Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Dieudonné et le sionisme : un humour qui ne passe pas !

Rédigé par Drazsen Paul & anaïs | Mardi 9 Décembre 2003

Dans l’émission de Marc Olivier Fogiel, l’humoriste Dieudonné a « dérapé ». Il a fait un sketch qui n’a pas été censuré (l’erreur fut rattrapée lors de la rediffusion !) dans lequel, à sa manière, il se moque d’extrémistes qu’il dénomme « américano sionistes ».

Bien évidemment, l’intégralité des réactions à ce « dérapage » condamne de la manière la plus ferme Dieudonné. On ne l’accuse pas d’anti-américanisme primaire ni de généraliser en assimilant tous les américains à George W. Bush et à son administration. On ne lui reproche pas non plus de faire du racisme anti-américain.



 Dans l’émission de Marc Olivier Fogiel, l’humoriste Dieudonné a « dérapé ». Il a fait un sketch qui n’a pas été censuré (l’erreur fut rattrapée lors de la rediffusion !) dans lequel, à sa manière, il se moque d’extrémistes qu’il dénomme « américano sionistes ».Bien évidemment, l’intégralité des réactions à ce « dérapage » condamne de la manière la plus ferme Dieudonné. On ne l’accuse pas d’anti-américanisme primaire ni de généraliser en assimilant tous les américains à George W. Bush et à son administration. On ne lui reproche pas non plus de faire du racisme anti-américain.

 

Ce que l’on reproche à Dieudonné, c’est d’être antisémite ! Comme on l’a reproché notamment à Pascal Boniface et à Tarik Ramadan. Le fondement de cette accusation repose tant sur le costume de Dieudonné pendant ce sketch, que sur ses gestes et ses propos :

Le costume :  il portait une cagoule, un treillis, des papillotes et un chapeau noir caractéristiques des juifs orthodoxes.

Ce n’est pas forcément du meilleur goût, mais assistons nous aux mêmes réactions lorsque des humoristes se déguisent avec des turbans, des djellabas, des keffiehs, des soutanes, des robes de bures, des cornettes, des toges, des robes et autres tissus ou voiles en les associant avec d’autres pièces de vêtements ou d’uniformes ? Evidemment non. Jamais nous n’avons assisté à de telles réactions. Ce costume ne devrait donc pas être mis en cause.

 Les propos : « …J'encourage les jeunes gens qui nous regardent aujourd'hui dans les cités, pour (leur) dire : convertissez-vous comme moi, essayez de vous ressaisir, rejoignez l'axe du bien, l'axe américano sioniste… » 

C’est le mot « sioniste » qui est ici clairement en cause. Quel est le sens de ce mot ? Voici la définition de ce terme dans le Petit Robert suivi de celle du mot « sionisme » :

sioniste [sjCnist] adj. et n. 

• 1886; de sionisme  

Relatif ou favorable au sionisme. Mouvement sioniste. — N. Les sionistes.

 sionisme [sjCnism] n. m. 

• 1886; de Sion, montagne de Jérusalem  

Mouvement politique visant à l'établissement puis à la consolidation d'un État juif (la Nouvelle Sion) en Palestine.Il n’est donc nullement question de nationalité, d’ethnie, de race et encore moins de religion. Il ne s’agit que de politique et de ce fait la critique portant sur des sionistes ne concerne que des personnes adhérant, par leurs idées et leurs actions, au mouvement sioniste. Il n’y a donc rien de condamnable dans les propos tenus par Dieudonné. À moins que la critique d’un mouvement politique soit interdite ?

Le geste : Il a esquissé le salut hitlérien, en lançant «Israël, Heil».

 Ce geste est sans aucun doute condamnable. Non pas parce que Dieudonné serait antisémite (ce qu’il n’est pas), car il a la même position vis à vis de l’islam, du christianisme et de la religion en général lorsqu’elle génère fanatisme et extrémisme . Il suffit pour s’en convaincre de regarder ses sketches et de lire ses interviews pour constater à quel point il est révolté par le fondamentalisme et ce d’où qu’il vienne.

 Il n’est pas non plus condamnable parce qu’il constituerait une critique de l’état d’Israël, car après tout combien de fois des états comme la France et l’Allemagne ont-ils été, ces dernières années, traînés dans la boue en étant qualifié de «pays antisémite», pour ne prendre que cet exemple ? A moins qu’il n’existe des états qui ne puissent être critiqués.

 Il pourrait être condamnable parce qu’il assimilerait la position de tous les israéliens à celle de leur gouvernement, qui rappelons le refuse d’appliquer les résolutions de l’ONU et de respecter le droit international et les droits de l’Homme. Mais c’est ce que font également tous ceux qui critiquent la politique de George W. Bush et qui se permettent de conclure que tous les américains en sont solidaires. De même pour ceux qui à partir d’actes ou de propos antisémites ayant lieu sur le territoire français se permettent de considérer que tous les français sont antisémites.

 Ce qui serait condamnable, c’est la confusion qui pourrait être entraînée par l’ensemble de la « prestation » de Dieudonné dans l’esprit de personnes n’ayant pas forcément réfléchi. Le danger réside dans le poids des images qui dépasse très largement celui des mots et des idées. Dieudonné a certainement sous-estimé l’impact de l’image qu’il a donné et qui est susceptible de transformer dans les esprits le message qu’il a voulu faire passer. Ne risquerait-on pas de ne retenir de ce sketch qu’un juif faisant le salut hitlérien ? Il ne serait évidemment pas tolérable d’associer les sionistes avec tous les israéliens ni avec tous les juifs. Il ne serait évidemment pas non plus tolérable d’associer les nazis avec les sionistes ni avec les israéliens ni avec les juifs.

Pour ceux qui connaissent Dieudonné et qui ont suivi son intervention dans l’émission Arrêt Sur Image (France 5 le 07.12.2003), il apparaît clairement que telle n’était pas son intention. C’était même l’inverse !Ce que l’on peut reprocher à Dieudonné, c’est une maladresse et un manque de « finesse » qui pourraient conduire à de graves excès. Mais un tel manque de finesse de la part d’un humoriste (même engagé) à l’occasion d’un sketch est-il réellement plus condamnable ou détestable que les propos certes réfléchis mais ô combien racistes émanant « d’intellectuels respectables » comme Claude Imbert , Michel Houellebecq et Oriana Fallaci .