Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

En Inde, la rumeur du « love jihad » à l'épreuve des tribunaux

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 12 Mars 2018



La conversion à l’islam de Hadiya après sa rencontre avec Shafin Jahan (ici à l’image) a poussé les parents hindous de la jeune femme à saisir la justice pour faire annuler le mariage, arguant que la conversion de leur fille est forcée. L’affaire est devenue nationale après la saisine de la Cour suprême qui a tranché mi-mars en faveur du couple. © Indian Express
La conversion à l’islam de Hadiya après sa rencontre avec Shafin Jahan (ici à l’image) a poussé les parents hindous de la jeune femme à saisir la justice pour faire annuler le mariage, arguant que la conversion de leur fille est forcée. L’affaire est devenue nationale après la saisine de la Cour suprême qui a tranché mi-mars en faveur du couple. © Indian Express
La Cour suprême indienne a statué, jeudi 15 mars, sur la validité d’un mariage entre un musulman et une hindoue convertie à l’islam contre la volonté de ses parents, dans une affaire portant sur des allégations selon lesquelles les musulmans forceraient des femmes à se convertir à l’islam par le biais du mariage.

L’histoire remonte à décembre 2015 quand Hadiya (Akhila Ashokan avant sa conversion), 24 ans, épouse Shafin Jahan, musulman de confession, dans une ville du sud de Kerala. Saisi par les parents de Hadiya pour qui sa conversion à l’islam est forcée, le tribunal local a annulé l'union en mai 2017 en qualifiant la jeune femme de « faible et vulnérable ».

Il ont ainsi donné raison au père de Hadiya, qui n’a pas hésité à affirmer devant la cour, sans preuves tangibles, que des organisations musulmanes ont prévu d’amener sa fille en Syrie pour qu’elle puisse être utilisée « comme une esclave sexuelle ou une bombe humaine ».

L’affaire est devenue nationale lorsque la Cour suprême, saisi par l’époux de Hadiya, a demandé une investigation fédérale à ce sujet, dans un pays où la rumeur dite du « Love Jihad » s’est largement propagée ces dernières années, à la faveur d'une montée de l'islamophobie et du nationalisme hindou. Aucune preuve n’a cependant permis de prouver que les musulmans, en minorité en Inde, ont fomenté une opération pour convertir des hindoues en passant par le mariage dans le but d’islamiser le pays.

Entendue devant la Cour suprême, Hadiya a soutenu avoir épousé Shefin Jahan, son mari, par amour, après l’avoir rencontré sur un site de rencontre en août 2016. Son mariage a ainsi fini par être considéré comme valide par la plus haute juridiction judiciaire du pays.

Cette décision a enthousiasmé les défenseurs de droit de l’homme en Inde et, par-dessus tout, Jahan et Hadiya, pour qui le jugement final est libérateur.

Lire aussi :
Inde : un centre torturait les femmes hindoues mariées à des musulmans et chrétiens
Inde : l’armée dénonce les agressions contre les musulmans
Inde : le culte des vaches à l’origine d'une dramatique montée des violences islamophobes
Inde : privés de mariage, un hindou et une musulmane se tranchent la gorge