Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Des députés veulent rendre obligatoire la signature de la charte aux mosquées de France

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 27 Décembre 2021 à 11:00

           


Des députés veulent rendre obligatoire la signature de la charte aux mosquées de France
Plusieurs députés des Républicains (LR) dont Guillaume Peltier ont déposé, mardi 21 décembre, une proposition de loi visant à rendre obligatoire la signature de la charte des principes de l'islam de France par toutes les mosquées de France et à fermer toutes celles qui refuseraient de le faire.

Cette proposition controversée a été enregistrée à l’Assemblée nationale bien avant l’annonce, dimanche 25 décembre, par trois nouvelles fédérations musulmanes de souscrire à la charte. Ses responsables ont alors dénoncé l’instrumentalisation de leur refus comme une des sources de motivation à la signature.

Pour les députés qui font valoir la lutte contre le séparatisme pour justifier leur texte, « l’existence d’une telle charte de l’islam ne doit pas être facultative ni décorative ». « Parce qu’il est plus que nécessaire de faire respecter la supériorité des lois de la République sur les lois religieuses, il convient d’imposer à l’ensemble des mosquées l’adoption de la charte des principes de l’islam de France », lit-on.

Autrement, les lieux de culte devraient être sanctionnés « par une fermeture administrative ou à une suspension des permis de construire pour celles en construction ». Ces députés y voient « l’unique solution suffisamment efficace pour faire qu’il y ait non pas un islam en France mais un islam de France ». Des opposants à cette proposition y voient plutôt un choix inique qui dénote d'une différence de traitement entre les cultes en France. À ce jour, la charte des principes pour l’islam de France n’a aucune valeur juridique.

Lire aussi :
Trois fédérations du CFCM se résignent à signer la charte des principes pour l'islam de France, voici pourquoi