Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Cope-Fillon : en marche vers une scission de l'UMP

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 29 Novembre 2012



La bataille interne pour la présidence de l’UMP n’en finit plus. L’ancienne majorité politique se dirige à présent à l’implosion. François Fillon a créé un nouveau groupe parlementaire baptisé Rassemblement-UMP, mardi 27 novembre. Le mouvement compte à présent 71 membres.

Avec ce nouveau groupe, l’ex-Premier ministre, sans quitter l’UMP, créé une division dans le parti. François Fillon, veut surtout mettre la pression sur Jean-François Copé pour que les militants soient de nouveaux appelés à voter pour la présidence de l’UMP.

Le maire de Meaux a dernièrement été déclaré - à nouveau - vainqueur par la Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE) et la commission des recours. Cependant, il n’a aucune légitimité pour Fillon.

L’idée d’un référendum, soufflée par Nicolas Sarkozy, a été envisagée par les deux rivaux. Il aurait permis aux adhérents de l’UMP de se prononcer pour ou contre une nouvelle élection du président du parti. Mais l'idée a été rapidement rangée dans les cartons car Copé avait comme condition que Fillon renonce à son groupe parlementaire, ce que ce dernier a refusé.

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, qui n’avaient pu se présenter à l’élection de la présidence de l’UMP faute de parrainages suffisants, ont lancé le collectif des « non-alignés », qui compte 73 députés et dont l’objectif est de permettre un nouveau vote « pour éviter une scission ».

La réconciliation n’est pas encore à l’horizon mais certains y travaillent au sein du parti. Un groupe de travail réunissant députés fillonistes, copéistes et « non alignés » est sur le point de naître à l'Assemblée nationale pour trouver une solution à la crise, a-t-on appris jeudi 29 novembre.

Mais rien n’est gagné tant les deux candidats à la présidence de l’UMP nous ont habitué a ne rien céder depuis le début de cette crise dont on peine à voir l’issue.

Lire aussi :
Copé-Fillon : le soldat Juppé échoue, l’UMP à la dérive
La crise de l’UMP, du pain bénit pour le FN et l’UDI
L’UMP se déchire !
Fillon et Copé : la guerre des chefs a éclaté
Présidence de l’UMP : Copé ou Fillon, à droite toute !
Ce que l’UMP de la Droite forte réserve aux musulmans de France