Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Contrôles au faciès : les trois lycéens, déboutés face à l’Etat, font appel

Rédigé par Benjamin Andria | Mardi 18 Décembre 2018



Contrôles au faciès : les trois lycéens, déboutés face à l’Etat, font appel
La plainte contre l’Etat des trois jeunes, victimes de contrôles de faciès en mars 2017 lors d’une sortie scolaire avec leur établissement d’Epinay-sur-Seine, a été déboutée lundi 17 décembre par le tribunal de grande instance de Paris.

Les juges ont estimé que ces contrôles ont été effectués « dans un objectif légitime de maintien de l’ordre, sans discrimination fondée sur l’origine ». Par ailleurs, ils ont signifié que « la discrimination ne peut pas être fondée sur une appartenance raciale ou ethnique, réelle ou perçue, dès lors que tous les élèves de la classe sont décrits par la professeur comme étant d’origine étrangère ».

Les trois jeunes restent déterminés, estimant avoir été humiliés en public lors de ces contrôles à la descente d’un train à la gare du Nord. Ils ont annoncé leur intention de faire appel de la décision, qualifiée de « scandaleuse » par leur avocat Slim Ben Achour.

Lire aussi :
Contrôles au faciès : des lycéens, déterminés à obtenir justice, portent plainte contre l'Etat
Face aux discriminations en sorties scolaires, aux professeurs aussi d'agir !