Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Carrefour condamné pour le licenciement d'une caissière voilée

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 18 Septembre 2014



Carrefour condamné pour le licenciement d'une caissière voilée
Carrefour a été condamné, jeudi 18 septembre, par le conseil des Prud'hommes de Lyon pour avoir licencié en 2010 une caissière voilée. L’enseigne de la grande distribution doit verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Hafida Treille, son licenciement ayant été reconnu « sans cause réelle ».

Hafida Treille, 44 ans, était hôtesse d'accueil dans un hypermarché de Villeurbanne (Rhône) quand elle a fait l'objet d'une procédure de licenciement après son retour d'un congé parental avec un voile sur sa tête.

La salariée a vécu son licenciement comme un acte de discrimination. Mais pour Carrefour, le port du hijab contrevient au règlement intérieur interdisant « tout signe ostentatoire à caractère politique, syndical et religieux » pour les personnes en relation avec la clientèle.

Une entrave à la liberté religieuse

Or, cette règle de la « neutralité absolue » entrave la liberté religieuse garantie par la Constitution et la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), a défendu l’avocate de Hafida Treille. « Ma cliente pense que travailler au sein de la société Carrefour tout en manifestant sa croyance n'est pas contradiction avec son contrat de travail », a déclaré Me Raouda Hathroubi, qui s'est félicitée de la décision prud'homale.

Le verdict intervient quatre ans après le licenciement de Hafida Treille. Carrefour a deux mois pour faire appel de la décision.

Lire aussi :
Baby Loup : la discrimination de la salariée voilée non reconnue
Baby Loup : une décision porteuse d'islamophobie pour la CGT
Signes religieux : une « charte de la laïcité » hors la loi chez Paprec
Mères voilées aux sorties scolaires : Vincent Peillon pour l’exclusion
Le port du voile interdit à la Sécurité sociale