce qui me préoccupe, ni ce dont j’ai envie.

Malgré tout ça, je veux pouvoir trouver les mots pour que ça change, trouver des solutions.

Merci de vos conseils, je sais que c’est long et qu’il y a beaucoup de questions qui se posent mais merci à vous de me conseiller.

Qu’Allah nous guide vers le droit chemin.

Salam alikoum

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Chère internaute qui ne donnez pas votre nom, sachez que cet anonymat recouvre tant d’histoires de femmes qui n’ont pas pu, ni osé parfois, discerner la réalité derrière les discours charmeurs des futurs conjoints !

J’en arrive à me demander, à lire votre courrier, pourquoi cet homme s’est marié.

La question est souvent là, un homme célibataire, c’est difficilement concevable pour la tradition. De même pour les femmes. Et cette contrainte issue de la société pèse lourdement sur les individus privés d’une vraie liberté de choix.

C’est pourquoi je trouve que l’amour, un don d’Allah, est un excellent critère pour choisir le ou la compagne de sa vie. Sans amour la vie peut devenir un enfer. Voilà tout le problème des mariages de convenance.

Vous me demandez conseil : en général, je préfère répondre que vous êtes la mieux placée pour faire le point en votre âme et conscience et décider pour vous ce que vous voulez faire de votre vie.

Si votre mari n’évolue pas, s’il s’enferme dans cette parodie de pouvoir nocive pour vous comme pour lui, imaginez-vous la vie à venir ? Vous avez envie d’en faire le père de vos enfants ?

Je peux juste vous aider à prendre un peu de recul et vous aider à y voir plus clair.

Cet homme crie dès qu’il est contrarié, il s’entoure de colère comme d’une protection et ne laisse même pas sa femme approcher. Il est donc sur une défensive permanente.
Il se défoule sur son épouse, qu’il prend pour un objet dont il peut disposer à guise pour évacuer son trop plein émotionnel agressif.

Je le plains, il est en train de préparer son propre malheur, ce qu’il redoute pourtant au premier chef.

Hélas, nous sommes ainsi, nous les humains, acharnés à notre propre destruction sans le savoir… Il est en train de passer à côté d’un trésor…

Vous connaissez sans doute ces paroles du Coran al-karim : « Ô vous qui avez la foi, il ne vous est pas permis d’hériter de vos femmes (comme d’un bien) contre leur gré, ni de les retenir (de force) (lâta’dulûhunna) en vue de leur reprendre une partie de ce que vous leur avez donné, à moins qu’elles ne commettent une turpitude manifeste. Traitez-les avec bienveillance et, si vous éprouvez de l’aversion pour elles, il se peut que vous détestiez une chose alors que Dieu aura placé en elle un bien considérable. »

Et, bien sûr, je ne vous apprends rien en vous citant les célèbres paroles du Prophète (PSL) : « Les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs envers leurs femmes. »

L’auteure marocaine Asma Lamrabet écrivait à ce propos dans son livre intitulé Aïsha, épouse du Prophète ou l’islam au féminin (Éd. Tawhid) : « Le comportement exemplaire dont le Prophète (PSL) a fait preuve toute sa vie avec son entourage est la preuve irréfutable de sa douceur et de sa bonté envers les femmes, et bon nombre de musulmans d’aujourd’hui doivent savoir en tirer exemple au niveau de leur relation avec leur épouse et les femmes en général. Combien de fois des comportements rudes, dénués de toute sensibilité et de tendresse, à la limite de la brutalité sont pratiqués par des hommes musulmans envers les femmes ? »

J’ignore votre âge, mais je suis sûre que vous êtes capable de vous déterminer :
– soit estimer que cet homme peut évoluer, s’il acceptait par exemple de se remettre en cause, et rester sa compagne,
– soit après avoir essayé sincèrement de lui faire comprendre qu’il est en train de vous perdre, fuir ce qui devient un enfer domestique auquel vous n’êtes nullement condamnée.
À vous de voir…

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading